vendredi 30 septembre 2016

Un livre, Une musique : Entretien avec un vampire






Bonjour mes petites chauves-souris !


Aujourd’hui, je viens inaugurer une nouvelle rubrique « Un livre, une musique ».
J’ai eu cette idée saugrenue, car quand je lis, j’ai toujours un fond de musique. Par moment, le style de musique que j’écoute s’adapte parfaitement au roman. Nous avons également parfois le plaisir de découvrir des musiques sublimes à travers une adaptation cinématographique.
J’espère que cette idée vous plaira tout autant que moi ! Je dois bien avouer que la lecture et la musique sont mes principales sources de distraction. Alors vous êtes prêt ? On commence ?

Pour ce mois de septembre, j’ai donc choisi deux romans ! Pour être dans le thème avec le concours, je vais vous parler d’Entretien avec un vampire et Lestat le vampire d’Anne Rice.


Un peu plus sur l’auteur


Anne Rice, née le octobre 1941, est une écrivaine américaine, auteure de romans fantastiques, nouvelles érotiques et de livres à thèmes religieux. Près de 100 millions d’exemplaires de ses ouvrages ont été vendus.

« Chroniques des vampires » est donc une saga qui suit principalement le personnage emblématique Lestat de Lioncourt , noble français transformé en vampire au XVIIIe siècle.

On découvre un mythe sur le vampire différent que celui dont Bram Stoker avait créé, ils sont insensibles à tout ce qui est croix, ail ou argent ni pieux. L’élément qu’ils craignent n’est autre que le soleil ou le feu. Avec le vieillissement, les créatures créées par l’auteur sont plus belles que jamais, souvent comparées à des statues de marbre. Cette saga qui a début en 1978 ! Aujourd’hui, Anne Rice revient avec « Prince Lestat» qui sortira le 13 octobre 2016. En effet, elle avait laissé ses vampires de côté en 2005. 


Anne Rice s’était consacrée à deux nouvelles sagas : « Les chroniques du Don du Loup» et « Les Chansons de Séraphin». Deux créatures surnaturelles qui viennent s’ajouter : loup-garou et Anges. Évidemment, il s’agit là de ses sagas les plus connues avec « Les Sorcières de Mayfair » (qu’on retrouve également dans « Chroniques des vampires»).
L’auteure s’est attaquée à toutes les créatures surnaturelles emblématiques (ex : fantômes, momie...). Elle n’a plus besoin de faire ses preuves, elle est la reine incontestée du fantastique !


Entretien avec un vampire


  •  Synopis

« À La Nouvelle-Orléans, dans l’obscurité d’une chambre d’hôtel, un jeune homme est le dépositaire d’un étrange et fascinant récit.
Deux siècles plus tôt, en Louisiane, riche propriétaire terrien, Louis n’a plus goût à rien. Dépressif, lassé de vivre, il n’aspire qu’au repos éternel. Lestat, jouisseur amoral, assoiffé de vie et de plaisirs, croise sa route et scelle son destin.
En le faisant vampire, il devient le guide de son âme damnée et torturée dans le monde de la nuit.
 » 


 
  Lestat : "Je suis la mort qui longe les couloirs de la maison sur la pointe des pieds. Tu me parles de Dons ténébreux; je les mets à profit. Je suis la Mort qui vient, vêtue de soie et de dentelles, moucher les chandelles. Je suis le ver au cœur de la rose.""

Photo par
: Alexandra V.Bach
   

Dans ce roman, on découvre la vie de Louis de Pointe-du-Lac. Il raconte donc sa vie d’immortel devant un journaliste. Offrant ainsi une nouvelle dimension au vampire pour que les mortels connaissent les dangers de leurs races. Lestat a engendré Louis. Les deux personnages sont diamétralement opposés. Louis malgré son immortalité a gardé une grande part d’humanité. C’est à cause de cela qu’il est constamment en conflit avec Lestat. Même si au départ entre les deux protagonistes, il y a une certaine osmose, de l’admiration, mais aussi beaucoup d’amour. Quand Lestat exigera que Louis transforme la petite Claudia, la relation se détériore.
Elle donne une dimension pour romantique aux vampires grâce au personnage de Louis. Ce vampire est condamné à vivre pour l’éternité... Il n’a jamais apprécié sa condition d’immortel, même s'il trouve un certain apaisement avec la présence de la petite fille.

·         Anne Rice avec ce roman vogue également dans la relation homosexuelle. Entre Lestat/Louis, c’est d’abord de la tendresse pour finir en haine. Tandis que la relation Louis/Armand est douce et passionnelle. Louis a tout de suite été en admiration devant ce vampire.

  •   L’adaptation cinématographique

Rien d’étonnant de voir apparaître ce classique sur nos écrans. Le film est assez fidèle au roman (ce que j’ai apprécié). Mais surtout, les réalisateurs ont compris l’importance de la musique... Surtout que Lestat est un grand pianiste ! Il apprendra d’ailleurs à Claudia quelques chansons. Chaque vampire excelle souvent dans l’art.


Voici donc quelques musiques...


Voici une musique classique que joue Lestat !
On retrouve cette fameuse scène dans le film également. Lorsque Lestat est défiguré...
Il s'agit du Sonate de Haydn, le 59e .
Elle vogue entre la mélancolie et la brutalité, ce qui fait vraiment la beauté de la scène. 
 


Nous avons ensuite "Sonate au Clair de Lune" de Beethoven.
On la retrouve également dans le film. Ces musiques sont tellement en osmose de l'univers créé par Anne Rice que je ne m'en lasse pas !



Voici "Sympathy for the devil" de Guns'n'Roses.
Une chanson qui va diablement bien à Lestat, je trouve.

Exemple de paroles :
S'il-vous-plait permettez-moi de me présenter
Je suis un homme de goût et fortuné
Je suis là depuis de longues longues années
Et j'ai volé à beaucoup d'hommes leur âme et leur foi "



J'ai évidemment choisis "If I was your vampire" de Marilyn Manson.
Dans cette chanson, il évoque l'amour inconditionnelle. Cela me fait penser à la relation entre Louis/Lestat. 


Exemple de paroles :
" Si j'étais ton vampire
Fin comme la lune.
Au lieu de tuer le temps
Nous nous aurons jusqu'au lever du soleil.

Si j'étais ton vampire
La mort n'attends pour personne.
J'enlace ton visage de mes mains
Parce que je crois que notre temps est venu."




Voilà pour "Entretien avec un vampire" !
Je vous retrouve demain pour la seconde partie avec "Lestat Le vampire".
Si vous connaissez l'histoire, vous savez que cela va être une "musique à réveillé les morts " ! 

J'espère que cela vous a plu.
















mercredi 28 septembre 2016

Re/Member #4




 GENRE : Manga / Seinen / Horreur / Fantastique
ÉDITION : Ki-oon
NOMBRES DE PAGES : 200
PUBLIE EN : 2014 (Japon)
DATE DE L’ÉDITION : 25 août 2016
TRADUCTION : Jean-Benoît Sylvestre
TITRE ORIGINAL : カラダ探し- Karada Sagashi
AUTEURS : Welzard & Katsutoshi Murase
PRIX : 7€65



CHRONIQUES PRÉCÉDENTES



http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/02/remember-1.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/05/remember-2.html  http://img.livraddict.com/covers/196/196005/couv17708404.jpg








" Les liens se resserent enfin entre les victimes de la Rouge-Sang : la sixième nuit, Shota, désireux de faire ses preuves, parvient à placer la jambe gauche dans le cercueil grâce au sacrifice de Rumiko. Kenji, en revanche, se comporte de plus en plus bizarrement et n'hésite pas à tuer ses propres camarades...
Les adolescents décident donc de jouer le jeu de M.Yashiro et profitent de la journée pour faire des recherches sur Miko Onoyama. Lorsqu'ils retournent voir le professeur, celui-ci accepte enfin de leur en dire un peu plus... En réalité, quand il était au lycée, il a lui aussi été entraîné dans une macabre chasse au corps!
"






Ce 4e tome de « Re/Member » nous offre davantage de réponses aux questions que l’on se pose depuis le début de l’aventure des lycéens d’Oma. 

Les révélations de l’étrange professeur nous surprennent, on comprend donc mieux son apparence pour le moins troublante.
Pendant la 7e nuit de chasse au corps, Takahiro et Asuka trouvent un nouveau morceau du corps d’Haruka. Malgré le fait que Kenji vienne semer le chaos durant cette nuit éprouvante, ils ne peuvent pas faire autrement que de rendre visite à ce dernier le lendemain pour tenter de comprendre son étrange attitude. Sous leurs yeux s’offre un spectacle ahurissant, Kenji semble contrôler par une autre force. Mais qui ? Cette question, c’est la grand-mère du jeune homme qui va venir l’offrir aux  lycéens. Le Passé de Miko Onoyama devient alors une histoire pour le moins étrange. Où se trouve la part de vérité ?
Après cela, les lycéens entament une 8e nuit qui finit comme les précédentes : dans un bain de sang. 

Comme précédemment, j’ai adoré la suite de l’histoire. Petit à petit, les révélations s’offrent à nous. On commence à comprendre cette étrange malédiction. Bien que certains détails restent flous notamment sur le meurtre de Miko Onoyama, puisqu’il s’agit de simples suppositions, le comportement de Kenji prend alors un tout nouveau sens ! On la haït dans le tome précédent, mais il nous revient comme une victime.
On découvre un peu plus de légèreté : grâce à la relation ambigüe entre Asuka et Takahiro, ainsi que la bonne humeur qui entoure le groupe d’amis. (Notamment lors de leur petite escapade au bord de mer).
Il y a encore en trame de fond, une notion psychologique. Asuka n’étant plus affectée par la mort de ses amis lors des parties de chasse au corps, se demande si elle pourra être touchée par la mort d’un de ses proches dans la vie réelle. On ressent ce sentiment très prononcé, pour elle la vie réelle est devenue une incertitude. Pourront-ils ainsi reprendre une existence normale après ce jeu macabre ? Rien n’est moins sûr... 

Pour conclure, je dirais comme d’habitude que « Re/Member » est une excellente série avec toujours ce suspens surprend qui nous prend aux tripes. La relation entre les personnages est réellement très bien travaillée. J’apprécie de retrouver un peu d’humanité au sein d’un monde d’horreur, qui nous démontre qu’il y a encore de l’espoir qu’ils s’en sortent. J’ai hâte de connaître les autres réponses de l’énigme de la Rouge-Sang !



GLOBALE : 10 / 10
DESSINS : 10 / 10
SCENARIO : 10 / 10
PERSONNAGES : 10 / 10
SUSPENS : 9 / 10



COUP DE CŒUR!
 

dimanche 25 septembre 2016

Walking Dead #2 - Cette vie derrière nous





GENRE : Horreur / Post-apocalypse
ÉDITION : Delcourt
NOMBRES DE PAGES : 144
PUBLIE EN : 2006
DATE DE L’ÉDITION : 2007
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEURS : Robert Kirkman et Charlie Adlard
TITRE ORIGINAL : Walking Dead #2 - Miles behind us
PRIX : 14€95


CHRONIQUE PRECEDENTE

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/07/walking-dead-1-passe-decompose.html





" Un fléau a transformé les morts en zombies errants à la recherche des derniers humains pour s'en repaître. Un groupe de rescapés, menés par Rick - ancien policier de son état - tente de s'en sortir dans ce monde devenu fou où une seule règle prévaut dorénavant : survivre à tout prix. Fuyant les zones urbaines infestées, les rescapés trouvent refuge dans une ferme aux ressources providentielles, mais qui recèle également de nouveaux dangers. "





                Voici donc mon avis sur le deuxième tome de "Walking Dead" ! Ici, l'horreur de la situation concernant les morts-vivants est toujours omniprésente. Mais ce qui nous frappe au premier regard, c'est la vision (un peu folle) de certains personnages concernant les morts. 

                Suite à la mort de Shane, le groupe décide enfin de changer de camp pour retrouver une certaine sécurité. Sur le chemin, ils rencontrent de nouveaux personnages : Tyreese, sa fille Julie et Chris son petit-ami. En manque de nourriture, le groupe de Rick accepte de les prendre sous leurs ailes. Méfiant au début, les nouveaux personnages s'intègrent très vite au groupe. La force de Tyreese est d'une grande aide.
                Ils découvrent ensuite la petite ville "Wiltshire Estate", qui en apparence paraît paisible. Évidemment, très vite la situation dégénère... Un membre de leur groupe meurt par la morsure d'un rôdeur. Ils doivent alors de nouveau fuir vers un endroit plus sécurisé. Plus tard, ils trouvent du réconfort auprès de leur sauveur un certain Hershel qui possède une ferme très sécurisée. Seulement la tranquillité n'est toujours pas à leur portée. L'enfer va vite se déchaîner sur le groupe.

                Le nouveau personnage  de Tyreese est intéressant. On découvre un homme assez calme qui ne pense qu'à protéger sa fille. Très protecteur et serviable, il est un grand atout pour Rick. Très vite, il devient même un ami qui va le soutenir dans certaines périodes difficiles pour le héros.
                Chaque personnage trouvent du réconfort auprès de leur moitié : Rick/Lori , Tyreese/Carole, Dale/Andrea. On ressent que Glenn a besoin aussi de se sentir en sécurité auprès d'une personne. Son vœu se retrouve très vite exaucé (bien qu'un peu mouvementé également).
                Ce tome veut encore voguer avec l'espoir, même si en quelques secondes la situation dégénère très vite. Ils se rendent compte alors qu'il est difficile de vivre heureux dans ce nouveau monde rempli de dangers. Pourtant à la fin de ce tome, un espoir vient à leur portée de main. Mais est-ce vraiment le cas ou un simple rêve inaccessible ?  

                Je dois bien avouer que le seul point négatif : c'est le langage un peu vulgaire des protagonistes. Parfois c'est compréhensible, mais souvent trop présent et pas forcément nécessaire. A part cela, je n'ai rien à reprocher. Les dessins sont toujours aussi bien travaillé, surtout les visages.

                Pour conclure, je dirais que "Cette vie derrière nous" dont le titre évocateur résume assez bien mon sentiment durant la lecture. Les personnages doivent faire leur deuil de leur vie passée pour pouvoir avancer vers l'avenir. Il s'agit ici simplement de combattre sans cesse pour survivre. Ils ne peuvent jamais réellement se reposer et rester sur leurs gardes. Je vais donc vite m'atteler à lire la suite de la saga. 




GLOBALE: 8.5 / 10
DESSINS : 8 / 10
SCENARIO: 9 / 10
PERSONNAGES: 8 / 10
SUSPENS : 9 / 10






dimanche 18 septembre 2016

Le Couloir des âmes #2 - La vengeance de Claire






GENRE : Fantastique / Horreur
ÉDITION : Auto-Edité
FORMAT : Epub
DATE DE PUBLICATION : 17 septembre 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Julie JKR
PRIX : 2€99 (ebook)



CHRONIQUE PRECEDENTE

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/03/le-couloir-des-ames.html







" Claire est désormais prisonnière de son père, le sorcier Marshall, dans le couloir des âmes. Elle découvre qu'elle n'est pas la seule à y errer en attendant une mort affreuse. D'autres femmes complètent cette triste galerie. Au sein de ce harem de l'épouvante, la mage noir espère sans doute trouver sa reproductrice et l'enfanter au plus vite.
Avec la complicité de Camille, une autre captive, Claire envisage de fuir cet endroit maudit pour alerter les autorités et mettre fin aux atrocités du maître des lieux. Mais peut-elle accorder sa confiance à Camille ou bien Marshall, en marionnettiste tout-puissant, la manipule-t-il pour tendre un piège fatal à sa propre fille? "







Tout d’abord, je tiens à remercier Julie JKR de m’avoir donné l'occasion de lire son nouveau roman.  J’avais vraiment adoré le premier tome, à tel point que j’avais hâte de la sortie de celui-ci. Je peux vous dire que cette lecture ne m’a pas déçue une seule seconde !

Nous débutons donc le récit avec Eloïse Durand, qui depuis la disparition de son amie est en proie à des cauchemars récurent. Elle ne sait pas comment l’expliquer, mais elle est sûre que Claire tente de la mettre en garde ! La jeune femme ne peut s’empêcher pourtant de partir à sa recherche. Elle compte sur le lieutenant Simon Derveau pour l’aider dans cette entreprise. Surtout depuis qu’elle a mis la main sur l’étrange carnet de Claire.
                Claire quant à elle, désormais prisonnière du Manoir de son père Marshall, désire ardemment se venger. Elle veut mettre en échec son plan, pourtant il y a une chose qu’elle n’a pas prévue… C’est que Marshall est au courant de tout ce qui se passe dans le manoir et son intelligence dépasse de loin, celui des mortels !

L’évolution de Claire Porter est assez intéressante. Bien que sa mort ne l’ait pas profondément changé, elle désire tout simplement se venger de Marshall pour ce qu’il a fait subir à sa famille. Mais la jeune femme reste toujours aussi naïve, mais c’est ce qui fait sa pureté. Contrairement à son géniteur, elle a toujours confiance aux autres. C’est ce qui la trahit à chaque fois.
                Mais on retrouve cette même notion de naïveté chez le lieutenant Derveau et Eloïse. On sent que Julie JKR a voulu démontrer la différence entre un être humain et un être immortel. J’ai beau savoir que Marshall est le grand et horrible méchant, je suis fascinée par le génie dont il fait preuve. L’auteur a su faire de lui la pire créature qu’il soit sans quiconque pour contrecarrer ses plans. Au fil des pages, on se dit « Mais qui va finir par le vaincre ? Ce n’est pas possible ! ». J’ai beau haïr ce personnage, il me fascine ! Juste pour la psychologie qu’elle a sue lui insuffler et sa façon de fonctionner dans les mondes : matériel et immatériel. Je tire mon chapeau. 

Je ne vais pas trop révéler l’intrigue, mais je dois dire qu’avec cette suite l’auteure s’est totalement surpassée ! Déjà, dans le premier opus, nous avions eu droit à son imagination fertile et disons-le franchement sadique. Ici, c’est encore plus machiavélique, plus sanglant… plus sombre.
Julie JKR a totalement trouvé son style d’écriture, on sent à travers son récit qu’elle a mûri pour notre plus grand bonheur.
                Toujours rempli d’émotions, elle nous surprend toujours à chaque nouvelle page tournée. Dès qu’il y a un soupçon d’espoir pour que Claire arrive à s’en sortir, elle nous l’arrache comme une mauvaise herbe sous le pied. On est alors choqué, désemparée et profondément anéanti comme l’un de ses personnages. Elle arrive à nous manipuler tout le long de son récit. Il est rare qu’un auteur arrive à faire peser une ambiance sombre et très glauque, mais Julie a réussi ce tour de main à merveille. Je pense que les séances de tortures de Marshall ont pu y contribuer grandement. D’ailleurs à ce sujet, je voudrais lui dire une petite chose : de ne pas hésiter à aller au bout de ses méfaits ! Personnellement, j’aurais aimé découvrir les scènes de tortures jusqu’au bout pour nous écœurer (peut-être à vie ! mais c’est le but non ?) au maximum ! On a l’impression qu’elle se retient dans ses descriptions, mais il ne faut pas hésiter. « Choquer » est le maître mot pour une histoire d’horreur. 
                Le plus important sans doute est la phrase qui m’est venu à la fin de ma lecture : « Mais c’est quoi cette fin ??? ». Après plusieurs semaines, je ne sais toujours pas quoi y penser. Était-ce juste un rêve ? Ou la façon dont un certain personnage aurait dû réagir pour sauver sa famille ? Bref, on reste pantois, désarçonné, choqué, ahuri… en somme pleins de mots pour définir une fin réussite. Je suis une personne qui apprécie beaucoup les fins sans réel « happy end ». J’ai toujours trouvé cela très original. Bien que je ne sache pas si cette fin l’est ou non. Qu’importe, c’est au top ! 


En conclusion, « La Vengeance de Claire » est une très bonne suite. On retrouve beaucoup de suspens, un côté lugubre à souhait qui nous procure de doux frissons. En gros, cela a été un coup de cœur pour moi ! J’ai hâte de découvrir ce que l’auteure nous réservera pour l’avenir. J’espère toujours retrouver des récits d’horreur de cette trempe, car il est tout simplement génial. Si vous n’avez pas encore testé « Le couloir des âmes », je vous le conseille vivement même si ce n’est pas certain que vous en réchappiez !




EXTRAITS 

« Quel père aurait infligé de tels sévices à son propre enfant ? Aucun. Elle en était persuadée. Ils ne partageaient qu’une unique chose, leur ADN, mais pour Claire c’était déjà trop. »

* * *

« Les filles captives ne partageaient entre elles que leur malheur, leur tourment, et leur tristesse. Le mot enfer convenait très bien à cet univers. Un cycle sans fin se déchaînait en ce lieu. »

* * *

« - Donc en clair, il nous a amenées dans un enfer où lui seul peut régner et dans lequel il nous torturera pour toujours.
Camille avait plutôt bien résumé la situation même si en réalité elle semblait nettement plus complexe. Elle venait d’énoncer les grandes lignes, le reste importait peu. 
»

* * *

«  Voir le visage de sa fille se tordre de douleur le faisait frissonner. Le supplice enduré était jubilatoire pour lui. Le désespoir de ses victimes était pour lui une bouffée d’énergie, sans elles il ne serait pas capable d’être aussi fort. Alors dès qu’il pouvait s’acharner sur elles, il n’hésitait pas une seconde. »

* * *

« La torture était un art, il ne fallait pas qu’elle se transforme en meurtre. »

* * *

«  L’espace d’un instant, elles se retrouvaient seules au monde, plus rien de ce qui les entourait n’existait. […] La vie les avait séparées, et la mort les avait réunies. »
 
 
  


GLOBALE: 10 / 10
ÉCRITURE: 9 / 10
SCENARIO: 10 / 10
PERSONNAGES: 9 / 10
SUSPENS : 10 / 10
COUP DE COEUR !