mardi 16 janvier 2018

Platinum End #1




 GENRE : Manga / Shonen / Fantastique
ÉDITION : Kazé
NOMBRES DE PAGES : 192
PUBLIE EN : 2015 (Japon)
DATE DE L'EDITON : 25 mai 2016
LANGUE D'ORIGINE : Japonais
CREATEURS: Tsugumi Ohba & Takeshi Obata
TRADUCTION :
TITRE ORIGINAL : プラチナエンド - Purachina Endo
PRIX : 6,99€




SCENARISTE
Tsugumi Ōba est un pseudonyme associé à un scénariste de manga né à Tokyo. Il est notamment connu pour ses collaborations avec le dessinateur Takeshi Obata, parmi lesquelles Death Note (2003-2006), Bakuman (2008-2012) et Platinum End (depuis 2014).



ILLUSTRATEUR

Takeshi Obata fait ses débuts dans le manga à l'âge de 16 ans avec l'œuvre 500 kounen no shinwa , qui est récompensée par le second prix Osamu Tezuka. Il est ensuite encadré par Makoto Niwano avant de commencer sa première série Cyborg ji chan G.

Sa première œuvre à être adaptée en animé est Ningyo-soshi ayatsuri sakon. Il est connu pour avoir travaillé sur Hikaru no go, histoire basé sur le jeu de go, Blue Dragon : Ral Ω Grad ainsi que sur le manga Death Note avec comme scénariste Tsugumi Ōba.


Nobuhiro Watsuki, l'auteur de Kenshin le vagabond, fut son assistant durant quelques années et considère Takeshi Obata comme son mentor.

En 2008, il entame, toujours avec Tsugumi Ōba, la publication de Bakuman., un manga narrant les péripéties de deux adolescents dont le rêve est de devenir mangakas. Cette même année, il est présent à la Japan Expo.

En 2009, il travaille en tant que character designer sur le jeu vidéo Castlevania Judgment.

À partir de janvier 2014, il dessine l'adaptation manga du light novel All You Need Is Kill de Hiroshi Sakurazaka sur un scénario de Ryōsuke Takeuchi. En décembre 2014, il relance le manga Gakkyū Hōtei avec Enoki Nobuaki, à l'origine du projet, en tant que scénariste.

En novembre 2015, il reforme un duo avec Tsugumi Ōba et ensemble, ils commencent une nouvelle série dans le magazine Jump Square : Platinum End. Alors que la série ne dispose que de trois chapitres au Japon, elle est proposée par Kazé en simulpub en France dès le chapitre suivant sur quasiment toutes les plates-formes légales.







" Mirai, un jeune homme qui a perdu tout espoir en la vie, décide de se suicider en se jetant du haut d’un building. Mais, juste avant qu’il ne touche le sol, un ange, appelé Nasse, le rattrape au vol et lui sauve la vie. Elle lui o re alors la possibilité d’obtenir de puissants pouvoirs, promesses d’une vie meilleure... Mais en acceptant, Mirai découvre qu’il participe désormais à une compétition mortelle... "







Hello mes créatures !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous faire part de mon avis sur le premier tome de « Platinum End » de Tsugumi Ohba & Takeshi Obata.
Ces noms ne vous sont pas étrangers ? Normal ! Ils sont les auteurs de l’incroyable saga « Death Note ». Ils ont laissé les Dieux de la Mort de côté pour se consacrer aux Anges…
Je dois dire que c’est diablement efficace (sans mauvais jeux de mots)

Nous apprenons à connaître le héros : Mirai. Face à un quotidien trop pesant, une vie difficile, le jeune homme décide de mettre fin à ses jours en sautant du haut d’un immeuble.
Mais un Ange du nom de Nasse vient le secourir et lui offrir quelque chose qui lui semblait alors totalement impossible ! Le Bonheur. Mais c’est sans compter sur cette étrange compétition entre les Anges…

Encore une fois, ce duo m’impressionne ! Ils revisitent le mythe des « anges » pour nous montrer une vision assez moderne, voire futuriste.
De plus, les Anges ne sont pas réellement ces êtres charitables que l’on se fait dans notre culture. Ils arrivent parfaitement à détourner cette image pour donner une vision assez « violente » de ces êtres surnaturels. Leur bonté semble alors bien loin !

Mirai est un personnage tout à fait intéressant. Contrairement aux autres « joueurs », il reste noble de cœur et d’âme. Il ne veut pas devenir une personne brutale et violente. La seule chose qu’il désire ardemment, c’est un bonheur simple.
Nasse quant à elle, est assez enjouée et déterminée dans sa quête. Mais on aperçoit très vite qu’elle tente de comprendre Mirai, elle va faire en sorte que ce jeune homme puisse réaliser ses rêves à sa propre manière. 

En conclusion, « Platinum End » est un très bon début de saga qui promet des rebondissements très intéressants. La fin se termine déjà sur un retournement de situation que l’on n’aurait pas pu prévoir. J’ai vraiment hâte de connaître la suite !

 





GLOBALE : 8 / 10
DESSINS : 10 / 10
SCÉNARIO : 7 / 10
PERSONNAGES :  8 / 10
SUSPENS : 8 / 10




dimanche 14 janvier 2018

Book Haul - Décembre 2017




Pour une fois, j'ai été plus que raisonnable ! 
Puisqu'il s'agit de cadeaux ^_^



CADEAUX DE NOEL



Tout d'abord de la part de ma maman 💜

  • Funko pop "Harry Potter" - Remus Lupin
  • Funko Pop "Harry Potter" - Ginny Weasley
  • Phobos 4 de Victor Dixen (Collection R)






Et voici les cadeaux de la part de ma Nimgarthielle (encore merci ma belle !)

  • Rebelle du désert de Alwyn Hamilton (Pocket Jeunesse)
  • Kate Daniels #1 - Morsure Magique de Ilona Andrews (MXM bookmark)
  • Re/Member #10 de Welzard & Katsutoshi Murase (Ki-oon)





LIVRES NUMERIQUES


Et voici les seuls livres achetés 


 

  • Le Paris des merveilles #2 - L'Elixir d'Oubli de Pierre Pevel (Bragelonne)
  • Le Paris des merveilles #3 - Le Royaume Immobile de Pierre Pevel (Bragelonne)


 

  • Personal Demons #2- Péché Originel de Lisa Desrochers (Castelmore)
  • Personal Demons #3 - Rite Ultime de Lisa Desrochers (Castelmore)


 
  • Les Joyaux Noirs #2 - Héritière des Ombres de Anne Bishop (Milady)
  • Les Joyaux Noirs #3 - Reine des Ténèbres de Anne Bishop (Milady)



Et voilà, c'est tout pour Décembre :D 







Bilan de l'année 2017






Coucou, mes créatures !
Je vous retrouve aujourd’hui pour vous faire un petit bilan de l’année 2017.


RÉTROSPECTIVE 2017

·  Malheureusement pour le blog, j’ai été moins productive à cause de problèmes personnels. Je suis très fatiguée et je suis heureuse de passer à 2018 en espérant qu’elle m’apporte ENFIN du bonheur. De plus, je retiens tous ces « dramas » que la blogosphère a vécus cette année entre des débats puérils sur le nombre d’abonnés « bookstagram » et les « services presses ». Bref, je ne veux pas relancer la chose, mais j’ai trouvé cela très fatigant de voir des conflits sur tous les réseaux sociaux. La vie IRL est déjà fatigante, mais si en plus on doit vivre ce genre de chose sur le Net, je ne suis pas d’accord. Notre passion doit prodiguer de l’amour pas de la haine. 
J’ai même été parfois tenté de stopper mon blog et tout ce qui touchait à cette passion. L’envie d’arrêter est toujours en surface, je dois bien l’avouer. Je ne sais pas comment 2018 va évoluer sur l’avenir du blog. Pour le moment, je continue, mais la motivation est beaucoup moins présente que l’année dernière… Je pense que je ne ferai plus une priorité pour mon blog. Je publierai quand l’envie se fera ressentir, sans me mettre la pression. Je suis déjà assez angoissée comme cela sans pour autant ajouter de l’anxiété via ma passion. Je lirai à mon rythme, pour moi et mon bien-être avant toute chose. C’est pour cela également que je vais arrêter la rubrique « Bilan Lecture » par mois, je me sens oppressée de comptabiliser mes lectures et mes chroniques par mois. Je vais entrer dans une phrase de « slow blogging ». J’espère que pour ceux qui me suivent, vous serez assez compréhensifs et suivrez malgré tout mes articles.

· J’ai été malgré tout plus présente sur « Instagram », où j’aime le concept de mettre en scène mes lectures. Je vais tenter d’améliorer mes photos ! Je pense regarder après quelques petites décorations qui pourraient venir enrichir mes mises en scène. J’ai découvert des super comptes « bookstagram » avec des personnes très gentilles et géniales ! J’espère en découvrir davantage durant cette nouvelle année et essayer d’échanger un peu plus.

· On a tous plusieurs passions. Une chose de dingue c’est produit cette année et qui est venu me mettre du baume au cœur. Certes, cela n’a rien à voir avec les livres, mais bon sang ! C’est aussi important pour moi. Je suis une grande fan de l’artiste « Tim Skold » depuis maintenant 15 ans ! J’avais démarré en créant un blog, puis un forum, un site, un tumblr pour finir par une page Facebook de cette artiste en France (oui, il n’est pas assez reconnu selon moi). Pour me remercier de toutes ces années de soutien, j’ai reçu un « package » de fou provenant des USA avec un mot de remerciement de sa femme. Chaque fois que je pose les yeux sur ces nouveaux goodies, j’ai le cœur qui se gonfle de bonheur ! Je ne l’ai pas revu sur scène depuis 10 ans, mais j’espère pouvoir remédier à cela, en croisant les doigts pour qu’il vienne à nouveau en France. Je suis tellement fière de ma collection accumulée au fil de ces 15 dernières années !

· Point positif de l’année écoulée, j’ai réussi mon challenge « goodreads » en lisant 91/90 ! Par contre, j’ai raté le challenge « Livraddict » où je n’ai pas lu tous les livres sélectionnés pour cette année. Je ne sais pas si je vais le faire pour 2018…
Je devais également lire 12 romans classiques dans l’année, mais ce ne fut que deux romans.
Et si maintenant on passait au « Tops/Flops » de cette année 2017 ? 


TOPS


http://img.livraddict.com/covers/174/174644/couv16818206.jpg1. Sherlock Holmes : Etude en rouge de Sir Arthur Conan Doyle

Mai — Le premier coup de cœur fut long à arriver ! Et c’est avec un roman classique qu’il a eu lieu, sans surprise « Sherlock Holmes » avait tout pour faire palpiter mon petit cœur de bonheur.





2. Rose Morte #4 — Ikebana de Céline Landressie

Juin — comme toujours, Rose Morte figure une fois encore dans les meilleurs romans lus de l’année. Dans ce quatrième opus, Céline Landressie nous donne une histoire où les intrigues commencent à se démêler, mais où les émotions entre les personnages viennent chavirer notre cœur !




3. Chroniques Lunaires #3 — Cress de Marissa Meyer

Juin – J’ai toujours apprécié la saga des « chroniques lunaires », mais « Cress » fut sans conteste mon favori jusqu’ici ! L’auteure revisite le conte de Raiponce pour mon plus grand plaisir. De plus, on en apprend un peu plus sur Thorne, et mon dieu j’adore ce personnage ! 





4. La maison bleu horizon de Jean Marc Dhainaut

Juillet – Ce roman avait tout pour me plaire. Un roman fantastique qui parle de phénomènes paranormaux ! Alan Lambin, enquêteur surnaturel nous fait vivre une enquête palpitante dans ce roman. Les éléments parsemés ne sont jamais anodins. Frissons garantis !

-> CLIQUEZ ICI POUR VOIR MA CHRONIQUE <-



5. Damné #1 – L’Héritage des cathares de Hervé Gagnon

Août – Ce roman fut ma plus belle découverte de l’année 2017. La plume exquise de l’auteur nous fait découvrir la croisade contre les cathares, qui mêlent l’historique et le fantastique avec génie. J’adore « apprendre » des nouvelles choses quand je lis un roman, ici j’en ai eu à loisir, tant le récit est riche !



FLOPS



1. Les traqueurs d’Antoine Bombrun

Mars – « Les Traqueurs » aurait pu être une très bonne histoire de « Dark Fantasy », bien évidemment il y a trop de points négatifs pour que ce fût le cas...
Ce roman est un cliché sur les jeux RPG et nous avons une totalement absence de personnages féminins. 



2. Toutes griffes dehors — Préambule de Maëlle Andals

Novembre —Ce préambule à la saga ne m’a pas réellement captivée à cause d’un manque cruel d’imagination dans le scénario de cette saga d’Urban Fantasy. L’écriture de l’auteure fut aussi un peu brouillonne ce qui ne m’a pas aidé à l’apprécier. 



3. Autopsie de Kerri Maniscalco

Octobre —J’avais entendu beaucoup de bien sur ce premier roman de Kerri Maniscalco, malheureusement je n’ai pas du tout apprécié. L’auteure aurait pu rendre l’histoire de « Jack l’Éventreur » très intéressante, mais malheureusement elle s’est trop attardée sur les états d’âme de son héroïne.



4. Glass Sword de Victoria Aveyard

Novembre —Je n’avais déjà pas tellement apprécié le premier tome, mais ce second opus est encore pire. Les personnages sont de plus en plus antipathiques et le scénario stagne d’un bout à l’autre. Quant à l’écriture de l’auteure, il est toujours aussi agaçant avec maintes répétitions qui ne servent qu’à allonger le récit. 

(chronique à venir)



5. Nos chemins de travers de Georgia Caldera

Décembre —C’est la première fois en 6 ans que je suis déçue d’un roman de Georgia Caldera. Elle a toujours fait partie de mes auteurs « chouchous », mais « Nos chemins de travers » n’a pas su me combler comme ses précédents récits. Entre un scénario copié de précédente saga de romance adulte, je n’ai pas retrouvé de suspens et j’ai su deviner la moindre intrigue. La seconde chose qui m’a ennuyé, c’est les clichés constants qu’on retrouve dans le récit qui ont été déjà utilisés et revus à maintes reprises. (chronique à venir)




ET POUR 2018 ?

Pour 2018, j’ai envie de revenir à l’écriture. J’ai envie de pouvoir terminer mon premier roman et entamer la réécriture de ma saga vampirique. Juste pouvoir finir un projet et en être fière ! (ce qui je dois bien l’avouer risque d’être compliqué) J’ai deux mois pour tenter un concours de nouvelle également, mais pour cela je dois TOUT réécrire une ancienne dont la fin n’était pas satisfaisante et qui n’est pas assez longue non plus. Donc, je pense être encore moins productive pour ses raisons.
Je veux simplement reprendre le « goût » à la lecture sans me mettre la pression sur ce sujet. Il s’agit avant tout de ma passion, pas quelque chose qui doit me « dégouter ». Je compte bien suivre cette nouvelle ligne de conduite. 












vendredi 15 décembre 2017

Kasane, la voleuse de visage #4




 GENRE : Manga / Seinen / Fantastique
ÉDITION : Ki-oon
NOMBRES DE PAGES : 192
PUBLIE EN : 2014 (Japon)
DATE DE L'EDITON : juillet 2016

LANGUE D'ORIGINE : Japonais
AUTEUR : Daruma Matsuura
TRADUCTION : Sébastien Ludmann
TITRE ORIGINAL : 累 - Kasane
PRIX : 7 € 65


CHRONIQUES PRECEDENTES



Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 1  Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 2 http://skoldasybooks.blogspot.fr/2017/09/kasane-la-voleuse-de-visage-3.html






" Consciente d'être désormais prisonnière du marché qu'elle a passé, Nina tente de mettre fin à ses jours... Alors que la jeune femme est plongée dans le coma sous les traits de Kasane, cette dernière doit faire face à une difficulté imprévue : incarner Nina devant ses parents, et plus particulièrement sa  mère, qui commence à avoir des soupçons !
Au début torturée par le remords et les regrets, Kasane finit par accepter de la piéger et s'émancipe enfin de l'ombre de Sukeyo Fuchi. Mais avec le succès de "Salomé", voilà qu'une autre personne se met à s'intéresser à l'actrice..."





/!\ RISQUE DE SPOILERS /!\


Dans ce quatrième tome, nous découvrons à nouveau une « Kasane » plus sensible et de nouveau plus humaine. Après la mésaventure avec Nina, elle comprend qu’elle ne pouvait plus agir sans cœur. Mais sa nouvelle vie va être mise à rude épreuve avec la venue d’un nouveau personnage.

Kasane qui se trouve toujours sous les traits de Nina Tanzawa, a obtenu le rôle de « Salomé ». Un rôle qu’elle interprète avec brio ! Elle découvre également la douceur d’être aimé par un acteur de la pièce.
Petit à petit, elle arrive à assimiler cette nouvelle vie et liberté.
Mais lorsqu'elle va rencontrer Nogiku, Kasane va être totalement bouleversée. En effet, cette jeune fille est le sosie de sa mère Izana, plus connu sous le nom de « Sukeyo Fuchi ». Comment cette fille peut-elle autant ressembler à Sukeyo ? La vérité est encore bien plus sombre que ce que l’on pouvait penser au premier regard…

Je dois dire que je ne m’attendais pas à une telle révélation. L’apparition de Nogiku provoque un véritable raz-de-marée !
Je ne vais pas trop dévoiler pour vous laisser un peu la surprise, mais ce personnage a également un passé très sombre. Une vie difficile qui est aussi ténébreuse que celle de Kasane.
C’est peut-être pour cela (ainsi que la ressemblance avec sa mère) que Kasane va lui tendre la main.
Daruma Matsuura évoque un thème encore obscur et complexe : l’inceste et la prostitution.
Les dessins parlent d’eux-mêmes pour traiter ces sujets, elle l’écrit et dessine sans tabou et dans toute son horreur. Utilisant la beauté qui est toujours la source de convoitise chez l’homme, elle montre une nouvelle facette de cette vision. Si Kasane recherche la beauté pour être acceptée dans la société, Nogiku tente de s’en défaire… La beauté est ainsi traitée dans ce tome de façon à subir la malveillance de la perversité humaine, comme une possession exquise, un droit. Tout n’est pas blanc ou noir, la mangaka arrive très bien à nous faire passer le message : « Tout est gris ». Entre le bien et le mal, il n’y a qu’un seul petit pas à franchir.
J’ai vraiment hâte de voir comment évolue cette nouvelle relation entre Kasane et Nogiku. Quelque chose me dit que le « poison » n’est jamais très loin de la jeune fille.


En conclusion, ce quatrième tome nous offre une autre facette sur le thème de la beauté, assez complexe. Daruma Matsuura a un réel don pour la tragédie. Avec la venue de ce nouveau personnage, on découvre encore plus profondément la noirceur de l’âme humaine. Pour notre plus grand plaisir ! 



GLOBALE : 9,5 / 10
DESSINS : 10 / 10
SCÉNARIO : 9 / 10
PERSONNAGES :  10 / 10
SUSPENS : 9 / 10










mardi 12 décembre 2017

Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon



 

GENRE : Romance / Feel-good
EDITEUR : Bookelis

NOMBRES DE PAGES : 332
PUBLICATION : 12 décembre 2017

LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Elsa Gallahan
PRIX : 12€90 (papier) / 2€90 (Ebook)

CHRONIQUES PRECEDENTES


http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/03/genre-fantastique-romance-edition.html  Couverture La Nymphe et le Dragon, tome 1 : L'indomptée et l'indomptable





" Prénom : Cassandra alias la Princesse Geekette
Âge : 22 ans
Professions : Animatrice en centre de loisirs/Développeuse Web
Signes Particuliers : Caractère de merde, impulsive, jure comme un charretier, reine de la gaffe
Profil Amoureux : Ai mis en place un système de 4 lignes défensives suite à des expériences douloureuses
Rêve : De connaître l'amour, mais trouve toujours un tas de raisons de le fuir à toutes jambes (Non, j'ai pas peur...)
Le Hic Bonus : Ai rencontré mon idéal masculin dans des circonstances pour le moins catastrophiques "






Bonjour mes créatures !


Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du tout nouveau roman d’Elsa Gallahan « Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon ». Elle m’a gentiment proposé de le lire en avant-première. Alors pour fêter sa sortie, je me devais de vous dire tout ce que j’ai pensé de cette romance feel-good !


Nous faisons la connaissance de Cassandra alias Princesse Geekette. Elle vit à Landres, une petite bourgade  sans prétention, où elle partage sa vie entre son travail d’animatrice en centre de loisirs pour enfants et développeuse web free-lance.
Son quotidien bien ordonné va vite être bouleversé par sa rencontre avec un homme séduisant, disons dans des circonstances plutôt « hyper » gênantes. 


Il faut tout d’abord revenir sur mon genre littéraire favori, comme vous le savez j’adore la SFFF. Bien que je sois ouverte à tout type de littérature, j’ai toujours eu des difficultés avec la romance. Pourtant, Elsa Gallahan a conquis mon cœur avec son nouveau récit. Pourquoi ? Je vous en fais un descriptif plus complet !


Tout d’abord, l’auteure nous offre des personnages très attachants ! Nous avons d'un côté : Cassandra ( Princesse Geekette, Cassbouboules ou encore Cassolette), une jeune femme de 22 ans qui n’a pas sa langue dans la poche. Elle a un tempérament de feu, qui ne peut pas s’empêcher de dire tout haut ce qu’elle pense. Malgré son vocabulaire fleuri, cette femme est très réservée et attachante avec sa sensibilité exacerbée. Je ne cache pas que je me suis reconnue plusieurs fois en elle, c’est fou de voir à quel point l’auteure à poser des mots sur ce que je ressens la plupart du temps dans ma vie.
Cassandra a le cœur fragile à cause d’une déception amoureuse. Elle s’est barricadée derrière un mur de pierre pour ne plus souffrir des agissements d’autrui. Finalement, elle n’a jamais connu le véritable amour. C'est un sentiment qui la fait fuir dès que son cœur commence gentiment à revivre.
De l'autre côté, nous avons Eric Leroy. Un homme séduisant et sûr de lui. D’après le premier portrait qui se dresse devant nous, on découvre un homme coureur de jupons… Seulement, il ne faut jamais se fier à la couverture d’un livre ! N’est-ce pas ? La vérité est parfois tellement plus complexe que les apparences. Petit à petit, on s'aperçoit qui est réellement cet homme, ainsi que les sacrifices qu’il a fait tout au long de sa vie pour aider ses proches. Alors, on se rend compte que son potentiel est au-delà de tout ce qu’on pouvait s’imaginer sur lui. 


Elsa Gallahan a toujours eu un style d’écriture riche et puissant. Bien qu’au départ j’ai eu beaucoup de mal à ce style plus familier, je me suis laissée gentiment emmener par le tourbillon de folie de ce roman.
On y trouve une dose d’humour à haute intensité ! J’ai pleuré de rire à plusieurs reprises tant les scènes cocasses de Cassandra sont tellement riches en diverses bévues. On se retrouve avec des quiproquos entre les protagonistes qui nous font sourire. « Je me suis lavé les mains avant de remonter mon pantalon » est un parfait résumé du quotidien de l’héroïne. Cette phrase est également l’élément déclencheur dans l’enchaînement du scénario. Qui pouvait penser qu’une simple chose pouvait conduire à un cataclysme de maladresses ? (je retiens ma scène favorite lors de la soirée du mardi’festival).
Mais notre Elsa ne perd pas sa dose « dramatique », en effet elle évoque dans son roman des thèmes importants. Notamment, l’homosexualité, mais plus particulièrement « L’homoparentalité ». Nous avons un point de vue très intéressant sur le « mariage pour tous » qui a tant fait débat ces cinq dernières années. Je suis heureuse qu’elle ait su traiter un sujet aussi délicat et avec autant de justesse et d’émotions.
Elle évoque également l’humiliation ou la pédophilie avec les conséquences sur la vie d'adulte d'une victime.
Mon cœur a constamment fait les montagnes russes durant ma lecture ! 


Je terminerai simplement sur le fait qu’Elsa Gallahan a ajouté une nouvelle corde à son arc. Elle nous démontre avec brio qu’elle est une auteure aux multiples talents. Cette romance douce et humoristique est parfaite pour se changer les idées, mais elle nous fait également réfléchir sur les préjugés. Même si pour moi, l’écriture est un peu moins travaillée que pour ses précédents romans, il reste un livre exquis à dévorer sans modération.
Je voudrais dire à titre personnel, encore une fois que je l’admire ! Avec la vie et l’adversité qu’elle a subie ces derniers mois, elle peut être fière du travail accompli sur ce roman. Bravo, Elsa ! Malgré ta douleur, tu as su faire rire tes lecteurs ! C’est cela le plus grand exploit que tu viens de réaliser. 



 EXTRAITS

" Pour cela, je me rappelle mon unique saut à l'élastique. J'avais peur du vide et pourtant, j'étais allée au bout. Ou plutôt le moniteur à court de patience avait  fini par me pousser... Cela ressemblait plus à la chute du faucon noir qu'au saut de l'ange de Lara Croft, mais le résultat était là..." - SCENE 1

* * *

 " Je suis morte de trouille. Statufiée sur place. C'est pas Arachné en fait que j'ai au fond de ma baignoire, mais la Méduse. Persée, où es-tu ? Viens me sauver." - SCENE 2

* * *

" - Mais...Mais...Je suis pas chez moi ?
- Ah ça non ! On se trouve chez moi.
- Quueeeeuuuouuaaahh ? s'écrie-t-elle en écarquillant les yeux.
Elle se lève brusquemment, et effectue un 360° sur elle-même.
- Oh putain ! Je suis dans l'antre de Monsieur le Roi du Cul ? La vache !
" - SCENE 7



GLOBALE: 8,5 / 10
ÉCRITURE :7 / 10
SCENARIO: 9 / 10
PERSONNAGES: 10 / 10
SUSPENS : 8 / 10