lundi 16 octobre 2017

Izana, la voleuse de visage


 


  GENRE : Fantastique
ÉDITION : Lumen
NOMBRES DE PAGES : 312
DATE DE PUBLICATION : 2014 (Japon)
DATE DE L'EDITION : 18 mai 2017
LANGUE D'ORIGINE : Japonais
TITRE ORIGINAL : 誘- Izana
AUTEUR : Daruma Matsuura
PRIX : 15 € (papier)









" Dans le monde d'Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c'est tout ce qui s'étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres... tout ce qu'elle n'a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l'abri entre quatre murs. Un jour, poussée par la curiosité, la jeune fille décide de braver l'interdit et de s'aventurer à l'extérieur. Bien mal lui en prend – elle comprend que son visage est si effroyable qu'il ne peut être montré au grand jour.

Car si d'ordinaire, la laideur n'est pas un crime, il règne dans le village une terrible superstition. Autrefois se seraient affrontées une sorcière d'une grande laideur et une prêtresse d'une grande beauté : la première, victorieuse, aurait volé son apparence à la seconde. Depuis lors, toute petite fille laide née une certaine année est tuée sur-le-champ, sous peine de porter malheur aux habitants. Cette légende est même le thème d'une pièce de théâtre qui se joue chaque été. Izana y découvre pour la première fois, dans le rôle de la prêtresse, sa propre cousine. Née la même année qu'elle, Namino a été épargnée grâce à sa beauté extraordinaire...

Jusqu'où iriez-vous pour obtenir la beauté du diable, pour prendre le visage de votre choix ? À quel point l'apparence d'un être influence-t-elle son destin ? Dans une petite ville à l'atmosphère envoûtante, où des légendes séculaires restent terriblement vivaces, une adolescente marquée par le sort décide de briser les chaînes de son destin. "








Bonjour mes créatures, je vous retrouve aujourd’hui avec mon avis sur «Izana, la voleuse de visage » paru chez Lumen éditions. Étant une grande fan du manga « Kasane, la voleuse de visage », je me devais de lire ce roman qui évoque l’histoire de la mère de cette dernière. Je n’ai pas été déçue par ce livre qui reste dans cette ambiance sombre qui me plaît tant dans le manga.


Nous découvrons ainsi la vie d’Izana, une petite fille orpheline recueillie par Chigusa. Cette dernière est ainsi devenue sa bienfaitrice. En contrepartie, Izana doit vivre cachée de tout son village. Mais cette petite fille curieuse va vouloir parcourir le monde extérieur qui l’attire tant ! Elle va alors constater que l’amour que lui porte Chigusa n’est pas son véritable réel. Face à d’autres enfants, Izana prend vite conscience de sa laideur et de la légende qui habite son village. Une histoire mythique pour effacer la cruauté des habitants ou est-ce un fait plus surnaturel ?


Izana est une femme intelligente bien qu’elle est due vivre loin des regards et sous la protection de Chigusa. Sa détermination et son courage lui procurent une force indéniable de caractère. Malgré sa solitude, elle va tenter de prendre les devants pour survivre. Elle va alors faire la rencontre de Kingo Susano.
Kingo Susano (qui se trouve être Habuta Kingo dans Kasane) va finir par devenir ami avec Izana. Tous deux ont beaucoup de points communs, ils ont tous les deux été rejetés par les habitants d’Akeiwa. Izana pour sa laideur, Kingo pour la faute qu’il représente au sein de la vénérable famille « Susano ». Même si Izana a beaucoup de mal à faire confiance au jeune garçon, elle va finir par s’accoutumer à sa présence et sa gentillesse.

Forcément, l’histoire aurait pu se dérouler dans cette totale indifférence de la part des villageois. Quand Nagi, un jeune historien fait son apparition, le cœur de glace d’Izana va se fissurer pour laisser entrevoir des sentiments nouveaux en elle. En effet, le jeune homme est à la recherche d’une pierre rouge qui aurait des propriétés surnaturelles. La légende de la sorcière Onaga et la prêtresse Osaku devient alors beaucoup plus réaliste pour la jeune fille. Depuis qu’elle a vu une pièce de théâtre de cette légende, elle est fascinée par ce conte antique. Est-ce qu’il y aurait un fond de vérité dans cette histoire ? Izana ne s’imaginait pas à quel point sa vie, liée à ce mythe, va prendre une tournure brutale. L’horrible jeune fille au visage de monstre va alors s’épanouir de manière sombre et inattendue.


Concernant la stylistique de Daruma Matsuura, elle est simple, mais efficace. J’ai aimé découvrir l’origine du pouvoir de « Kasane ». Nous comprenons également pourquoi l’âme de sa mère plane constamment au-dessus d’elle. Finalement, la mère et la fille sont tellement similaires ! Tant dans leur caractère que dans leur parcours de vie. Les mêmes ambitions, les mêmes erreurs…
Ce thème sur la beauté fait toujours partie de notre société actuelle. L’image que l’on renvoie est manifestement importante aux yeux d’autrui pour coller avec les standards d’une norme qui provient d’un idéal fictif. Daruma Matsuura montre à travers son roman avec force et virulence à quel point pour toucher au but, réaliser son rêve, la beauté est importante. J’aime cette dénonciation passive qu’elle a choisi de nous transmettre, ainsi que le harcèlement face aux préjugés de nos concitoyens.
Je n’ai qu’un seul regret : c’est qu’il manque une grande partie de la vie d’Izana. C’est-à-dire quand elle quitte le village d’Akeiwa pour devenir cette célèbre actrice adulée de tous. Je pense qu’un deuxième tome serait vraiment nécessaire pour avoir son histoire dans sa globalité !


En conclusion, « Izana, la voleuse de visage » est un prélude à lire à tout prix pour mieux connaître l’univers de « Kasane », sa fille. J’ai aimé découvrir certaines informations qui viennent soulever le voile sur certains évènements du manga. Pour ceux qui adorent le manga « Kasane, la voleuse de visage » n’hésitez pas à lire ce roman ! Vous ne serez pas déçu !



EXTRAITS



« Pouvais-je encore me considérer comme un être humain ? Je portais encore ce qui ressemblait vaguement à des vêtements, mais j’étais sale, laide et je vivais dans la peur des homme. Malgré tout, je ne ressentais aucune envie de me transformer en bête sauvage ou en insecte. »

* * *

« Je maudissais le destin. Pourquoi étais-je née femme, si je ne pouvais en devenir une ? A quel âge avais-je commencé à veiller à ne pas parler ni me comporter comme une fille ? Pourtant, cette féminité rejaillissait parfois à mon insu. Et chaque fois que cela arrivait, une petite voix retentissait en moi : Ne me dis pas que tu t’attends à ce qu’on te traite comme une femme ? Quand j’étais petite , j’avais le pouvoir de me transformer en princesse à tout moment. Peu importait mon physique affreux, après tout, j’étais une fille… Ou du moins en étais-je persuadée. Quelle prétentieuse ! »

* * *

« J’éteignis ma lampe et avançai d’une fragile auréole de clarté à la suivante. Ce faisant, je me plus à penser que j’étais un nouveau-né : je me frayais un chemin au cœur des ténèbres de la matrice originelle, prête à naître au grand jour. Ces lampadaires étaient autant de signaux qui pavaient la voie vers le monde des Vivants. Quelque part entre la vie et la mort, mon rythme s’accéléra.
Pour la première fois, je marchais vers une lueur d’espoir.
 »

 






 GLOBALE : 8 /10
ÉCRITURE : 7 /10
SCENARIO : 9 /10
PERSONNAGES :9 /10
SUSPENS : 8 /10




samedi 14 octobre 2017

GIVE ME FIVE BOOKS #3 - 5 livres dans votre genre préféré




Bonjour mes créatures ! 
Cette semaine, le thème du "Give me Five books" de Laura Passage est donc 5 livres qui font partie de notre genre littéraire favoris. 
Vous êtes prêts à découvrir ma sélection ? Sachant qu'il s'agit pour moi du "Fantastique".




Les yeux améthyste de Enamorte 

Il s'agit d'une romance gothique/fantastique que j'ai adoré ! Forcément, j'ai eu un gros coup de coeur. D'autant que l'auteure nous fait réfléchir sur la question du suicide, plus globalement sur la vie et la mort. Ce roman sombre est également illustré par les propres soins de l'auteure.







Apostasie de Vincent Tassy

Encore un gros coup de coeur ! L'auteur nous évoque un conte vampirique pas comme les autres, où la dextérité de sa plume est riche, poétique. Elle nous emmène au plus profond de l'âme humaine (ou immortelle). Il est rare de me voir aussi subjuguée par un roman, mais celui-ci en fait incontestablement partie !






Rose Morte de Céline Landressie

Evidemment, j'évoque encore cette saga épique mais comme les romans cités au-dessus, "Rose Morte" est riche, poétique et nous fais réfléchir sur des questions auxquelles nous avons du mal à répondre. Chaque nouveau tome apporte des nouvelles émotions ! 







Dracula de Bram Stoker

Oui, je sais ! Beaucoup de mes romans favoris évoquent les vampires. Mais que voulez-vous ? Quand on aime un genre...
Le classique "Dracula" est sacrément merveilleux ! Quand je vois certaines critiques sur ce roman, je pense que certaines personnes n'ont pas su capter toute la subtilité que l'auteur à évoquer. Écrit dans un style épistolaire, on entrevoit dans chaque personnage une once de doute, la peur du comte Dracula et la folie. Oui, elle est omniprésente car on peut croire qu'il ne s'agit là que les divagations d'esprits confus. Bref ! un roman magnifiquement écrit !




Ring de Koji Suzuki

On peut dire que cette saga m'a fait des frayeurs durant plusieurs nuits. Même si la prose n'est pas tout aussi travaillé que les autres romans cités, l'intrigue et le suspens a de quoi nous tenir en haleine jusqu'à la fin du roman. Même si le dernier tome m'avait laissé un goût amer... Je ne m'attendais pas à une révélation aussi "tiré par les cheveux". C'est bien dommage d'ailleurs. Le premier et second tome restent les meilleurs à mes yeux !














Et vous quels sont vos romans dans le genre que vous préféré ?









lundi 2 octobre 2017

Book Haul - Septembre 2017








ROMANS / MANGAS


  • Chroniques du Chevalier Errant de George R.R Martin (J'ai lu)
  • ça , tome 1 de Stephen King (Le livre de poche )
  • ça, tome 2 de Stephen King (le livre de poche)
  • Papillon #6 de Miwa Ueda (Pika)
  • Papillon #7 de Miwa Ueda (Pika)









Bilan - Août 2017





LIVRES TERMINES

29776768 36003296 34872755

LIVRE ENTAME

30532978
CHRONIQUES PUBLIES

nom de ton image nom de ton image  

jeudi 28 septembre 2017

La Geste des Exilés #3 - Offrande de Feu



 

 GENRE : Fantasy / Urban Fantasy
ÉDITION : Éditions du chat noir
COLLECTION : Féline
NOMBRES DE PAGES : 392
DATE DE PUBLICATION : 2 novembre 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Bettina Nordet
PRIX : 19€90 (papier)



CHRONIQUE PRECEDENTE


http://skoldasybooks.blogspot.fr/2015/12/la-geste-des-exiles-1-pacte-obscur.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/11/la-geste-des-exiles-2-peche-de-sang.html 




" Je crois que si un concours de Miss « Poissarde » existait, j’en serais sacrée reine. Ce voyage au Cénacle aurait dû être simple : rejoindre mon amant volage, lui demander comment me débarrasser de son petit cadeau d’adieu et le laisser filer le parfait amour avec sa morue. Mais les complications me sont bien plus fidèles que ma dernière conquête.
Contrainte de me lancer dans la quête périlleuse d’une relique légendaire pour sauver l’un de mes compagnons, je n’imaginais pas que nos vies entières s’en trouveraient totalement bouleversées.
Tels des dominos basculant les uns sur les autres, les évènements inattendus provoquent des réactions en chaîne. Entre les anciens ennemis qui ressurgissent, l’émergence de nouveaux – encore pires –, l’ampleur inquiétante que prennent mes pouvoirs et des déchirements sentimentaux qui se succèdent, tout me file entre les doigts.
Et cette foutue prophétie qui semble au cœur de tout. Bien sûr, elle se devait de me réserver la plus grosse surprise. Question de karma... "

 




Coucou mes petits loups ! Je vous reviens aujourd’hui avec mon avis sur le tome 3 de « la Geste des exilés ». Bien que les tomes précédents m’aient laissé un goût amer, ce tome 3 offre un épilogue riche en révélations. Un roman qui était dans ma PAL depuis un bon moment, je dois bien l'avouer. J'avais le plaisir de rencontrer l'auteure l'année dernière lors des Halliennales. 


Nous suivons à nouveau Jana qui tente de retrouver son ex-amant Phen pour se débarrasser de son cadeau d’adieu. Elle va ainsi être entraînée dans tous les territoires de l’Eden et combattre divers ennemis pour retrouver son amant. Seulement, les déboires seront bien plus compliqué que la petite querelle entre eux. Elle sera soutenue par Kell et Trysten, mais les ennuis vont très vite finir par la rattraper. Le prix à payer sera plus important que ce qu'elle pouvait imaginer. Elle devra faire face à de nombreux adversaires. Notamment, Lucifer et ses parents. Le destin de Jana est incertain, elle va devoir sacrifier une partie de sa vie pour sauver le monde qu’elle apprécie plus que son propre bien-être.


Depuis le début de la saga, j’avais beaucoup de mal à m’attacher à l’héroïne et les personnages secondaires. La cause revient au fait que Jana couche avec plusieurs hommes à la fois, mais l’intrigue de ce récit nous offre une nouvelle dimension du personnage. Toutes les actions entreprises dans les tomes précédents ne sont pas anodines, l’auteure a préparé le terrain pour le grand final de son roman. Même si je n’ai pas apprécié certaines relations entre les protagonistes (Jana/Trysten - Jana/Kell), les autres restent touchantes. Malgré le côté exaspérant de l'héroïne, j'ai fini par apprécier ce qu'elle avait à nous offrir. Il était difficile pour moi d’être compatissante sur les malheurs de la jeune femme au début de la saga.
Bien qu'elle soi toujours aussi immature sur certains points, elle trouve cependant une certaine maturité à la fin de la saga. Ce côté clairvoyant fait d'elle, une femme exceptionnelle. En effet, elle possède finalement plusieurs personnalités qui nous sont dévoilées dans « offrande de feu ».
Trysten est l’archétype du macho de service. Il démontre encore une fois sa jalousie, son immaturité malgré ses millénaires. Depuis le début, c’est un personnage que je hais ! Je pense que l’auteure a voulu mettre le côté masculin de Jana en évidence, mais elle n’a fait que produire l’effet contraire avec ce duo. Le côté "masculin" n'était pas assez prononcé à mon goût.
Quant à Kell, on retrouve un démon assagi aux côtés de notre héroïne. Finalement, on découvre petit à petit les sentiments qu’il éprouve pour la jeune femme. Il n'est peut-être pas aussi bougon que le pensait !
Mayron est assez peu présent dans ce troisième volet. C’est un personnage assez énigmatique qui cache de profondes blessures au fil des millénaires. Au contact de Jana, il révèle pourtant son passé douloureux. La jeune femme va alors lui démontrer qu’il lui reste de l’espoir.


Bettina Nordet nous offre un univers riche dans le domaine fantastique, avec des créatures emblématiques et magnifiques à découvrir au fil des pages, même si son écriture est parfois malhabile, notamment lors des conversations entre les personnages (surtout sur le vocabulaire de Jana). Le point positif est entièrement basé sur la fin de l’histoire qui rattrape les points négatifs que j’avais pu relever dans les précédents tomes, surtout le côté fille facile de l’héroïne. J’ai adoré le suspens et les péripéties de cette ange atypique. Même si l’auteure s’est beaucoup servie des clichés qu’on retrouve dans l’Urban Fantasy, cela ne m’a pas empêché de lire la saga jusqu’au bout.


En conclusion, « offrande de feu » propose aux lecteurs une conclusion satisfaisante pour une saga qui était au départ très mal partie de mon point de vue. L’auteure a su faire un revirement de situation remarquable, pour nous offrir quelque chose de jamais vu dans l’Urban Fantasy. Une saga qui plaira forcément aux accros du genre.


 GLOBALE : 8 /10
ÉCRITURE : 8 /10
SCENARIO : 9 /10
PERSONNAGES :6 /10
SUSPENS : 9 /10