vendredi 15 décembre 2017

Kasane, la voleuse de visage #4




 GENRE : Manga / Seinen / Fantastique
ÉDITION : Ki-oon
NOMBRES DE PAGES : 192
PUBLIE EN : 2014 (Japon)
DATE DE L'EDITON : juillet 2016

LANGUE D'ORIGINE : Japonais
AUTEUR : Daruma Matsuura
TRADUCTION : Sébastien Ludmann
TITRE ORIGINAL : 累 - Kasane
PRIX : 7 € 65


CHRONIQUES PRECEDENTES



Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 1  Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 2 http://skoldasybooks.blogspot.fr/2017/09/kasane-la-voleuse-de-visage-3.html






" Consciente d'être désormais prisonnière du marché qu'elle a passé, Nina tente de mettre fin à ses jours... Alors que la jeune femme est plongée dans le coma sous les traits de Kasane, cette dernière doit faire face à une difficulté imprévue : incarner Nina devant ses parents, et plus particulièrement sa  mère, qui commence à avoir des soupçons !
Au début torturée par le remords et les regrets, Kasane finit par accepter de la piéger et s'émancipe enfin de l'ombre de Sukeyo Fuchi. Mais avec le succès de "Salomé", voilà qu'une autre personne se met à s'intéresser à l'actrice..."





/!\ RISQUE DE SPOILERS /!\


Dans ce quatrième tome, nous découvrons à nouveau une « Kasane » plus sensible et de nouveau plus humaine. Après la mésaventure avec Nina, elle comprend qu’elle ne pouvait plus agir sans cœur. Mais sa nouvelle vie va être mise à rude épreuve avec la venue d’un nouveau personnage.

Kasane qui se trouve toujours sous les traits de Nina Tanzawa, a obtenu le rôle de « Salomé ». Un rôle qu’elle interprète avec brio ! Elle découvre également la douceur d’être aimé par un acteur de la pièce.
Petit à petit, elle arrive à assimiler cette nouvelle vie et liberté.
Mais lorsqu'elle va rencontrer Nogiku, Kasane va être totalement bouleversée. En effet, cette jeune fille est le sosie de sa mère Izana, plus connu sous le nom de « Sukeyo Fuchi ». Comment cette fille peut-elle autant ressembler à Sukeyo ? La vérité est encore bien plus sombre que ce que l’on pouvait penser au premier regard…

Je dois dire que je ne m’attendais pas à une telle révélation. L’apparition de Nogiku provoque un véritable raz-de-marée !
Je ne vais pas trop dévoiler pour vous laisser un peu la surprise, mais ce personnage a également un passé très sombre. Une vie difficile qui est aussi ténébreuse que celle de Kasane.
C’est peut-être pour cela (ainsi que la ressemblance avec sa mère) que Kasane va lui tendre la main.
Daruma Matsuura évoque un thème encore obscur et complexe : l’inceste et la prostitution.
Les dessins parlent d’eux-mêmes pour traiter ces sujets, elle l’écrit et dessine sans tabou et dans toute son horreur. Utilisant la beauté qui est toujours la source de convoitise chez l’homme, elle montre une nouvelle facette de cette vision. Si Kasane recherche la beauté pour être acceptée dans la société, Nogiku tente de s’en défaire… La beauté est ainsi traitée dans ce tome de façon à subir la malveillance de la perversité humaine, comme une possession exquise, un droit. Tout n’est pas blanc ou noir, la mangaka arrive très bien à nous faire passer le message : « Tout est gris ». Entre le bien et le mal, il n’y a qu’un seul petit pas à franchir.
J’ai vraiment hâte de voir comment évolue cette nouvelle relation entre Kasane et Nogiku. Quelque chose me dit que le « poison » n’est jamais très loin de la jeune fille.


En conclusion, ce quatrième tome nous offre une autre facette sur le thème de la beauté, assez complexe. Daruma Matsuura a un réel don pour la tragédie. Avec la venue de ce nouveau personnage, on découvre encore plus profondément la noirceur de l’âme humaine. Pour notre plus grand plaisir ! 



GLOBALE : 9,5 / 10
DESSINS : 10 / 10
SCÉNARIO : 9 / 10
PERSONNAGES :  10 / 10
SUSPENS : 9 / 10










mardi 12 décembre 2017

Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon



 

GENRE : Romance / Feel-good
EDITEUR : Bookelis

NOMBRES DE PAGES : 332
PUBLICATION : 12 décembre 2017

LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Elsa Gallahan
PRIX : 12€90 (papier) / 2€90 (Ebook)

CHRONIQUES PRECEDENTES


http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/03/genre-fantastique-romance-edition.html  Couverture La Nymphe et le Dragon, tome 1 : L'indomptée et l'indomptable





" Prénom : Cassandra alias la Princesse Geekette
Âge : 22 ans
Professions : Animatrice en centre de loisirs/Développeuse Web
Signes Particuliers : Caractère de merde, impulsive, jure comme un charretier, reine de la gaffe
Profil Amoureux : Ai mis en place un système de 4 lignes défensives suite à des expériences douloureuses
Rêve : De connaître l'amour, mais trouve toujours un tas de raisons de le fuir à toutes jambes (Non, j'ai pas peur...)
Le Hic Bonus : Ai rencontré mon idéal masculin dans des circonstances pour le moins catastrophiques "






Bonjour mes créatures !


Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du tout nouveau roman d’Elsa Gallahan « Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon ». Elle m’a gentiment proposé de le lire en avant-première. Alors pour fêter sa sortie, je me devais de vous dire tout ce que j’ai pensé de cette romance feel-good !


Nous faisons la connaissance de Cassandra alias Princesse Geekette. Elle vit à Landres, une petite bourgade  sans prétention, où elle partage sa vie entre son travail d’animatrice en centre de loisirs pour enfants et développeuse web free-lance.
Son quotidien bien ordonné va vite être bouleversé par sa rencontre avec un homme séduisant, disons dans des circonstances plutôt « hyper » gênantes. 


Il faut tout d’abord revenir sur mon genre littéraire favori, comme vous le savez j’adore la SFFF. Bien que je sois ouverte à tout type de littérature, j’ai toujours eu des difficultés avec la romance. Pourtant, Elsa Gallahan a conquis mon cœur avec son nouveau récit. Pourquoi ? Je vous en fais un descriptif plus complet !


Tout d’abord, l’auteure nous offre des personnages très attachants ! Nous avons d'un côté : Cassandra ( Princesse Geekette, Cassbouboules ou encore Cassolette), une jeune femme de 22 ans qui n’a pas sa langue dans la poche. Elle a un tempérament de feu, qui ne peut pas s’empêcher de dire tout haut ce qu’elle pense. Malgré son vocabulaire fleuri, cette femme est très réservée et attachante avec sa sensibilité exacerbée. Je ne cache pas que je me suis reconnue plusieurs fois en elle, c’est fou de voir à quel point l’auteure à poser des mots sur ce que je ressens la plupart du temps dans ma vie.
Cassandra a le cœur fragile à cause d’une déception amoureuse. Elle s’est barricadée derrière un mur de pierre pour ne plus souffrir des agissements d’autrui. Finalement, elle n’a jamais connu le véritable amour. C'est un sentiment qui la fait fuir dès que son cœur commence gentiment à revivre.
De l'autre côté, nous avons Eric Leroy. Un homme séduisant et sûr de lui. D’après le premier portrait qui se dresse devant nous, on découvre un homme coureur de jupons… Seulement, il ne faut jamais se fier à la couverture d’un livre ! N’est-ce pas ? La vérité est parfois tellement plus complexe que les apparences. Petit à petit, on s'aperçoit qui est réellement cet homme, ainsi que les sacrifices qu’il a fait tout au long de sa vie pour aider ses proches. Alors, on se rend compte que son potentiel est au-delà de tout ce qu’on pouvait s’imaginer sur lui. 


Elsa Gallahan a toujours eu un style d’écriture riche et puissant. Bien qu’au départ j’ai eu beaucoup de mal à ce style plus familier, je me suis laissée gentiment emmener par le tourbillon de folie de ce roman.
On y trouve une dose d’humour à haute intensité ! J’ai pleuré de rire à plusieurs reprises tant les scènes cocasses de Cassandra sont tellement riches en diverses bévues. On se retrouve avec des quiproquos entre les protagonistes qui nous font sourire. « Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon » est un parfait résumé du quotidien de l’héroïne. Cette phrase est également l’élément déclencheur dans l’enchaînement du scénario. Qui pouvait penser qu’une simple chose pouvait conduire à un cataclysme de maladresses ? (je retiens ma scène favorite lors de la soirée du mardi’festival).
Mais notre Elsa ne perd pas sa dose « dramatique », en effet elle évoque dans son roman des thèmes importants. Notamment, l’homosexualité, mais plus particulièrement « L’homoparentalité ». Nous avons un point de vue très intéressant sur le « mariage pour tous » qui a tant fait débat ces cinq dernières années. Je suis heureuse qu’elle ait su traiter un sujet aussi délicat et avec autant de justesse et d’émotions.
Elle évoque également l’humiliation ou la pédophilie avec les conséquences sur la vie d'adulte d'une victime.
Mon cœur a constamment fait les montagnes russes durant ma lecture ! 


Je terminerai simplement sur le fait qu’Elsa Gallahan a ajouté une nouvelle corde à son arc. Elle nous démontre avec brio qu’elle est une auteure aux multiples talents. Cette romance douce et humoristique est parfaite pour se changer les idées, mais elle nous fait également réfléchir sur les préjugés. Même si pour moi, l’écriture est un peu moins travaillée que pour ses précédents romans, il reste un livre exquis à dévorer sans modération.
Je voudrais dire à titre personnel, encore une fois que je l’admire ! Avec la vie et l’adversité qu’elle a subie ces derniers mois, elle peut être fière du travail accompli sur ce roman. Bravo, Elsa ! Malgré ta douleur, tu as su faire rire tes lecteurs ! C’est cela le plus grand exploit que tu viens de réaliser. 



 EXTRAITS

" Pour cela, je me rappelle mon unique saut à l'élastique. J'avais peur du vide et pourtant, j'étais allée au bout. Ou plutôt le moniteur à court de patience avait  fini par me pousser... Cela ressemblait plus à la chute du faucon noir qu'au saut de l'ange de Lara Croft, mais le résultat était là..." - SCENE 1

* * *

 " Je suis morte de trouille. Statufiée sur place. C'est pas Arachné en fait que j'ai au fond de ma baignoire, mais la Méduse. Persée, où es-tu ? Viens me sauver." - SCENE 2

* * *

" - Mais...Mais...Je suis pas chez moi ?
- Ah ça non ! On se trouve chez moi.
- Quueeeeuuuouuaaahh ? s'écrie-t-elle en écarquillant les yeux.
Elle se lève brusquemment, et effectue un 360° sur elle-même.
- Oh putain ! Je suis dans l'antre de Monsieur le Roi du Cul ? La vache !
" - SCENE 7



GLOBALE: 8,5 / 10
ÉCRITURE :7 / 10
SCENARIO: 9 / 10
PERSONNAGES: 10 / 10
SUSPENS : 8 / 10









samedi 9 décembre 2017

Concours spécial "Noël"




CONCOURS DE NOEL




Bonjour mes créatures !

Pour fêter comme il se doit cette fin d'année, je vous propose de gagner deux lots 😃



* "Nos chemins de Travers" de Georgia Caldera avec trois illustrations imprimé sur du papier photo par mes soins



* "Red Queen" de Victoria Aveyard qui contient les deux premiers tomes en format poche avec un marque-page. 




LE CONCOURS SE DÉROULE DU 9 AU 24 DÉCEMBRE MINUIT 

(concours ouvert seulement à la France)




Quelques petites règles :

- Vous ne pouvez participer que pour un seul lot
- Il est impératif de me suivre au moins sur un de mes réseaux sociaux
- Et un petit mot gentil fait toujours bien évidemment plaisir

Je vous informe également que le concours est organisé par mes soins. Je ne pourrais pas envoyé de nouveau le/les lots si il est égaré par la poste. 


Bonne chance à tous !

+ Skoldasy +




vendredi 8 décembre 2017

Book Haul - Novembre 2017




Bonjour tout le monde !

Je viens vous présenter le traditionnel "Book haul" du mois dernier 😃
Entre mes achats lors de la "Foire aux livres" de ma ville, mon petit tout au furet et l'achat de fanfic' Harry Potter, je me suis faite plaisir !


ROMANS / MANGAS


  • L'ombre du Golem de Eliette Abécassis et Benjamin Lacombe ( Flammarion )
  • Maudits soient-ils ! de Courtney Alameda (Milan)
  • Photophobia de Tom Becker (Milan)
 

  •  Card Captor Sakura : Clear Card Arc #1 de CLAMP (Pika)
  • La trilogie de la poussière #1 - La Belle Sauvage de Philip Pullman (Gallimard)



FAN-FICTIONS



  • Harry Potter 7 3/4 (1) - Les Survivants de Alixe
  • Harry Potter 7 3/4 (2) - Les Bâtisseurs de Alixe
  • Harry Potter 7 3/4 (3)  - Les réformateurs de Alixe
  • Harry Potter 7 3/4 (4) - Les Sorciers de Alixe


 

jeudi 7 décembre 2017

Autopsie - Whitechapel


 


GENRE : Jeunesse / horreur
EDITEUR : Milan Jeunesse

NOMBRES DE PAGES : 341
PUBLICATION : 2016 (USA)

DATE DE L’ÉDITION : 18 janvier 2017
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEUR : Kerri  Maniscalco
TITRE ORIGINAL : Stalking Jack the ripper
TRADUCTEUR : Emmanuelle Pingault
PRIX : 15€90 (papier)


 

Kerri Maniscalco a grandi dans une maison à moitié hantée dans les environs de New York, c'est là que sa fascination pour le gothique a commencé. Elle adore lire, cuisiner pour sa famille et surtout boire des litres de thé en discutant de la vie avec ses chats. "Autopsie : Whitechapel" est son premier roman. Elle y mélange son amour des sciences médicolégales et des histoires non résolues.

 






" 1888, quartier Est de Londres. Depuis quelque temps, des meurtres sanglants et horribles touchent les femmes de petite vertu de Whitechapel. Une jeune femme, de bonne famille, en avance sur son temps, enquête au côté de son oncle, médecin légiste. "







Bonjour mes créatures !


Je viens ENFIN vous donner mon avis concernant le premier roman de Kerri Maniscalco. Je m’étais procuré ce roman avec toutes les bonnes critiques que j’ai pu lire, mais également parce que je suis fascinée par l’histoire de Jack l’Éventreur. Malheureusement, ce roman n’a pas trouvé grâce à mes yeux… Il y a beaucoup trop de défauts pour que j’apprécie ce roman.


Nous rencontrons l’héroïne Audrey Rose Wadsworth, jeune femme faisant partie de la bourgeoisie londonienne. Elle passe outre les convenances de la bonne société pour suivre les cours de son oncle Jonathan dans les sciences médico-légales. Elle croise alors un autre étudiant, Thomas avec qui elle va s’associer pour tenter de résoudre les crimes de prostituées dans l’East Side par le mystérieux « Jack l’Éventreur ».


Tout d’abord, à première vue l’histoire peut paraître attrayante grâce au sujet traité. Mais l’auteure a commis de nombreuses erreurs pour que le récit me passionne réellement.
Premièrement, l’héroïne aurait pu avoir un aspect très intéressant par son caractère et sa résolution à ne pas suivre les règles d’une jeune fille de bonne famille. En effet, le fait qu’Audrey Rose étudie la médecine légale avec son oncle en pratiquant des autopsies à ses côtés est contre toutes les normes du XIXe siècle. Elle se met ainsi à dos plusieurs personnages qui se font des idées préconçues et déroutantes sur la jeune femme. Bien que ce point soit positif, il a totalement été bâclé par la contradiction « morale » d’Audrey Rose. Pourquoi l’auteure n’a-t-elle pas été jusqu’au bout de son idée ? Pourquoi n’a-t-elle pas fait de ce personnage, une personnalité forte qui n’a pas besoin de faire attention à ce que la société, mais surtout les hommes pensent d’elle ? Car oui, évidemment il y’a une romance sous-jacente qui n’avait pas sa place pour moi dans ce roman. Audrey Rose aurait pu être totalement indépendante et faire ce qu’elle aimait sans chercher l’approbation auprès d’un condisciple masculin et à savoir si elle est « jolie » à ses yeux. L’auteure évoque plus les états d’âme de son héroïne que sa passion pour la médecine ou encore les meurtres.
Quant à Thomas Cresswell, c’est le personnage le plus antipathique du roman. Pour montrer qu’il est viril, l’auteure l’a doté d’arrogance à toute épreuve. Il ne cesse de contredire Audrey Rose pour prouver sa supériorité. On ne peut pas dire que je l’ai franchement apprécié…


Concernant l’écriture de Kerri Maniscalco, elle n’est pas assez travaillée. Elle ne fait qu’effleurer en surface les éléments de l’histoire de « Jack l’Éventreur ». Certes, il s’agit d’une fiction. L’auteure est donc en droit de réécrire à sa manière, mais j’ai ressenti une impression de brouillon.
 Elle a semé tellement d’indices dès le début que j’ai réussi à deviner qui était Jack. De plus ce qui m’a interloqué, c’est l’aspect totalement burlesque de la raison du tueur à massacrer des prostituées… « C’est sérieux ? » me suis-je dit. Apparemment, oui. J’ai refermé le livre en ne sachant pas réellement quoi penser de ce roman, d’où ma difficulté à écrire cette chronique.
J’en reviens à l’écriture de Kerri Maniscalco. Déjà l’aspect historique des faits très peu travaillé, on se retrouve également avec très peu de description. L’immersion dans le Londres du XIXe siècle n’a pas été des plus facile (pire encore pour ceux qui n’ont pas l’habitude de lire des livres traitant de cette période), j’ai la chance de bien connaître les quartiers de Londres par le biais d’autres romans historiques avec de meilleures descriptions et une ambiance tout aussi sombre à l’aube de la révolution industrielle. Ce fut donc pour moi, un autre gros point négatif.


En conclusion, «Autopsie» est un récit manquant cruellement de suspens. Les protagonistes sont fades et sans intérêt. L’auteure a bâclé le caractère de l’héroïne par des divagations romanesques et une description peu travaillée de la ville vient détériorer l’image du livre. Je ne lirai certainement pas le tome 2 qui traitera de « Dracula »… Si c’est pour gâcher le monument de la littérature fantastique. Non merci ! Je préfère ne pas réitérer l’expérience.


 




GLOBALE: 5 / 10
ÉCRITURE : 6 / 10
SCENARIO: 6 / 10
PERSONNAGES: 4 / 10
SUSPENS : 4 / 10
 











lundi 4 décembre 2017

Wishlist de Noël




Hello mes créatures !

Je vous propose aujourd'hui de découvrir ma "wishlist" de Noël 😃
Attention, je tiens à dire à certaines amies qui passerait dans le coin que ce n'est pas forcément pour que l'on m'offre quelque chose. (je vous ai à l'oeil !)

C'est donc une liste de ce qui me plairai simplement d'avoir de la part du papa noël ^_^
Et puis, je dois bien l'avouer, chaque fois ma famille ne sait jamais quoi m'offre alors que cela tombe toujours sous le sens vu la collection que j'ai dans ma chambre. 



J'ai essayé de calmer mes ardeurs dans ma sélection mais ce fut difficile lol.


MANGAS

  • Bloody Mary  - 4 à 7
  • Kasane , la voleuse de visage - 6 à 10
  • Alice in murderland -  6 à 7
  • Re/Member #10


    ROMANS
  • The revolution of Ivy (grand format) de Amy Engel
  • Contes de Noël de Charles Dickens
  • Meg Corbyn #2 - Volée noire de Anne Bishop
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers #3 de Ransom Riggs
  • Re/Made de Scarow Alex
  • Alice de l'autre côté du miroir de Lewis Caroll, illustré par Benjamin Lacombe
  • Another #2 - la fille à l'oeil de poupée de Yukito Ayatsuji
  • Another - Qui est le mort ? de Yukito Ayatsuji
  • L'histoire de la bête de Serena Valentino
  • Malefica #1 de Hervé Gagnon
  • Cinq centièmes de secondes de Lois Lowery
  • The Walking Dead #6 - Invasion de Robert Kirkman & Jay Bonansinga
  • Ondine de Benjamin Lacombe
FUNKO POP

  • Tyrion Lannister - N°50- (Game of thrones)
  • Cersei Lannister - N°51- (Game of thrones)
  • Hermione Granger -N°03- (Harry Potter)
  • Ron Weasley - N°02- (Harry Potter)
  • Carl Grimes - N°388 - (Walking Dead)
  • Jesus - N°389- (Walking Dead) 

 GOODIES
  • Peluche Chat du Cheshire (peluche)
    Cheshire Cat Medium Soft Toy
  • Ted The Grim (peluche)
    Spiral TED THE GRIM Figurine en Peluche noir
  • Ted The Impaler (peluche)
    Spiral Direct Ted The Impaler Plush Toy
  • Baguette Harry Potter - Luna Lovegood
  • Harry Potter : Carte du maraudeur
    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/81oOqavY5FL._SL1500_.jpg
  • Réplique "Lucille : Take like a champ" de Negan (Walking Dead) AMC
    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/71jaCTeMXQL._SL1500_.jpg





                                              Et vous quel est votre liste de Noël ?