dimanche 27 mars 2016

Néphilim #1 - Les déchus






GENRE : Fantastique
ÉDITION : Mnémos
COLLECTION : Hélios
NOMBRES DE PAGES : 583
DATE DE PUBLICATION : 2002
DATE DE L’ÉDITION : janvier 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Fabien Clavel


 CHRONIQUE SUR "Feuillets de Cuivre"

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2015/12/feuillets-de-cuivre.html






" Ils sont sept Nephilim à arpenter la Terre depuis l'aube de l'humanité. Immortels, ils sont liés aux cinq éléments : l'eau, l'air, la terre, le feu et la lune. Déchus, ils recherchent leur savoir perdu et poursuivent une quête mythique, l'Agartha.
Des sous-sols du métro parisien aux rues enneigées de Budapest, de vieux amis se retrouvent, des forces nouvelles s'éveillent, mais l'ennemi est déjà à l'affut. Et la grande chasse ne fait que commencer! "





Cette saga me faisait de l’œil depuis déjà plusieurs mois. J’ai profité du fait qu’elle sortait en version poche pour découvrir l’univers de « Nephilim » créé par Fabien Clavel.
Vous savez désormais que j’adore cet auteur, ce n’est donc pas étonnant de voir encore une fois qu’un de  ce roman est une pure réussite !

Le roman se coupe donc en deux parties. La première étant : « Le syndrome d’Eurydice ».
On y découvre une jeune humaine, Jennifer. Cette dernière est étudiante en Lettres Modernes à Paris. A première vue, elle a une vie banale comme la plupart d’entre nous, mais la suite vient contredire ce premier état de fait. La jeune fille présente des signes de folies… Elle est suivie par un psychiatre. Seulement au fil des jours, sa folie semble de plus en plus fréquente… Est-ce vraiment de la folie ou quelque chose de plus surnaturelle ? Surtout quand son chemin va croiser celui d’un étrange SDF irlandais, Wag.
Wag n’est évidemment pas celui qu’on pense réellement, puisqu’il s’agit l’un des premiers néphilims. Il est poursuivit par un ordre étrange du nom des « Rose+Croix », une organisation humaine qui désire éradiquer les néphilims. Mais la quête de Wag est plus importante encore, surtout qu’elle est loin d’être une chimère. Sa rencontre avec Jennifer va bousculer quelque peu sa quête. La jeune femme va même apporter une nouvelle dimension à sa quête, puisqu’elle n’est pas ce qu’elle semble être.
Jennifer est une personne courageuse, qui va toujours jusqu’au bout malgré les dangers. Elle reste malgré tout innocente et naïve. Elle va alors avoir du mal à faire confiance à son seul allié… Elle va devoir l’aider à rassembler des mystérieux fragments élémentaires. Mais pour quelle raison ? La réponse n’est évidemment pas pour tout de suite.

Dans la seconde partie du nom de : « Anonymus ». On suit l’histoire d’un autre néphilim. Il s’agit d’Ezéchiel qui se trouve dans le corps d’une jeune femme policière à Budapest. Son côté froid et rationnel va être bouleversé par une série de meurtre d’origine ésotérique. Qui se trouve derrière ces meurtres d’une violence inouïe. La néphilim voit à travers ces attaques, un meurtrier immortel. Surtout que l’apparition d’Azarian qui se trouve être un ex-néphilim pourrait être lié à ces homicides sanglants. En effet, Azarian est passé du côté « obscur » contre sa volonté… Mais est-il vraiment coupable ou innocent ? Cette question se posera à de nombreuses reprises au fil des pages. Du coup, je ne savais pas si je  devais le détester ou l’apprécier. Fabien Clavel a su donner une grande dimension de suspens, nous manipulant avec dextérité au fil de son récit. Ezéchiel déteste les humains et le fait bien savoir à travers ses discussions avec autrui. Si bien avec son collègue et la sœur de son enveloppe charnelle, Judit. Quand on découvre enfin l’identité de l’assassin, on est rassuré ! Finalement, ce n’était pas du tout ce que l’on pouvait penser aux premiers abords.
Par contre, cette fameuse organisation « Rose+Croix » est très énigmatique. On ne sait pas vraiment quel est le but à travers cette mystérieuse quête (qu’a entamé Wag, il n’en est pas question ici dans la seconde partie). J’ai donc hâte d’en découvrir un peu plus sur eux. Mais aussi de connaître les autres personnalité des néphilims !


Le style d’écriture de Fabien Clavel est égal à lui-même. Un texte riche en connaissance littéraire, avec beaucoup de virtuosité. Il arrive à faire passer beaucoup d’émotions dans son récit, si bien l’indifférence des néphilims pour l’humanité, mais ce qui attrait à l’être humain : Comme l’amour et la haine. Le seul reproche que je pourrais faire, c’est que certains termes utilisé pour la magie ou le monde surnaturel est trop vague. Il m’a fallu un gros temps d’adaptation pour apprécier clairement cet univers. C’est dommage que les explications tardent à arriver pour notre compréhension, on tâtonne au fil des pages. Petit à petit, j’ai tout de même été prise dans l’engrenage ! J’ai donc pleinement apprécié l’action et l’histoire que l’auteur nous propose.

En conclusion, ce premier tome de « Nephilim » est un monde à découvrir pour son action et le suspens. On est avide de savoir la suite des évènements et de la mystérieuse quête qu’ils vont devoir mener. Même s’il faut un certain temps d’adaptation à cet univers particulier, on apprécie l’ensemble pour son originalité et son côté fantastique. Fabien Clavel est encore une fois, un maître dans ce genre littéraire, où il nous apporte une dimension majestueuse. J’ai donc hâte de lire la suite !





GLOBALE : 8 / 10
ECRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 7 /10
PERSONNAGES : 9 /10
SUSPENS :  8 /10





vendredi 25 mars 2016

A l'ombre de ton âme








GENRE : Fantastique / Romance
ÉDITION : Librinova (Auto-édition)
FORMAT : Ebook/Epub
DATE DE PUBLICATION : 27 janvier 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Elsa Gallahan





Enfant, Elsa Gallahan commence par lire assidûment son livre de contes de fées des frères Grimm offert par ses parents. Adolescente, elle attaque ceux de sa mère qui lui a transmis son goût pour la lecture. C'est à cette époque qu'elle pose ses premières idées de livres sur la machine à écrire de sa sœur aînée ou à la main dans son journal intime.
[...]
En 2006, elle rejoint en Haute-Normandie son compagnon et choisit de suivre une formation de Réceptionniste d'Hôtel. Malheureusement, un mois après avoir terminé son cursus, on lui diagnostique un cancer. 9 mois plus tard, elle est déclarée en rémission.  Cette expérience remet en cause sa vison de la vie, de sa vie et lui fait repenser de plus en plus à ses envies d'écrire un livre avec toutes les idées qu'elle promène dans sa tête sans jamais les avoir faites aboutir jusque-là.
15 chapitres plus tard, la vie professionnelle se rappelle à elle et elle reçoit un coup de fil pour lui annoncer qu'elle est acceptée pour une formation d'Assistante de Direction. Elle range ses idées et ses chapitres dans un coin et obtient son diplôme en janvier 2010.
Elle se laisse distraire de ses aspirations d’écrivaine jusqu'en 2015 où elle tombe sur une annonce d'un concours littéraire qui se propose d'éditer le premier manuscrit de "jeunes" auteurs. En trois mois, elle rédige la première mouture de ce qui deviendra "A L'Ombre De Ton Âme" et s'inscrit au concours. Elle ne gagne pas mais cette démarche l'a convaincue qu'elle devait d'une manière où d'une autre tender d'aller au bout de son aventure littéraire.
Fin 2015, après avoir retravailler son manuscrit et en ayant presque terminé un deuxième, elle recherche des moyens de se faire éditer et finit par tomber sur le site de Librinova. Elle est séduite par leur concept et le 26 janvier 2016, grâce à leur équipe et partenaires, son premier livre, "A L'Ombre De Ton Âme" est enfin édité...










" A 29 ans, Alannah ne souhaiterait qu'une chose, se sentir enfin heureuse. Mais on lui a diagnostiqué un cancer qui met en péril ses aspirations. Résignée à embrasser son funeste destin, tout est remis en cause par sa rencontre furtive avec un jeune interne en oncologie qui ne la laisse pas indifférente. "Enfin, je t'ai retrouvée !" lui susurre-t-il alors qu'elle est sûre de ne l'avoir jamais rencontré auparavant. Mais cela ne représente pas ses seules préoccupations. Une ou des personnes semblent en vouloir à sa vie. Son passé, son présent et son futur s'entremêleront dans une danse macabre où la mort apparaît comme la seule issue. "










Encore une fois, grâce à « Au bazaar des livres », j’ai découvert le premier roman d’Elsa Gallahan.
C’est un très bon premier livre, surtout rempli d’émotions intenses basés sur la propre réalité de l’auteure.

On y découvre alors Alannah, une jeune femme de 29 ans qui est atteinte d’un cancer. Son quotidien est toujours pareil : traitements médicaux lourds, travail l’après-midi et repos le week-end. Sa vie tourne désormais autour de sa maladie…
Mais un beau jour, elle croise un jeune homme qui va remettre sa vie en question, un jeune interne en oncologie… Elle est troublée par cet homme qu’elle rencontre pourtant pour la première fois ! Seulement, après plusieurs semaines elle n’a plus de nouvelles de lui.
Malgré l’enfer de sa vie et le peu d’espoir qui lui reste de survivre, elle va alors découvrir le vrai bonheur. Malheureusement la vie est cruelle, puisque la jeune femme subit du harcèlement de la part d’individus sans scrupule, mais petit à petit ces menaces deviennent plus menaçantes au point de vouloir attenter à sa vie ! Pourquoi quelqu’un lui en veuille à ce point ? Après tout quel avenir lui reste-il puisque la maladie l’achève petit à petit ? Le destin est-il si cruel ? 


J’ai vraiment apprécié le personnage d’Alannah. On voit une femme que la vie a mal menée depuis son adolescence. Malgré cela, elle est forte et profite de la vie qui lui reste. Évidemment, la jeune femme est assez pessimiste quant à son futur.
Les sujets traités dans le roman sont vraiment intéressants, déjà d’un côté : la précision de la maladie qu’est le cancer. Je dois vous avouer que j’ai pleuré et je n’en ai pas honte ! L’auteure nous témoigne ses sentiments intenses et avec une volonté de se battre contre la maladie. Bien que cela m’ait fait remonter des mauvais souvenirs, j’ai apprécié l’exactitude du sujet et sans cacher tout ce que cette maladie comporte. Elle n’en fait aucun tabou !
Elle évoque également dans ce récit, le harcèlement. Même si cela soit d’une façon très poussée, on y voit toute la dangerosité et le côté malsain de la chose. Ce sujet inséré dans ce roman donne un côté mystérieux et beaucoup de suspens ! Je vous rassure, tous ces sujets ne vous déprimeront pas trop ! Elsa Callahan a dispersé dans le récit, beaucoup de notes humoristique (je retiens la fameuse cerise, les plombiers et charpentiers tongue ).
La romance offre également de la fraîcheur ! Nous sommes heureux de découvrir qu’Alannah puisse profiter d’un peu de tendresse alors que sa vie risque de finir trop tôt. D’ailleurs, beaucoup de personnes s’intéressent à elle, alors qu’elle ne voyait aucune place à l’amour dans sa vie. Tout cela entre son ex-petite amie, le gentil infirmier Benjamin et le fameux Dr.Richard.
On retrouve également une note de fantastique. Évidemment, l’auteure garde le suspens jusqu’au bout ! On sent que quelque chose est hors du commun, mais nous restons dans le flou total. Nous découvrons la vérité seulement vers la fin du récit. J’avoue que j’avais déjà un indice sur l’un des harceleurs donc je ne fus pas vraiment étonné quand j’ai lu la vérité à son propos. Mais le reste était tellement inattendu que j’en fus abasourdie ! Elsa Gallahan a su nous mener en bateau jusqu’à la fin ! Je n’aurais jamais deviné la vraie nature de certaines personnes…

L’écriture de l’auteure est fluide, très riche et doté de beaucoup d’humour pour alléger son roman. Elle nous montre de la force, de la volonté, du courage et de l’émotion à un degré très élevé. En conclusion, j’ai vraiment apprécié l’univers que l’auteure nous propose. Sa plume est très riche et nous montre tout son savoir-faire avec une intense émotion. Cela fait du bien parfois de laisser ses larmes couler… Cela prouve que l’auteur a su toucher ses lecteurs avec ses mots et c’est une chose très rare !




GLOBALE : 9 / 10
ECRITURE : 9 /10
SCENARIO : 9 /10
PERSONNAGES : 9 /10
SUSPENS : 9 /10
HUMOUR : 7 /10









dimanche 20 mars 2016

Le couloir des âmes






GENRE : Fantastique / Horreur
ÉDITION : Auto-édité
FORMAT : Amazon Kindle
DATE DE PUBLICATION : 2 novembre 2015
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Julie JKR







" Claire Porter a 18 ans et vit avec sa grand-mère, Millie, à Staten Falls, la petite ville du Montana qui l'a vue naître et qu'elle n'a jamais quittée. Elle ne connait pas son père, et sa mère a mystérieusement disparu depuis huit ans. Claire partage donc son existence entre Millie et Lucas, son seul ami, qu'elle garde égoïstement pour elle et qu'elle ne veut présenter à personne. Aucune ombre ne vient assombrir ce tableau, jusqu'au soir où Millie décède de manière brutale. Peu après, on remet à Claire une lettre grâce à laquelle elle apprend que sa mère entretenait une correspondance avec un homme qui ne signait ses courriers que par les initiales LM et qui réside en France. Claire décide aussitôt de partir sur les traces de cet inconnu. Lucas lui promet de la rejoindre dès que possible. Commence alors pour la jeune fille un long périple dans le monde de la magie noire, semé d'embûches et de dangers, au cours duquel elle découvrira enfin la vérité sur sa naissance, sur ses parents, sur son passé. Autant de secrets qu'elle n'aurait sans doute préféré ne jamais déterrer. Dans cette histoire où le suspense et la terreur vont en un crescendo insidieux, Julie JKR rappelle au lecteur à quel point la curiosité est un vilain défaut."







Je remercie d’abord « Au Bazar des livres » qui grâce à son blog m’a fait découvrir des jeunes auteures le mois dernier. Le roman de Julie JKR fait donc partie du lot ! « Le couloir des âmes » a tout ce que j’apprécie : de l’émotion, du suspens et du fantastique !

Nous découvrons donc l’histoire de Claire Porter, une jeune fille qui a dû vivre sans la présence de sa mère à ses côtés. En effet, cette dernière a mystérieusement disparue durant son enfance sans laisser la moindre trace. Elle a donc grandit auprès de sa grand-mère, Millie.
Quand soudainement, cette dernière décède, elle va alors découvrir au travers d’une lettre de sa grand-mère des indices sur la disparition de sa mère. La jeune Claire va alors partir à la recherche de son passé, en compagnie de son meilleur ami, Lucas.
Seulement, on dit toujours que la curiosité est un vilain défaut, n’est-ce pas ? Julie JKR applique ce dicton à la lettre et nous offre un récit aux goûts ésotériques très prononcé !

Claire Porter est une jeune femme indépendante et qui a su garder le sourire malgré la tragédie durant son enfance. C’est avec le soutien sans faille de sa grand-mère, qu’elle a toujours eu une vie équilibré. J’ai vraiment beaucoup aimé la relation entre Claire et Millie. Une relation vraiment touchante et tellement sincère, dont la grand-mère est remplie de fierté envers sa petite-fille. Elle doute sans cesse d’avoir mal accompli son éducation, mais Claire est une jolie jeune fille bien éduquée. Quand le décès de sa grand-mère survient, on ressent immédiatement toutes les émotions qui traversent l’héroïne. Je dois même avouer que j’ai pleuré… J’ai su aisément me mettre à la place de l’héroïne (après tout, nous avons tous perdu un proche qui nous tenait à cœur).
La jeune fille va alors se rapprocher encore plus de Lucas, un ami d’enfance qu’elle ne désire pas présenter à son entourage. Les mystères sont déjà posés avec cette relation plutôt ambigüe. Dès les premières pages, je n’ai pas particulièrement apprécié, Lucas. Le personnage est plutôt énigmatique et on ne sait rien à propos de lui, ni de son passé. On a alors une certaine réticence à s’attacher à ce personnage. Y’a-t-il anguille sous roche ? Je ne cessai de me poser des questions sur ce qu’il cachait réellement à Claire. On peut dire que le final a fini en apothéose le concernant ! Malgré mes aprioris, je ne me doutais pas que son « secret » fut aussi choquant.
La quête de la vérité de Claire est semée de mystères et de visions étranges. Nous plongeons littéralement dans le fantastique ! L’auteure vogue entre la réalité et les songes. Est-elle en proie à des hallucinations signe  de folie ou tout cela est bien réel ?
Petit à petit, les réponses affluent, amenant de nouvelles surprises à cette histoire. La magie noire ne tarde pas à faire son petit effet sur notre imaginaire !
Quand Claire arrive en France pour son enquête, on découvre alors que ce petit village en apparence calme a pourtant subi de nombreuses disparitions de jeunes femmes. On y découvre alors quelque chose de plus sanglant, avec un tueur vraiment machiavélique. Le seul reproche que je pourrais dire, c’est que l’héroïne est vraiment naïve et tombe trop facilement dans le panneau.
La conclusion du récit est explosive ! J’aime quand cela fini de la sorte, ni positif ni négatif.

Le style d’écriture de Julie JKR est vraiment très fluide, très bien écrit (pour ceux qui doute encore de l’autoédition). A travers ses mots, elle nous offre des émotions très riches, que ce soit de la tristesse, du suspens et de l’effroi.
Pour conclure, je dirai simplement que je suis heureuse d’avoir découvert cette pépite. Je pense que cette auteure à beaucoup de choses à nous montrer ! J’ai hâte de découvrir ce qu’elle nous réserve pour la suite. Je lui souhaite vraiment beaucoup de succès, car elle le mérite vraiment tant son univers à travers « Le couloir des âmes » est vraiment abouti. N’hésitez donc pas à découvrir son roman, il est d’une grande qualité !







GLOBALE : 8 / 10
ECRITURE : 8 /10
SCENARIO : 9 /10
PERSONNAGES : 9 /10
SUSPENS : 8 /10





mercredi 16 mars 2016

Les yeux améthyste





 GENRE : FANTASTIQUE / ROMANCE / GOTHIQUE
ÉDITION : Editions du chat noir
COLLECTION : Graphicat
NOMBRES DE PAGES : 175
DATE DE L’ÉDITION : 2015
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEUR : Enamorte
TRADUCTION : Mathieu Guibé
TITRE ORIGINAL : Amethyst Eyes








Enamorte est une artiste australienne autodidacte de 29 ans , à la fois illustratrice et écrivain.
Passionnée par l’art depuis toujours , c’est à 16 ans qu’elle prend toute la pleine mesure de sa passion et qu’elle s’y plonge à corps perdu .
Pendant 12 ans elle va s’exercer et va développer un incroyable savoir-faire que cela soit dans l’art traditionnel ou numérique . Aujourd’hui elle travaille principalement avec le numérique , plus avantageux à ses yeux que le traditionnel pour la liberté qu’il procure .
Elle travaille avec Adobe Photoshop CS4 , peinture Outil ISC , et une tablette graphique Wacom Intuos 3 .
Également passionnée par l’écriture , elle est l’auteure d’un roman "Amethyst Eyes" dont une grande partie de ses illustrations sont inspirées .





 " Prisonnière d’une relation violente, Fae perd tout espoir de s’en sortir. Sa vie, succession de désillusions et de mauvais choix, elle souhaite y mettre un terme. Mais même son vœu de simplement cesser d’exister lui est refusé : son dernier souffle expiré, elle fait la rencontre d’un personnage aussi mystérieux qu’élégant, Azrael, l’ange de la Mort.
La créature, bien loin d’être menaçante, semble au contraire manifester une prévenance particulière à l’égard de la jeune fille, qu’il invite dans son royaume d’Outremonde, afin de lui éviter le cycle douloureux de la réincarnation.

Après une hésitation légitime, Fae accepte de suivre son intrigant guide. Pourtant, une fois sur place, des événements étranges surviennent, et Azrael ne daigne pas lui donner la moindre explication. Pourquoi tant de secrets de la part de celui qui a juré de la protéger ? A-t-elle seulement fait le bon choix en le suivant dans les profondeurs d’Outremonde ? "




"Les yeux améthyste" est une romance gothique fantastique.
Aujourd'hui, on oublie bien vite que la notion "gothique" est un genre qui a débuté par l'architecture et qui a influencé les écrivains au XVIIIe siècle. Cette notion démontre donc un roman sombre et sentimental, parfois avec du fantastique.
On peut dire qu'Enamorte a respecté à la lettre, ce genre particulier qui a influencé de nombreux auteurs au fil des siècles.
Je fus donc totalement surprise et enchantée de me plonger dans ce récit envoutant !


Nous découvrons donc Fae, une jeune femme qui subi des violences physiques de la part de son compagnon, Jérôme. Petit à petit, elle n'a plus la force de se battre et décide d'en finir avec sa vie. Pensant être définitivement libérée, elle va pourtant faire la connaissance d'un étrange individu... Il se trouve que cet homme à l'apparence guindé du XIXe siècle se trouve être l'ange de la mort en personne, Azrael. Il propose alors à la jeune femme de le suivre dans l'Outremonde, vivre à jamais avec lui. Après une légère hésitation, Fae accepte, car ce personnage particulier lui offre ce qu'elle n'a jamais reçu de la part de son petit ami, de la prévenance et de l'amour.  Seulement bien vite, de nombreuses questions vont venir menacer son équilibre. Que lui cache Azrael ? Pourquoi fait-il autant de mystères à la jeune femme ? Est-elle finalement en sécurité avec lui ?
Enamorte nous offre un monde riche de noirceur qui est l'Outremonde. On y voit un peuple déchiré par une politique étrange de la part d'Azrael, des anges déformés et monstrueux. Bref, des personnages emblématiques du genre gothique ! Bien vite, on y voit cette romance particulière qui s'installe, malgré les déceptions de Fae. On y voit les sentiments particuliers qui animent les héros. Au fil des pages, cette relation devient étouffante, voir oppressante. Mais comme Fae, on lui pardonnerait presque tout. La jeune femme va tout de même partir en quête de vérité, plongeant encore plus profondément dans la noirceur de son âme à elle, mais surtout celle d'Azrael.
Fae est une jeune femme qui a sensiblement besoin d'amour et d'attention, ce qu'elle reçoit de la part de son compagnon. Pourtant, on découvre très vite qu'elle est de nature curieuse et désire ardemment découvrir la vérité. Finalement, cette curiosité peut devenir dangereuse pour elle.
Quant à Azrael, c'est un personnage énigmatique. Parfois, il est pris d'étrange colères, mais aussi de mélancolie. Il ne communique pas vraiment, mais cherche toujours à protéger Fae envers et contre tous! Même si cette sensation de devoir la protéger va lui faire commettre l'irréparable.



Enamorte a très bien compris que l'amour n'est jamais parfait. C'est ce que l'on découvre au fil des chapitre, cette sensation est accrue par ses superbes illustrations ! (comme vous pouvez le voir dans ma chronique). L'écriture de l'auteure est tout à fait magistrale ! Un texte au vocabulaire très enrichi, très pointilleux et qui vogue sur l'amour courtois. On y trouve des pensées très philosophiques sur le sens de la vie ou sur la notion de l'amour.
La fin du récit est d'une telle perfection ! Je pensais jusqu'au bout que Fae allait se "réveiller" en quelque sorte, qu'elle ne commettrait pas la même erreur. J'avoue que j'ai trouvé cette romance très touchante, un amour qui finalement transcende la mort. "Les yeux améthyste" fut pour moi un vrai coup de cœur qui évoque un univers que j'apprécie tout particulièrement depuis mon enfance !


EXTRAITS

" Le suicide est largement mécompris. On ne se tue pas soi-même, on tue le reste du monde et il ne reste plus que toi. C'est le triomphe ultime."

* * *
" Mon nom est Sonia, dit-elle. J'ai un autre nom également. Tu connais ce nom, mais tu l'as juste oublié. Certaines chose sont comme les rêves; plus on essaie de s'en souvenir, plus elles nous échappent. N'y pense pas trop, cela reviendra tout seul.

* * *
" Je ne pouvais me concentrer sur autre chose que ses yeux accrochés aux miens. Un sentiment complexe émergea, une pointe d'excitation avec un soupçon de crainte qui me laissa paralysée, mais en même temps semblait défaillante; le passé immatériel et inutile et le futur inexistant, ne demeurant que le moment présent comme seule expérience intégrale. Plus je restais captivée par les paillettes de lumières améthyste issues des noires profondeurs des yeux d'Azrael, moins je me sentais consciente de moi-même en tant qu'individu. Je voyais Azrael, non plus comme une autre entité, mais comme une part de moi, comme tout ce qui était autour de nous, et je commençais à me sentir tomber à la renverse, le vague sentiment de crainte grandissant avant que je ne sois brutalement sortie de ma rêverie."

* * *

" J'ai bien peur que les anges soient une race élitiste, ils ne voient aucune vertu en dehors de la leur et de leur propre apparence. Ils pensent que leurs caractéristiques correspondent ç la plus parfaite des perfections et tout ce qui diffère de ces canons est odieux, laid et dénue d'intérêt.

* * * 

" - Écoutez. Les choses sont diaboliques parce qu'elles lui déplaisent, elles ne lui déplaisent pas parce qu'elles sont diaboliques. Ne pas aimer les choses qui sont vraiment démoniaques serait plus logique dans ce sens, mais ce qui est logique pour un homme rationnel et saint d'esprit n'est qu'une cause de peur pour votre Azrael."







GLOBALE : 10 /10
ECRITURE : 10 /10
SCENARIO : 10 /10
PERSONNAGES : 10 /10
SUSPENS : 9 /10




COUP DE COEUR !






jeudi 10 mars 2016

Les filles au chocolat #5 - Coeur Vanille




GENRE : Jeunesse
ÉDITION : Nathan
FORMAT : Ebook / Epub
PUBLIE EN : 2014
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEUR : Cathy Cassidy
TRADUCTION : Anne Guiton
TITRE ORIGINAL : The chocolate box girls #5 - Sweet Honey



 CHRONIQUES PRECEDENTES

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/02/les-filles-au-chocolat-4-coeur-coco.html







" Honey, 15 ans, est l'aînée des soeurs Tanberry. Elle accepte mal le divorce de ses parents et ne supporte pas le nouveau compagnon de sa mère. Elle décide de rejoindre son père en Australie. Lui aussi a une nouvelle vie. Le lycée que fréquente Honey est strict et des photos compromettantes apparaissent sur sa page personnelle du réseau social Spiderweb. "







Voici enfin le tome que j’attendais le plus : « Cœur Vanille ».
Nous découvrons enfin la personnalité de Honey, l’aînée des sœurs Tanberry. Franchement, je ne fus pas du tout déçue par ce personnage. Comme on s’y attend depuis le début, il y a une bonne raison derrière son comportement antipathique.

Suite aux derniers évènements du tome « Cœur coco », Honey va vivre chez son père. Il s’agit pour elle de recommencer à zéro et de s’offrir une nouvelle chance pour ses études. Seulement, tout ne se passe pas comme prévue. Tout d’abord, elle n’intègre pas l’école que sa mère avait choisie pour elle. Elle se retrouve dans un lycée de jeunes filles. Mais si ce n’était que cela ! Honey partage donc la demeure avec son père, mais également sa petite amie Emma.
Les débuts de sa nouvelle vie se passent plutôt bien, elle rencontre même Ash. Un garçon bien loin de ses fréquentations habituelles. Elle a même de nouvelles amies !
Seulement, elle va commencer à subir du cyber harcèlement. La personne qui lui en veut décide de mettre tous ses amis et famille contre elle.

Cathy Cassidy nous offre dans ce tome un thème qui touche de près la vie moderne d’aujourd’hui. Elle y montre la dangerosité d’internet et les conséquences que cela peut avoir sur des enfants/adolescents.Seulement, l'identité du cyber harceleur est vite identifié, ce qui est dommage.
On y voit aussi le mal être que peut avoir la  conséquence d’un divorce, mais aussi les frasques d’un père immature. Honey se rendra compte que finalement, l’image de son père est bien loin de ce qu’elle imaginait. Elle comprendra enfin sa mère et tentera de se racheter auprès de sa famille. On voit que ce personnage a beaucoup mûri depuis le premier tome.

Pour conclure, je dirais simplement que ce tome est l’un des plus touchant avec « Cœur Cerise » et « Cœur mandarine ». Les thèmes abordés sont plus sensibles et démontre le comportement impulsif de la jeune fille. Cathy Cassidy a fait de Honey un personnage très intéressant qui court doucement vers le chemin de la rédemption. Notamment avec le fameux « secret » de son père… La suite dans le prochain tome !



EXTRAITS


« Je ne commettrai pas la même erreur une deuxième fois. Je ne suis pas enchantée à l’idée de devoir partager mon père, mais je compte réussir ma vie en Australie. Alors je vais jouer les ados gentilles et serviables pour séduire cette Emma, quoi qu’il m’en coûte. » - Chapitre 2

* * *

« Avant, j’avais près de cinq cents amis sur SpiderWeb, Où sont-ils aujourd’hui ? Et où étaient-ils à l’époque, maintenant que j’y pense ? J’ai toujours cru être une fille populaire. Pourtant, les mauvais élèves du lycée m’ont oubliée à la minute où je n’ai plus été disponible pour faire les quatre cents coups, et les bons ont cessé de me parler quand j’ai été renvoyée. Ils craignaient sans doute que mes mauvaises manières déteignent sur eux. » - chapitre 3
 
* * *

« Leur visage est ouvert, chaleureux,  confiant. Le mien l’était aussi autrefois, avant que j’enfouisse mon innocence sous de l’agressivité. Parfois, je regrette de ne pas pouvoir revenir en arrière. Et parfois, j’ai envie de donner un coup de pied dans la fourmilière, juste pour le plaisir d’observer les conséquences. » - Chapitre 5

* * *

 « Qu’est-ce qui cloche chez moi ? Pourquoi ne suis-je pas digne d’être aimée, pourquoi se lasse-t-on si vide  de moi ? J’aimerais comprendre. Papa disait que j’étais sa fille préférée, sa princesse ; pourtant, il m’a abandonnée comme une veille chaussette. Et la seule solution que j’ai trouvée pour supporter la douleur, c’est de la transformer en colère.» - Chapitre 13
 
* * *

« Me harceler sur SpiderWeb, c’est une chose, mais personne, je dis bien personne, n’a le droit de toucher à mes sœurs. Si j’avais ce sale hackeur devant moi, je le réduirais en bouillie. Sauf que évidemment, c’est un être sournois qui préfère rester caché derrière une toile de mensonges. Un être faible, mauvais et lâche. » - Chapitre 24









GLOBALE : 8 / 10
ECRITURE : 8 / 10
SCENARIO : 9 / 10
PERSONNAGES : 8 / 10
SUSPENS :  7 / 10



mercredi 9 mars 2016

Le don de Gaïa




GENRE : Fantasy / Young Adult
ÉDITION : Autoédité
NOMBRE DE PAGES : 157
DATE DE L’ÉDITION : 15 septembre 2015
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Mélanie Baranger




Mélanie Baranger est née à Tours, dans l'Indre et Loire (37) en France. C'était une tite bouille ronde et mignonne.
Sa famille est composée de Sa mère, ses deux sœurs (elles aussi écrivains), son beau-père. Mais aussi, son père (quand celui-ci daigne s’intéresser à elle, et y mettre du sien), sa belle-mère, et son demi-frère.
Elle a un parcours atypique concernant ses études. Comme beaucoup de jeunes de nos jours, elle a manqué de confiance en soi, à cause de certains individus de sa famille, ou de professeurs... Qui ont chercher à la rabaisser. De là, elle s'est laissée couler. Mais c'était sans compter sur sa maman, qui a tout fait pour l'aider et la soutenir.
Grâce à sa mère, mais aussi à sa volonté, Mélanie est passée d'un BEP hôtellerie restauration, à un BAC Professionnel Service en Milieu rural, puis à un BTS Économie Sociale et Familiale. Pour finir, elle a obtenu son Diplôme d’État Conseillère en Économie Sociale et familiale.
Tous ça pour dire : "Ne jamais baisser les bras !! Et continuer d'avancer malgré les embûches que l'ont met sur votre chemin"
Depuis maintenant plus de dix ans, Mélanie écrit. Un peu, puis plus souvent dès qu'elle en trouve le temps. Dans un calepin en transports, sur un bloc-note dans son lit. Elle note ses idées pour ne pas les oublier. 








" Sur Terre, Mélody mène une petite vie tranquille, avec son fidèle compagnon : Couscous, un furet albinos. Lors d’une promenade, ce dernier trouve un confrère blessé mais quand Mélody veut lui porter secours, il s’enfuit. Couscous se jette à sa poursuite, entraînant avec lui, son amie. Mélody se retrouve propulsée dans une aventure fantastique, où elle rencontrera, elfes, dragons et bien d’autres créatures de légendes. "




« Le don de Gaïa » est un roman de fantasy qui met en avant deux personnages. Le premier étant l’héroïne elle-même : Mélody et son fidèle compagnon Couscous, un furet albinos.
Cette jeune femme orpheline mène une vie banale, jusqu’au jour où après avoir suivi Couscous, elle découvre un furet blessé. Comme Alice, elle va tomber dans un terrier un peu particulier.
C’est en voulant aider la petite furette du nom de Bretzel, qu’elle découvre un monde du nom de Gaïa peuplé de créatures mythiques et fantastique : Elfes, fées, dragon,…

Mélody est une héroïne douce et gentille. Elle est loin d’être naïve et n’hésite pas à donner de sa personne. Quand ce monde unique s’ouvre à elle, elle y fonce tête baissée. Elle qui a toujours aimé cette mythologie, elle découvre qu’elle possède un don particulier. Elle serait l’élue qui sauvera le peuple de Gaïa. Dans ce monde, elle fait la rencontre d’un elfe du nom de Tulkas. Ce dernier va l’aider dans sa quête contre le sorcier noir, Romaric.
On y voit également Couscous et Bretzel, des animaux qui parlent (digne de Narnia, je vous assure !) vraiment touchant. Je pense que l’auteure a parfaitement su rendre hommage à ses anciens animaux de compagnie. On y voit à travers sa plume son amour pour eux, ce qui m’a particulièrement émue.
Couscous est très proche de sa maitresse, il la soutient moralement quand elle n’est pas loin de faiblir. Bretzel quant à elle, veut croire que cette humaine est capable de sauver tout un peuple. Petit à petit, elle lui fait confiance et viendra même l’aider à plusieurs reprises.
Mélody face à tout se soutien tentera de maitriser ses dons pour vaincre le grand méchant !

Le roman se lit vraiment très vite. On y retrouve de l’action, de la tendresse et de l’amour. Une jolie histoire digne d’un conte de fée. Bien que parfois, dans les contes de fée, on retrouve des tragédies. Je ne vous en raconterai pas plus, mais j’avoue avoir eu ma petite larme à l’œil.
Le style de l’auteure est tout en volupté, il n’est pas nécessaire de trop en faire pour que cela fonctionne. Je rassure Mélanie Baranger, les fautes d’orthographe n’ont pas gâché le plaisir de ma lecture ! (J’en ai vu quelques unes mais rien de terrible comparer à d’autres romans dans des maisons d’éditions).

Pour finir, je dirais juste que « Le don de Gaïa » est une jolie histoire toute mignonne et qui nous plonge dans un joli monde de fantasy. J’ai beaucoup aimé découvrir tous ces personnages, certains d’entre eux m’ont vraiment beaucoup émue. J’aurais même aimé en apprendre davantage sur toutes ces créatures ! J’étais heureuse de voir que cela finissait tout de même sur une note positive.
Une petite information pour vous, en achetant « Le don de Gaïa » une partie est reversé à une association pour les furets « Il court, il court, le furet » (je suis ravie d’avoir fait une bonne action en prime)
J’ai hâte de découvrir maintenant son prochain roman « Au-delà des limbes » qui sera publié en Mai aux éditions de la plume blanche.



EXTRAIT

" La jeune femme baisse la tête légèrement gênée. Que sait-elle de ses ancêtres si ce n'est : absolument rien ?
Elle n'a même pas connu ses parents biologiques. Est-ce parce qu'elle soignait les animaux qu'ils l'avaient abandonnée ? Avait-ils eu peur ? Elle n'arrive pas à calmer la souffrance que toutes ses questions lui font endurer. Ce don qu'elle vient de découvrir, quelle angoisse! Pourquoi se déclare-t-il maintenant ? Pourquoi cela lui arrive-t-il à elle ? Bien sûr, chaque être humain rêve un jour de vivre une aventure trépidante...mais lorsque cela arrive vraiment l'inquiétude survient au galop.






GLOBALE : 7 / 10
ECRITURE : 6 / 10
SCENARIO : 8 / 10
PERSONNAGES : 9 / 10
SUSPENS : 7 / 10