vendredi 29 juillet 2016

Lancement "Sun Bartas" de Sophia Laurent





( Tout d'abord, je m'excuse car je ne suis pas très douée dans l'écriture d'une review haha. Mais j'essaie tout de même ! )



Le samedi 9 juillet à Lille se déroulait le lancement de "Sun Bartas" écrit par Sophia Laurent, publié par les éditions Loud.
Pour ceux qui ne connaissent pas encore Sophia Laurent, elle a débuté en tant qu'écrivain il y a un peu plus d'un an. Tout d'abord, en auto-édition avec sa fameuse trilogie "Ruines",  mais également avec "Bad Guy" et "Sun Bartas". 




Après un léger retard, j'arrive donc au café-littéraire "La Patronne" vers 15h15. Quelques personnes étaient déjà présentes, notamment des membres de sa famille et des bloggeuses littéraires, dont j'ai eu le plaisir de rencontrer. Notamment Stacy avec qui j'ai discuté plus longuement !
Sophia était en pleine lecture d'un extrait de son roman, bien qu'elle ne fût pas très à l'aise dans cet exercice, elle a réussi son challenge.  La détente a vite su reprendre le dessus, quand elle a commencé les dédicaces avec son stylo tout neuf. Acheté spécialement pour cette occasion.

Après cela, nous avons eu le droit à une petite séance photo pour mémoriser cet événement ! Le temps s'est écoulé tranquillement autour d'un verre en discutant de ses futurs projets, notamment "Evolutio" , ainsi que son travail en commun avec Julie JKR & Lena Walker. Ainsi que des petits détails sur sa façon de travailler et où elle puise toute son inspiration.
Nous avons également eu droit à un petit coucou des éditeurs de Loud pour ce fameux lancement. Leur enthousiasme et leur gentillesse lors de cette petite conversation étaient vraiment géniales.

 


Dommage que nous n'ayons pas pu entendre Julie JKR qui avait voulu également soutenir Sophia pour sa journée.
Stacy et moi avons même eu droit au petit scoop concernant la future couverture de "Ruines" qui sera publié chez Loud Editions. D'ailleurs, cette couverture est tout simplement magnifique! 

Le temps est malheureusement passé très vite. J’ai trouvé cette rencontre avec l'auteure vraiment extraordinaire. C'était une ambiance tellement sympathique et conviviale que je n'hésiterai pas à me rendre à une prochaine dédicace. Certainement pour lancement de "Ruines" en automne (je croise les doigts).
Encore merci à Sophia Laurent et son entourage, ainsi que la gérante du café-livre pour ce moment exquis ! Une après-midi ensoleillé à Lille ne s'oublie pas !



PHOTOS par Sophia Laurent

mardi 19 juillet 2016

Serre-moi fort




http://img.livraddict.com/covers/183/183438/couv74478537.jpg



 GENRE : Policier / Thriller
ÉDITION : Robert Laffont
COLLECTION : La bête noire
NOMBRES DE PAGES : 372
DATE DE PUBLICATION : 11 février 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Claire Favan
PRIX : 20 €



 Claire Favan © E. Robert-Espalieu 9 MODIF

Née à Paris en 1976, Claire Favan travaille dans la finance et écrit sur son temps libre. Son premier thriller, Le Tueur intime, a reçu le Prix VSD du Polar 2010, le Prix Sang pour Sang Polar en 2011 et la Plume d’or 2014 catégorie nouvelle plume sur le site Plume Libre. Son second volet, Le Tueur de l’ombre, clôt ce diptyque désormais culte centré sur le tueur en série Will Edwards. Elle a également participé aux recueils de nouvelles du collectif des auteurs du noir : Santé !, Les Aventures du concierge masqué et Irradié. Après les succès remarqués d’Apnée noire et de Miettes de sang, Claire Favan nous revient avec un thriller d’une noirceur absolue : Serre-moi fort.







" Serre-moi fort. Cela pourrait être un appel au secours désespéré. Du jeune Nick, d'abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa soeur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l'incertitude et l'absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l'Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité. Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l'enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psycho logique d'une rare violence... "





J’ai été très intrigué par ce thriller après avoir lu la 4ème de couverture. Pourtant, « Serre-moi fort » n’est pas un thriller psychologique qui me fait tant frissonner habituellement.

                Nous découvrons Nick, un jeune adolescent dont la famille est frappée par la tragique disparition de sa sœur aînée. Suite à ce drame, cette famille dont la vie ne tournait qu’autour de la jeune fille plonge dans une dépression. Sa mère se drogue de médicaments pour oublier le drame, tandis que son père dérive chaque jour à un peu plus à cause de l’alcool.
Le jeune garçon prend alors toutes les décisions à la place de ses parents, pour tenter de subvenir à leur besoin. En effet, sa sœur serait l’une des victimes d’un tueur en série local « L’origamiste ».
Peu à peu, ses parents reprennent leur vie en main et vont partir en croisade contre les familles victimes de disparitions tragiques.
                C’est Adam Gibson qui se chargera d’enquêter quelques années plus tard sur la disparition de sa sœur. Malgré le fait d’avoir découvert de nombreuses autres victimes qui ne font pas parties des « meurtres » de l’origamiste. Les policiers n’arrivent pas à découvrir qui se trouve à l’origine de ces  meurtres particuliers. De plus quand l’agent Gibson est victime d’un violent traumatisme… Cela n’arrange aucunement les affaires de la police.


Dans un premier temps, nous découvrons donc l’histoire de Nick et sa famille, les dommages collatéraux de la disparition de la jeune Lana. L’image de cette famille est peu reluisante…
Des parents qui délaissent leur fils pour idolâtrer la fille aînée, la sœur Lana qui se trouve être prétentieuse et cruelle. Forcément, Nick ne s’entend pas vraiment avec cette dernière. Mais Nick n’est pas très reluisant non plus, il n’a aucune once de compassion lors de la disparition de sa sœur, même vis-à-vis de ses parents. Il se montre égoïste et insensible.

                Dans un second temps, c’est l’histoire d’Adam Gibson. Ce policier se consacre corps et âme à son travail. Surtout depuis qu’il a perdu sa femme d’un cancer. Sa fille aînée le déteste cordialement pour le mal qu’il a fait subir à sa famille. Tandis que ce fils reste assez passif face à l’écart de conduite de son père. Effectivement, le brave policier a trompé sa femme lorsque cette dernière se battait contre un cancer très virulent. On comprend donc le comportement de la jeune fille qui le hait un peu plus à chaque chapitre.

                Dans ces deux tableaux nous avons donc des personnages exécrables, auxquels je n’ai pas su m’attacher émotionnellement. J’avais même envie qu’ils meurent tous à la fin du roman. En efft, le comportement d’Adam Gibson a fait de lui, un personnage totalement antipathique. Alors quand ce dernier subit un énorme traumatisme quand il se rend en prison pour interroger un suspect, je n’ai pas pu compatir à sa douleur. J’ai eu la sensation que l’auteure nous jetait ce fait à la figure pour qu’il nous paraisse plus « appréciable ». Seulement, je n’ai pas pu compatir à son sort. D’autant plus que ce « fait » introduit le héros vers le tueur d’une manière grotesque. L’enquête policière était très bien pourtant ! Les faits se trouvaient sous leurs yeux et pourtant aucun d’eux n’a su faire le rapprochement au véritable tueur. Surtout que Claire Favan introduit une spécialiste de la modélisation des visages pour retrouver l’identité de la première victime. La robe de cette première victime était l’élément central ! Pourtant aucun n’a su faire le lien avec le reste des victimes qui étaient censés porter la réplique de cette tenue… C’est tout de même hallucinant de laisser de côté un élément aussi important !
                Au lieu de cela, Adam Gibson est envoyé vers le tueur par une scène abracadabrantesque pour nous le faire devenir sympathique et qu’il finisse en héros. Seulement, je n’ai pas du tout accroché à ce petit jeu malsain. Habituellement, cela ne me gêne aucunement. Mais ici, cela n’a pas bien été amené au fil des pages. 

D’un point de vue de l’écriture, l’auteure a un vocabulaire assez crue, voir parfois trop grossier. A part cela, le reste est très bien écrit, tout est détaillé avec précision, même si les détails importants sont parfois relayés au second plan. Le côté psychologique du récit n’est pas assez travaillé, ce qui est vraiment dommage. L’identité du tueur est révélé dès la première partie, cela ne gêne pas vraiment le déroulement du récit, mais le reste était mal adapté. L’image du tueur en devient tout bonnement grotesque. 

                En conclusion, « Serre-moi fort » est juste un récit policier divertissant. Le côté psychologique n’est pas assez travaillé, les personnages sont détestables à souhait et de plus la résolution de l’affaire est trop simpliste pour moi. J’avoue que cela ne me donne pas vraiment envie de découvrir les autres romans de l’auteure, mais qui sait ? Nous verrons bien avec le temps. Pour le moment « Serre-moi fort » m’a laissé un goût vraiment amer.






GLOBALE : 4 / 10
ÉCRITURE : 7 / 10
SCENARIO : 5 / 10
PERSONNAGES : 2 / 10
SUSPENS : 4 / 10








lundi 18 juillet 2016

The Ultimate Book Tag








Hello mes chauves-souris !
Aujourd'hui, je viens vous proposer un nouveau tag.
Il s'agit de "L'ultimate book tag" que j'ai récupéré sur le blog "La magie des pages". 
Vous êtes prêts ? Eh bien, allons-y !

1. Est-ce que t'es malade quand tu lis en voiture ?
Oui, malheureusement. Les vibrations du véhicule viennent perturber mes sens, sachant que quand j'ai mon attention centré sur quelque chose de fixe, les nausées m'assaillent.
Par contre, je ne suis pas malade devant mon ordinateur. Je compense le temps de trajet avec mon ami pour écrire ou regarder des films. Mais la plupart du temps, je dors !


2. Selon toi, quel auteur a un style unique et pourquoi ?


 Difficile à choisir. Il y a beaucoup d'auteurs qui restent à part pour moi.
Je vais choisir Fabien Clavel. L'auteur illustre souvent ses romans avec des classiques de la littérature. Il arrive à créer grâce à cela des univers uniques et très riche dans le domaine de la Fantasy/Fantastique. C'est un virtuose !

3. Harry Potter ou Twilight ? Donne trois arguments pour défendre ton choix.

 Mon dieu, je n'ai même pas à réfléchir !
Harry Potter, évidemment.
Premièrement, l'univers rempli de magie et merveille
Deuxièmement, Un héros à qui tout le monde peut s'identifier.
Troisièmement, les magnifiques créatures qui peuplent le récit. (Coup de coeur pour Buck l'hypogriffe et Dobby !)



4. Est-ce que tu possèdes un sac spécial pour les livres ? Si oui, qu'est-ce qu'il y a dedans (à part des livres...) ?

Non je n'en possède pas. Je prends juste un livre avec moi dans mon sac à main pour me rassurer et passer le temps dans les transports en commun.
Quand j'effectue des achats, un sac plastique me convient très bien. 

5. Est-ce que tu renifles tes livres ?

 Et bien, je dois avouer que oui.
Surtout l'odeur des nouveaux livres que je viens d'acheter. Quoi que l'odeur d'anciens livres est assez exaltante aussi !



6. Livres avec ou sans illustrations ? 

Les deux. Étant donné que je suis une grosse otaku (plus de 300 mangas) et que je lis des comics, BD...
J'ai également des romans illustrés. Je trouve que cela apporte une autre dimension à certains récit.
Évidemment, lire un pavé ne me fait aucunement peur !

7. Quel livre as-tu adoré durant ta lecture mais dont tu t'es aperçu plus tard qu'il était assez mal écrit en réalité ?
"La communauté du sud" de Charlaine Harris.
Il faut bien avouer que le style de l'auteure n'est vraiment pas terrible. Je dirais que c'est un effet plus "scénaristique" que littéraire. Pourtant, j'ai totalement accroché à cette saga et l'histoire de Sookie Stackhouse. Même si j'avoue que les trois derniers tomes m'ont fortement déçue. 

8. Est-ce que t'as des anecdotes marrantes impliquant des livres à nous raconter ?

 Pas vraiment...
Peut-être le fait de prendre des livres qui me tombaient sous la main quand j'étais petite, d'après la couverture, je donnais des cours de littérature à une classe imaginaire ! Oui, je sais. J'étais déjà bien toquée !



 
9. Quel est le livre le plus petit de ta bibliothèque ?

"Wakefield" de Nathaniel Hawthorne. Il doit mesurer 15 cm de hauteur avec une trentaine de pages seulement.
De plus, la typographie des premières pages est écrite en grand et diminue au fil des pages. On peut dire que c'est une mise en page originale.
 
10. Quel est le livre le plus épais de ta bibliothèque ?

 L'intégrale des "Misérables" de Victor Hugo paru récemment chez Pocket.
1664 pages exactement !

11. Est-ce que tu écris en plus de lire ? Est-ce que tu te verrais écrivain un jour ?

 Alors oui, j'écris ! J'adore cela ^_^
J'ai commencé à l'âge de 12 ans, où je m’inspirai des romans de R.L Stine de la collection "Peur Bleue".
Aujourd'hui, je m'inspire de mes lectures , des séries tv, de musique. Bref, tout ce qui m'entoure.
D'ailleurs, je publie mes fictions sur wattpad.
Mon plus grand rêve serait d'ailleurs de devenir une auteure publié dans le genre du fantastique. (l'espoir fait vivre comme on dit !)

12. Quand est-ce que tu as commencé à lire ?

6 ans.
Une fois que j'ai commencé, il a été difficile d'arrêter !


13. Quel est ton classique préféré ?
 


Question trop difficile pour moi. J'en aime beaucoup trop pour cela !
Donc, je ne pourrais pas choisir...
Le fait d'avoir fait des études en Lettres Modernes n'aide pas ! Ma bibliothèque regorge d’œuvres classiques. Mais une pièce de théâtre m'a fortement marqué ! Il s'agit de "Médée" de Pierre Corneille.
En poésie, c'est évidemment "Les Fleurs du Mal" de Charles Baudelaire.
Aussi non, j'ai adoré "Les âmes mortes" de Nicolas Gogol, "Crime et Châtiment" de Dostoievski.
Le "Décaméron" de Boccace, "L'Eneide" de Virgile.
Bref, je vais m'arrêter là aussi non la liste risque d'être longue !

14. A l'école, quel sujet de français t'as le plus plu / marqué ?

 
Un de mes sujets favoris. Grâce à ce travail, cela m'a conforté dans l'idée que j'étais douée pour cela !
Il s'agissait d'un travail sur le thème du "Fantastique". Nous avions eu un extrait de texte où l'on devait imaginer la suite du récit en respectant le schéma narratif et en y introduisant le thème du fantastique.
C'est le meilleur travail que j'ai rendu ! 18,5/20
Je crois que ce texte doit encore traîner quelque part dans un de mes tiroirs. 

15. Si on t'offre un livre que t'as déjà lu et détesté, qu'est-ce que tu fais ?

Je ne suis pas du genre à me débarrasser d'un cadeau.
Je le garde précieusement dans ma bibliothèque parmi les autres de ma collection.
Après tout, c'est le geste de la personne qui me l'a offerte qui compte le plus pour moi.
En voyant le livre dans ma bibliothèque, cela me montre que la personne a pensé à moi. 

16. Quelle série moins connue qu'Harry Potter et Hunger Games est quand même d'aussi bonne qualité à tes yeux ?

"A la croisée des mondes" de Phillip Pullman.
Malheureusement, je trouve que cette saga n'est pas assez reconnue. Pourtant, l'auteur a traité des sujets très intéressants dans cette saga. Notamment, des sujets philosophiques et religieux d'un point de vue vraiment original !



17. Quelle est ta plus mauvaise habitude pendant que tu blogges ?

J'ai tendance à ouvrir plusieurs fenêtre en arrière-plan dans mon navigateur internet...
Ce qui fait que je voyage un peu partout sur le net en oubliant le post que je suis occupée à rédiger (hé mais pour une fois, je suis omniprésente ! Je fais des progrès !)

18. Quel est ton mot préféré ?

 "Ténèbres".
Un mot qui sonne comme une menace, quelque chose que l'on ne peut pas comprendre.
Le mal à l'état brut et qui évoque à merveille le Fantastique.

19. Vampires ou fées ? Pourquoi ?
Hé ! Tu as vu où tu te trouves ? Franchement !
Les vampires !!! *cri hystérique*
La raison est très simple. Le vampire est l'une des créatures fantastiques des plus intéressantes !
Un vampire possède l'immortalité, la beauté et la sensualité. Il est le fantasme de l'être humain.
L'homme a créé le vampire pour donner une conscience a son désir le plus profond, un côté animal auquel il donne une forme. Bonjour ! vous avez le vampire.
Il reflète également la part d'ombre de chaque individus, sans conscience, il peut commettre les pires atrocités. Seulement dans la littérature aujourd'hui, le vampire se transforme...et bien en humain. Cela me désole de plus en plus... 

20. Métamorphes ou anges ? Pourquoi ?

Anges.
Les anges sont l'incarnation de la bonté, du bien absolu.
Certains auteurs ont su donner une nouvelle dimension à cette image chrétienne et virginale.
On obtient alors des anges déchus ou des Néphilims.
Malheureusement, je n'ai pas encore trouvé un auteur qui a su manier cette créature dans un ensemble cohérent... Oh j'ai beaucoup aimé les sagas "Damnés" de Lauren Kate  & "Hush,Hush" de Becca Fitzpartrick. Mais aucune n'a su interpréter la "Chute" comme le sujet le mérite.
J'aime beaucoup le thème biblique dans les récits. Mais je n'aime pas quand certains auteurs se détachent trop du mythe.

21. Esprits ou loup-garous ? Pourquoi ?
 
J'ai une saga de "Loup-garou" qui m'attend sagement dans ma PAL. Pourtant, c'est une créature que l'on retrouve souvent dans la littérature.
Je choisis donc les "esprits". Un thème qui pour moi vogue avec le réel. (oui, j'y crois et je l'assume totalement). Du coup, donnez moi "Shining" de Stephen King et je ne suis pas sûre de parvenir à dormir tranquillement...
C'est un sujet que l'on peut traiter de la manière que l'on souhaite : Possession, maison hantée, ...
Bref, un tas de choses qui peuvent me donner la chair de poule. 


22. Zombies ou vampires ? Pourquoi ?

 Vampires, vampires et VAMPIRES !
J'adore les zombie d'un point de vue visuel, c'est ce qui font leur charme après tout. (Fan de "Walking Dead" pour toujours). Je n'aime pas particulièrement les zombies dans la littérature. L'aspect esthétique perd totalement son charme. Bien que les séries TV ou films doivent arriver à savoir rendre cette créature abominable dans toute sa splendeur. J'ai grandi avec les jeux vidéos de Resident Evil également. Donc, je reste bloqué sur le visuel.
Les vampires ont par ailleurs beaucoup plus de charme et de mystère dans les romans, notamment dans "Dracula" et "Les chroniques de vampires" d' Anne Rice.
Certains auteurs traitent ce sujet avec virtuosité, je pense notamment à des auteures comme Céline Landressie (qui ne donne jamais le nom "vampire" à ses créatures) et Georgia Caldera. Elles ont su garder la qualité principal du vampire : Le mystère.


23. Triangle amoureux ou amour interdit ? Pourquoi ?

 
Amour interdit.
Je hais les triangles amoureux, où j'ai toujours envie de baffer les héros.
Il a tellement plus d'intrigue dans un amour interdit ! L’indécision m'horripile au plus haut point.

24. ET ENFIN : Tu préfères un livre uniquement tourné vers la romance ou un livre d'action avec seulement quelques scènes romantiques ?

Un livre d'action avec quelques scènes romantiques.
Je ne dis pas que je n'ai jamais lu de romance, mais je trouve que tous les romans de ce type se ressemble tous.
J'aime l'originalité, ce qui je trouve n'est pas vraiment le cas dans ce type de littérature.
Dans l'Urban Fantasy, il y a toujours de la romance mais cela ne gâche pas le récit de base qui repose sur un élément plus important que la romance. 

25. Qui tagues-tu ?