mardi 26 août 2014

Hors de Portée







GENRE : Romance Contemporaine
ÉDITION : J'ai lu
COLLECTION : J'ai lu pour elle
NOMBRES DE PAGES : 478
DATE DE PUBLICATION : 4 juin 2014
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Georgia Caldera











" Sa spécialité ? Fuir toute relation. Et on peut dire que Scarlett est docteur ès "Disparition au petit matin". Inutile de lui parler relation sérieuse, confiance et stabilité, elle en est incapable. Si investissement il y a, c'est dans la société de décoration d'intérieur qu'elle vient de créer avec sa cousine, ancienne mannequin déjantée, et qui lui prend le plus clair de son temps. Pourtant, face à son nouveau client, le très entêté et séduisant M. Mufle-Connard, plus connu sous le nom d'Aidan Stern, le savoir de Scarlett ne lui sera d'aucun secours. Mais parviendra-t-il vraiment à guérir les blessures du passé ? "









« Hors de portée » est une romance contemporaine écrit par Georgia Caldera. Je m’étais penchée avec un grand plaisir sur sa saga fantastique « Les larmes rouges », dont l’histoire d’amour entre Cornélia et Henri est finalement assez proche avec celle de « Hors de portée ».
Bien qu’au premier regard, les personnages ressemble à s’y méprendre à ce genre de littérature. Un homme d’affaire qui s’entiche d’une femme naïve…
J’avoue qu’habituellement, je ne lis pas ce genre de roman détestant la forme et le caractère fade des personnages.
Mais ici, on retrouve comme dans sa saga fantastique, un homme torturé, Aidan Stern. Un homme abîmé avec le temps à cause d’un passé trop lourd subit dès son plus jeune âge. De l’autre côté, nous avons le cliché de la femme amoureuse et naïve, Scarlett. Bien que son passé la pousse à fuir les hommes, on comprend que sa crainte à l’attachement vient suite à un accident majeur succédant à sa rupture de son premier amour.
Pour Aidan, malgré le fait qu’il soit fou amoureux de Scarlett, sa vengeance envers sa famille pourrait lui faire perdre, la femme de sa vie.
Il y a donc beaucoup de quiproquos entre les amants, qui préfèrent garder leurs sentiments en eux. Aidan se cache derrière un masque d’arrogance, tandis que Scarlett préfère tout simplement ignorer et effacer ses souvenirs de l’homme qui l’a jadis blessée. La phrase « Si tu me suis, je te fuis » résume parfaitement le roman.
En ce qui concerne les personnages secondaires, ils sont assez flous et peu travaillé. Une chose que je regrette un peu, car le personnage de Louise m’intéressait beaucoup. Même si elle s’intéresse à un homme, on ne sait pas vraiment ce qui advient des deux à la fin du récit.
Les autres sont au final que des figurants.
Le style d’écriture de l’auteure est au début quelques peu brouillon, trop familier. Moi qui étais trop habitué à son style d’écriture plus sophistiquée, travaillé dans « les larmes rouges ». Mais dans les chapitres suivants, le style devient plus fluide et on se laisse porter facilement.
Pour résumer, c’est certes une romance, mais avec un passé sombre et douloureux pour les héros de l’histoire. C’est ce fait qui rend le roman intéressant, tellement qu’on a du mal à reposer le livre. Georgia Caldera a comme toujours une plume faite pour nous entraîner dans son univers, peu importe que ce soit des vampires ou la vie réelle. Le fait qu’elle passe d’un univers totalement imaginaire à la réalité, m’impressionne encore plus sur le talent de cette auteure !
Je vous invite donc à lire les premières pages du premier tome de « Victorian Fantasy : Dentelle et Nécromancie » qui paraîtra le 10 septembre prochain.







GLOBALE : 7 / 10
ECRITURE : 7 / 10
SCENARIO : 6 / 10
PERSONNAGES : 8 / 10
SUSPENS : 6 / 10






samedi 16 août 2014

Anita Blake #17 - Jeux de fauves








GENRE : Urban Fantasy
ÉDITION : Milady
COLLECTION : Bit-Lit
NOMBRES DE PAGES : 735
DATE DE PUBLICATION : 27 septembre 2013
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
TRADUCTION : Isabelle Troin
TITRE ORIGINAL : Skin Trade










Laurell K. Hamilton est principalement l'auteur de deux séries de romans :Anita Blake, commencée en 1993, et Merry Gentry, commencée en 2000. L'une et l'autre séries se déroulent, à notre époque, aux États-Unis, dans un monde où la magie est monnaie courante et où l'existence des monstres est connue des humains. Les deux mondes se côtoient et ont ainsi de nombreux rapports et échanges tout en demeurant foncièrement étrangers l'un à l'autre.
Les deux séries sont assez proches par leurs thématiques en dépit de quelques différences. Dans la série Anita Blake, les créatures garous (loups, rats, panthères etc.) et les vampires essaient de s'intégrer à la société humaine et d'y exercer un travail malgré le climat de méfiance qui les environne. Dans la série Merry Gentry, les elfes (appelés sidhes) de lumière et les elfes ténébreux vivent séparés des hommes dont ils fuient la curiosité afin de conserver la pureté de leur race mourante dans le refuge de leur dernier territoire.
Parfois comparés à Buffy pour leur caractère batailleur, les personnages principaux de Laurell K. Hamilton s'en démarquent toutefois par quelques aspects plus sombres. Les deux séries baignent en effet dans une ambiance de sensualité et de fantastique où les rapports sado-masochistes sont la règle des relations entre les personnages. Cet aspect très particulier constitue certainement la grande originalité de l'œuvre de Laurell K. Hamilton.
Les douze premiers volumes de la série Anita Blake, et les deux premiers de Merry Gentry ont été pendant un temps publiés par Pocket, entre 2002 et 2004. Aujourd'hui, les éditions Bragelonne, spécialisées dans les genres de l'imaginaire, ont repris Anita Blake. Ils ont ainsi réédité les neuf premiers tomes chez Milady (label de Bragelonne). Les suivants, complètement inédits en français, sont édités au fur et à mesure, en grand format, chez Milady pour les tomes 10 à 12 puis chez Bragelonne à partir du tome 13. D'autre part, Merry Gentry est à présent traduit et publié par les éditions " J'ai lu ".


TITRE DE LA SAGA " ANITA BLAKE "
1. Plaisirs coupables
2. La Cadavre Rieur
3. Le Cirque de Damnés
4. Lunatic Café
5. Le Squelette Sanglant
6. Mortelle Séduction
7. Offrande Brulée
8. Lune Bleue
9. Papillon d'Obsidienne
10. Narcisse Enchaîné
11. Péchés Céruléens
12. Rêves d'Incubes
13. Micah
14. Danse Macabre
15. Arlequin
16. Sang Noir
17. Jeux de Fauves
18. Flirt
19. Coups de feu
20. Liste noire (à paraître )





 " C'est le cadeau répugnant d'un vampire tueur en série qui m'a incitée à m'intéresser à Las Vegas. Mais la situation est pire que je le pensais: plusieurs officiers de police et un exécuteur ont été assassinés. Epaulée par trois marshals, dont l'impitoyable Edward, je dois mener l'enquête. Heureusement qu'il est là pour couvrir mes arrières, car tout porte à croire que c'est un tigre-garou qui a fait le coup. Or, ces derniers sont très puissants dans la Cité du péché: je risque bien de prendre quelqu'un de haut placé à rebrousse-poil..."





Pour ceux qui ne connaissent pas encore « Anita Blake », cette héroïne au caractère bien trempée est l’une des grandes références dans le domaine de l'Urban Fantasy.
Dans « Plaisirs Coupables » on découvrait avec plaisir son univers, son quotidien et le caractère de cette femme blessée par son passé. Peut-être pour cela que la jeune femme s’amuse à courir après les monstres. En tant que Exécutrice, elle est celle qui doit éliminer les vampires renégats.
Au fil des tomes, elle s’entiche du vampire qu’elle a sauvé dans « Plaisirs coupables » face à Nikolaï, le maître de la ville de St Louis. Jean-Claude devient alors une part importante de sa vie, jusqu’au moment où elle croise le chemin de Richard. Un loup-garou vraiment séduisant, mais qui se trouve être également l’animal à appeler de Jean-Claude. Bref, jusqu’à « Papillon d’Obsidienne », les aventures de Anita sont toujours bourrés d’action, de romantisme. Mais dès « Narcisse Enchaîné », l’auteure n’a rien eu de mieux à faire que de la transformer en fille facile, alors qu’au début de ses aventures, elle était la plus conservatrice de toute. Ce changement brutal survient avec l’acquisition d’un pouvoir vampirique hérité de Jean-Claude, l’ardeur. Une chose incompréhensible, sachant que l’auteure a sorti ça de son chapeau en deux secondes, alors que ce pouvoir de Jean-Claude n’a jamais été mentionné dans les tomes précédents. Alors, petit à petit les tomes deviennent juste des histoires de sexes, avec pour Anita divers partenaires ! Je pense qu’on doit être à une quinzaine désormais…
Le fait que l’auteure à commencer à écrire des scènes SM se rapporte étrangement à l’arrivée de sa nouvelle série « Merry Gentry » qui a débuté son histoire directement avec le sexe. Laurell K.Hamilton a maintenant entièrement changé la personnalité de Anita Blake et c’est cela qui me déçoit de plus en plus au fil des tomes.
J’en viens donc à « Jeux de fauves », où j’espère toujours qu’Anita redevienne celle qu’elle était auparavant. Ici, ce n’est toujours pas le cas, mais il y a tout de même une amélioration.
Premièrement dans le scénario, Anita se voit contrainte à quitter Saint-Louis pour se rendre à la poursuite d’un tueur en série à Las Vegas. Elle doit alors laisser tout son harem où il se trouve, pour se consacrer pleinement à l’enquête en cours. On retrouve une coopération avec Edward, Olaf et Bernardo (vu précédemment dans « Papillon d’Obsidienne » quand ils étaient tous réunis). Dès le début, elle doit faire ses preuves au sein d’un milieu d’hommes. Quand au fil de l’histoire, il est très bien tenu et rempli de suspens. On ressent beaucoup les recherches que l’auteure a effectuées pour être en phase avec la réalité. Malgré le thème des vampires et autre, le milieu de la police et de la médico-légal est décrite avec une grande précision, sans en faire trop. C’est ce que j’ai le plus apprécié dans ce tome.
Deuxièmement, il y a tout un jeu de relation qui se trouve brusquement changé. Entre Edward et Anita, il se lie une nouvelle phase dans leur relation. On ressent que la « mort » éprouve désormais des sentiments aussi bien pour Anita, que pour sa propre famille. Il a aussi changé et tient à ses proches désormais, alors qu’au départ « tuer les méchants » était tout ce qu’il désirait. La seconde relation et bien plus qu’étrange, c’est Olaf qui espère avoir une relation amoureuse avec Anita. Sachant qu’il a pour habitude de tuer les femmes après des rapports sexuels, ce brusque changement a de quoi atterré, Anita.
Ensuite, des relations sexuelles viennent s’imbriquer forcément pendant l’enquête d’Anita, conséquence de l’ardeur. Premièrement, elle couche avec la Vérité Fatale (deux puissants guerriers de Jean-Claude), puis divers tigre-garou de Max (maître de la ville de Las Vegas) et pour finir devant le tueur en série lui-même ! Pour une qui pleure encore dans ce tome qu’elle en a marre, elle prend son pied à faire des choses qui la répugne et même sans contrainte. Cela devient n’importe quoi à ce niveau-ci, et à force de partir dans tous les sens, on se lasse vraiment. Surtout quand on voit comment elle élimine le grand méchant ! J’en suis restée abasourdi et extrêmement déçue. C’est quoi cette blague ?
D’un point de vue de l’écriture, je n’ai rien n’a redire. A part, les termes vulgaires utilisés pour parler de sexe ou les quelques erreurs des éditeurs. (Inversion de nom et fautes d’orthographe)
En conclusion, je suis assez mitigé sur ce tome, même si j’ai adoré le déroulement de l’enquête. Je pense que le reste, on aurait pu s’en passer.Bien que oui, pour une fois c'est une enquête qui domine le tome et non les histoires de sexe de l'héroïne! Du coup, je ne lis pas la suite tout de suite, je préfère lire un autre roman avant de reprendre la suite d’Anita Blake.




GLOBALE : 8 /10
ÉCRITURE : 7 / 10
SCENARIO : 8 /10
PERSONNAGES : 7 /10
SUSPENS : 10 / 10









dimanche 10 août 2014

Rebecca Kean #5 - L'armée des âmes





GENRE : Urban Fantasy
ÉDITION : J'ai lu
COLLECTION : Darklight
NOMBRES DE PAGES : 415
DATE DE PUBLICATION : 26 mars 2014
LANGUE D'ORIGINE : Français









Originaire de Lille, Cassandra O'Donnell vit depuis plusieurs années dans la région de la Normandie. Elle est fan de Tolkien, Ilona Andrews et de Laurell K. Hamilton. Réalisatrice de documentaires et de reportages, elle décide de prendre son pseudonyme actuel pour créer la saga Rebecca Kean en 2011, publiée chez j'ai lu, dans la collection Darklight.
En 2013, elle se lance dans la romance historique, dans la collection J'ai lu pour Elle, avec la saga Les Sœurs Charbrey. Durant le Salon du Livre de Paris 2013, elle participe à la conférence 50 nuances de romance.
En octobre 2013, elle a été la marraine de la seconde édition des Halliennales à Hallennes-Lez-Haubourdin.
En novembre 2014, l'auteure se lance dans l'écriture d'une trilogie pour la jeunesse intitulée Les Enfants de Malenfer qui sera publiée chez Flammarion.
TITRES DE LA SAGA "REBECCA KEAN"
1.Traquée
2. Pacte de sang
3. Potion macabre
4. Ancestral
5. L'armée des âmes








" Ah les joies de la famille... Les flambées de vampires, les batailles sanglantes, les coups de fouet, les séances de torture ludiques, les joyeux exorcismes... Tout ces petits bonheurs simples me reviennent à l'esprit depuis que grand-mère et les Vikaris m'ont retrouvée et ont débarqué en ville dans l'intention évidente de me liquider !
Nostalgie, quand tu nous tiens..."






Encore un tome de lu pour la saga « Rebecca Kean ». Encore une série dont je suis fan !
Comme pour les précédents, « L’armée des âmes » est un tome riche en suspens et action, où l’héroïne doit faire face à plusieurs choses : un tueur psychopathe, sa grand-mère et ses gardes du corps Vikaris, les pouvoirs de sa fille Leonora et un petit service à rendre à Gordon le chef de clan des loups.
Tout débute avec l’affrontement de Rebecca et sa grand-mère. Un combat explosif ! Je pense que ça résume assez bien ce passage. Les dégâts sont conséquents forcément, mais pas vraiment comme on l’attend, sa grand-mère s’en retrouve même quelques peu surprise. D'ailleurs ce trio de drôles de dames a un sens de l'humour à tout épreuve. Je les adore !
En ce qui concerne le tueur, il est de très loin le plus puissant que la sorcière de guerre doit affronter. A tel point qu’il arrive à annihiler ses pouvoirs, elle n’a pas beaucoup de solutions pour en venir à bout… Surtout que certaines personnes qu’elle connait bien, commence à mourir à cause de lui. Surtout que Tyriam, le chef de clan des chamans lui cache des indices précieux pour en venir à bout. Que peut-il lui cacher d’important pour risquer la vie d’autrui ? La réponse qu’elle obtient du chaman l’abasourdi, encore plus quand ce dernier parle de sa fille.
En effet, Leonora a des pouvoirs hors normes, à tel point que le clan chaman veulent l’aider à les maîtriser et qu’ils sont d’ailleurs les seuls à pouvoir la guider dans cette voix. La jeune hybride est d’ailleurs plus puissante qu’on le pense, à la fin du tome elle se voit bénit par un Dieu qui fait frémir les Vikaris. Rebecca souhaite alors trouver un plan pour contrer celui du dieu en question.
Concernant Raphael, Rebecca se pose de plus en plus de questions à son sujet. De part les quelques éléments récoltés par les vikaris et le tueur lui-même. Qui est-il réellement ? Tant de questions qui viendront forcément dans les prochains tomes.
A propos de l’histoire des Dieux, parfois je m’égare un peu avec tous les noms. Je pense qu’un petit schéma en début du tome pourrait nous aider à nous repérer avec les branches des magies de vie et de mort.
J’en viens au point qui m’agace encore une fois plus que tout. Les éditeurs qui ne prennent pas la peine de corriger les manuscrits. J’avais lu les quatre tomes en version ebook, je croyais que les fautes d’orthographe étaient plus conséquentes, mais en lisant ce cinquième tome je me suis trompée. Même dans les versions papier, l’orthographe laisse à désirer. A tel point, que chaque chapitre est bourré de fautes d’orthographe. Je ne dis pas que parfois une petite faute ça n’arrive pas, mais à ce point ? Cela m’a fait mal aux yeux ! En plus, parfois il y a des inversions de prénom. Un mort qui parle, ce n’est pas encore arrivé malheureusement. J’espère vraiment que cela va s’améliorer dans la suite sur ce point, car ça m’attriste vraiment de gâcher une aussi bonne série à cause de cela.
Malgré cela, j’ai vraiment hâte de découvrir la suite des aventures !




GLOBALE : 8 / 10
ECRITURE : 4 / 10
SCENARIO : 9 / 10
PERSONNAGES : 9 / 10
SUSPENS : 10 / 10
HUMOUR :  7 / 10






vendredi 8 août 2014

Charley Davidson #5 - Cinquième tombe au bout du tunnel








GENRE : Urban Fantasy
ÉDITION : Milady
COLLECTION : Bit-Lit
NOMBRES DE PAGES : 398
DATE DE PUBLICATION : 22 novembre 2013
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
TRADUCTION : Isabelle Vadori
TITRE ORIGINAL : Fifth  grave past the light









En 2009, Darynda Jones a remporté le Golden Heart® du meilleur roman de paranormal romance pour son manuscrit Première tombe sur la droite. Darynda n’arrive pas à se rappeler d’une époque où elle n’était pas occupée à coucher des mots sur le papier. Elle vit au Pays de l’Enchantement, qu’on appelle aussi le Nouveau-Mexique, avec son mari, qu’elle a épousé voilà plus de vingt-cinq ans, et leurs deux magnifiques garçons, alias les Mighty Mighty Jones Boys.

TITRES DE LA SAGA "Charley Davidson"
1. Première tombe sur la droite
2. Deuxième tombe sur la gauche
3. Troisième tombe tout droit
4. Quatrième tombe au fond
5. Cinquième tombe au bout du tunnel
6. Au bord de la sixième tombe (à paraître le 4 décembre 2014)








VOUS SAVEZ, CES MAUVAISES CHOSES QUI ARRIVENT AUX GENS BIEN ? C'EST MOI.
" Charley s'était juré de garder ses distances avec Reyes, le torride fils de Satan. Mais quand les victimes terrorisées d'un tueur en série  commencent à s'entasser dans son appartement, elle est contrainte de lui demander de l'aide.
Surtout lorsqu'il devient évident que sa soeur, Gemma, est la prochaine cible. Seulement, Reyes pose une condition pour lui offrir sa protection : que Charley se donne à lui corps et âme. Un prix que la Faucheuse pourrait bien accepter de payer pour sauver sa soeur... "





Je dois dire que depuis le premier tome « Première tombe sur la droite », je suis une grande fan de la saga « Charley Davidson ». Cette série est une des rares que j’attends toujours avec impatience !
Et je dois dire que ce tome 5 est comme les précédents : un vrai délice.
Premièrement, c’est un tome riche en révélation. Surtout sur le personnage de Gareth et de son séjour dans l’antre du Diable. Bien que l’ombre plane toujours sur les sévices qu’il a pu y subir, il s’est trituré les méninges pour trouver la vérité face aux mensonges auxquels il a dû faire face.
Qui se retrouve alors le centre de l’attention ? Évidemment la relation particulière entre Charley et Reyes. (J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la petite bagarre entre les deux mecs sexy )
Les révélations qu’on apprend sont vraiment très intéressantes et changent l’avenir des deux amoureux. Jusque ici, j’ai toujours pensé que c’était une situation plus compliquée et un amour impossible. Maintenant, vu sous l’angle de « Gareth », on se dit que désormais tout est possible.
Deuxièmement, comme toujours Darynda Jones jongle avec plusieurs affaires pour notre petite détective. On ouvre le tome en pleine enquête pour Charley, qui se doit de savoir si le mari d’une cliente est vraiment infidèle. Forcément, rien ne se passe comme prévu (ça serait trop facile aussi non). En plus de cette enquête, elle doit résoudre un problème qui s’entasse petit à petit dans son appartement, une dizaine de fantômes de femmes en piteuse état. Immédiatement, elle soupçonne des victimes d’un tueur en série.
Pour la troisième enquête, il s’agit de la suite du tome précédent « le pyromane » dont Charley soupçonnait Reyes, mais quand la vérité vient la frapper de plein fouet, elle se trouve totalement désemparée. Ne sachant pas comment trouver une solution à ce nouveau problème.
Puis entre le fantôme qui vient lui dire que personne ne retrouve son corps, prends une dimension tout à fait surprenante. D’ailleurs, mes soupçons sur cette femme s’entrecroisent avec la fameuse prophétie que Gareth a révélée au petit groupe : Charley, Reyes et Cookie.
Puis un autre point d’interrogation vient s’ajouter à la liste avec le fantôme qui l’a dragué au début du tome, Duff. Sa réaction face à Mr. Wong, le fantôme qui reste prostré dans l’appartement de Charley depuis toujours, est vraiment plus qu’étrange. Peut-être qu’au bout de six tomes, on aura une idée sur sa réelle identité ?
Trois enquêtes, trois fois plus d’action et de suspens ! C’est ce que j’adore avec cette saga. Le mélange de style policier et de fantasy qui s’entrecroise parfaitement. Il y a toujours une enquête dans le tas qu’elle s’occupe qui se retrouve un peu surnaturel.
Le tome finit sur un post-it, le truc que Reyes adore dans ce tome. Plus une enquête que l’agent Carson du FBI confie à Charley et qui la plongera irrémédiablement un peu plus dans le passé de Reyes.
Il y a tellement de choses dans ce tome que je m’y perds un peu à force. Niveau écriture de l’auteure, toujours le même style, rien à dire. L’humour dont fait preuve notre petite Charley nous fait toujours sourire au fil du roman (oui, il m’arrive souvent de rire toute seule quand je lis cette saga, mais je suppose que je ne suis pas la seule !). La seule petite déception, c’est qu’ encore une fois, les traducteurs et éditeurs ne corrigent pas correctement avant de publier. Beaucoup d’erreurs de grammaire ou des fautes de frappes. C’est vraiment dommage de gâcher ainsi, la lecture ! Surtout quand on est pris dans l’action.
Pour conclure, je dirais encore une fois que c’est une série que je recommande aux fans de bit-lit. Certes, il y a des scènes de sexe, mais ce n’est pas vulgaire comme certaines séries et en plus il y a tellement d’action et de suspens qu’on est obligé de le dévorer très vite ! Vivement « Au bord de la sixième tombe » qui paraîtra en décembre.







GLOBALE : 9 / 10
ÉCRITURE : 7 / 10
SCENARIO : 9 /10
PERSONNAGES : 9 / 10
SUSPENS : 9 / 10
HUMOUR :  10 / 10








COUP DE COEUR !














dimanche 3 août 2014

La Communauté du sud #13 - La dernière mort






GENRE : Urban Fantasy
ÉDITION : J'ai lu
NOMBRES DE PAGES : 379
DATE DE PUBLICATION : 8 janvier 2014
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
TRADUCTION : Anne Muller
TITRE ORIGINAL : Dead ever after 







Charlaine Harris, née le 25 novembre 1951 à Tunica dans l'État du Mississippi aux États-Unis, est une romancière américaine. Elle écrit des romans policiers et des romans d'amour paranormaux. Le premier tome de sa série La Communauté du Sud a fait l'objet d'une adaptation en série télévisée en 2008 sous le titre de True Blood.

Professionnellement, Charlaine Harris est membre de la Mystery Writers of America, de l’American Crime Writers League et membre du conseil des Sisters in Crime. Elle est présidente en alternance avec Joan Hess de l' Arkansas Mystery Writers Alliance.
Par ailleurs, elle est mariée et mère de trois adolescents. C'est une lectrice avide et cinéphile avertie. Elle habite à Magnolia dans l'Arkansas, où elle est membre de l'église épiscopale St. James.
En 2012, elle annonce que le treizième roman de la série La Communauté du Sud serait le dernier.
De nombreuses sagas sont publiés aux éditions "j'ai lu" comme Harper Connelly, Lily Bard et Aurora Teagarden.

LISTE DES TOMES DE "La communauté du sud"
1. Quand le danger rôde
2. Disparition à Dallas
3. Mortel corps à corps
4. Les sorcières de Shreveport
5. La morsure de la panthère
6. La reine des vampires
7. La conspiration
8. Pire que la mort
9. Bel et bien mort
10. Une mort certaine
11. Mort de peur
12. Mort sans retour
13. La dernière mort
SOOKIE STACKHOUSE PRESENTE : "Interlude mortel"
SOOKIE STACKHOUSE PRESENTE : "Mariage mortel"







" Sookie et Arlene, C'est une longue histoire. Le jour où Arlene veut reprendre son job, Sookie ne voit pas pourquoi elle lui ferait ce plaisir. Après tout, Arlene a tout de même voulu la faire crucifier! Quant à sa relation avec Eric Northman, elle s'évapore dans un silence glacial, et il ira jusqu'à ordonner à ses vampires de garder leurs distances...
Quand Sookie en apprend la raison, elle est dévastée. Les choses se compliquent encore pour elle quand Arlene est retrouvée morte. Elle est immédiatement soupçonnée du crime. Enquêtant sur cette affaire, Sookie va alors découvrir que la vie à Bon Temps a de quoi faire frémir. "




Voici donc la fin des aventures de Sookie Stackhouse, une fin malheureusement assez insipide comme les précédents tomes…
On sentait depuis quelques tomes que l’envie de Charlaine Harris pour cette série n’était plus au rendez-vous. Surtout depuis le tome « Bel et bien mort », l’auteure aurait pu mieux travailler la relation entre Sookie et Eric qui restait en attente depuis trop longtemps pour la plupart des fans. Seulement, une fois cette relation au grand jour, tout a été bâclée et pour la fin c’est encore pire !
Certes, Eric est un vampire « pragmatique » (a force que l’auteure le définit ainsi, on commence à le savoir !), mais est-ce une raison suffisante pour gâcher le personnage dans son ensemble ? De plus, Sookie était « folle amoureuse » et en quelques secondes, elle n’hésite pas à rejeter sa relation aux oubliettes. C’est vraiment dommage que les émotions soient si fades et peu réalistes. De plus, la voir tomber facilement dans les bras d’un autre, donne une nouvelle image de l’héroïne peu reluisante.
Bref, j’étais très déçue sur le point sentimental de la vie de Sookie. Bien que sa relation avec Sam est des plus logiques, mais voir la relation Sookie/Eric finir de la sorte, sans « queue ni tête » pour ainsi dire, m’a fortement déplu.
Second point, ce tome regroupe les différents protagonistes de l’histoire, une sorte d’hommage à tous les personnages qui se sont présentés dans la saga. Cela aurait pu être sympathique, si cela apporte quelque chose de fondamental à l’histoire. Des « méchants » qui finalement n’ont pas vraiment de raison à en vouloir à Sookie, du coup l’action tombe un peu à plat. L’action est longue à venir et même s’il y en a, on s’ennuie toujours au fil des pages. Forcément tout est prévisible et il y a très peu de suspens.
Enfin, l’écriture de l’auteure est comme toujours, banale et sans grande conviction. Un peu comme une écriture de scénario bas de gamme. Certes, ça l’était déjà dans les tomes précédents, mais au moins l’action et le suspens prédominaient le roman. Hors ici, on ne trouve que des défauts et très peu de points positifs. Pour le coup, j’en veux un peu à l’auteure d’avoir bâclé le final de la série et ainsi décevoir quelques peu les fans qui attendaient quelque chose de grandiose. J’avais lu les « Harper Connelly » et finalement, je pense que c’est son style. Je sais que je ne me pencherai pas davantage sur les récits de Charlaine Harris, car elle a démontré tout ce qu’elle voulait avec ces deux sagas. Je ne tiens pas à en découvrir plus, les autres sagas n’en valent plus la peine, je pense.
Je crois avoir ainsi tout dit ( je suis peut-être un peu remontée). Je garderai donc les bons souvenirs du début, car l’héroïne est quand même à l’origine du choix du nom pour mon husky ! Comme quoi, j’étais vraiment fan au début, au point d’influencer mon choix. Sauf que ma Sookie est bien différente, même si elle a une chance incroyable pour survivre aussi ! (si, si ce n’est pas un mensonge). J’arrête de bavasser sur ma vie personnelle et je vous dis à la prochaine pour une nouvelle chronique !



GLOBALE : 5 /10
ÉCRITURE : 5 /10
SCENARIO : 6 /10
PERSONNAGES : 5 /10
SUSPENS : 3 / 10