dimanche 30 octobre 2016

Walking Dead #3 - Sains et Saufs ?





GENRE : Horreur / Post-apocalypse
ÉDITION : Delcourt
NOMBRES DE PAGES : 144
PUBLIE EN : 2007 (USA)
DATE DE L’ÉDITION : 2007
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEURS : Robert Kirkman et Charlie Adlard
TITRE ORIGINAL : Walking Dead #3 -
Safety Behind Bars
PRIX
: 14€95


CHRONIQUES PRECEDENTES

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/07/walking-dead-1-passe-decompose.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/09/walking-dead-2-cette-vie-derriere-nous.html






" Rick et son groupe de survivants quittent les abords d'Atlanta en quête de l'abri qui les protégera des attaques incessantes de morts-vivants.
La chance leur sourit lorsqu'ils trouvent sur leur chemin un immense pénitencier laissé à l'abandon. Du moins, le pensent-ils...car une fois les alentours nettoyés, ils rencontrent les occupants de la prison. "





Je reviens donc avec la suite de « Walking Dead », ce troisième tome entre dans le vif du sujet. Le danger des morts-vivants est toujours bien présent, mais il s’agit d’un conflit avec l’humanité qui se trouve au centre de ce tome. 

Rick et son groupe, après avoir été bannis de la ferme d’Hershel, trouvent refuge au sein d’une prison infestée de zombies. Il s’agit là de la meilleure opportunité pour rester en vie dans les prochains et bien à l’abri des morts derrière les grillages.
Ils décident ainsi de nettoyer la zone de ces putrides résidents... Seulement, quatre détenus se trouvent encore dans la prison. Le groupe choisit de leur faire confiance, mais est-ce bien raisonnable ? La suite des évènements prouve malheureusement que ce n’est pas le cas.
Les relations du groupe sont vraiment mises à mal. Tout d’abord, Tyreese subit un gros traumatisme. Il va alors commettre un acte impardonnable, pourtant Rick commence petit à petit à changer de point de vue.
Une révélation arrive au sein de la bande : la morsure ne transforme pas les humains en zombies. Ils comprennent tous qu’ils sont contaminés. Rick est choqué, mais décide de retourner en arrière terminer ce qu’il avait commencé.
Pendant son absence, des meurtres brutaux viennent troubler la routine du groupe. Qui est le responsable ?
Les suspicions vont de bon train et la confiance en autrui est mise à rude épreuve.
Je pense également que ce tome marque la fin de la sensibilité de Rick. Il prend conscience à la fin que la nature humaine est mauvaise, voire aussi dangereuse que les morts-vivants qui les entourent. On le voit encore pleurer, mais il s’agira certainement des dernières qu’il sera capable d’éprouver face à l’horreur. 

En conclusion, j’ai adoré ce tome qui marque un nouveau tournant dans la saga et pour la suite de l’histoire. Rick commence petit à petit à changer pour devenir quelqu’un de plus fort, mais à quel prix ? Ayant déjà lu le tome 4, la prochaine chronique va très vite arriver !
 





GLOBALE: 9 / 10
DESSINS : 9 / 10
SCENARIO: 9 / 10
PERSONNAGES: 8 / 10
SUSPENS : 9 / 10










jeudi 27 octobre 2016

Passeuse d'âmes #2 - Possédée



http://img.livraddict.com/covers/209/209410/couv37336949.jpg 

 GENRE : Fantastique
ÉDITION : Auto-Edition
FORMAT : Epub
NOMBRES DE PAGES : 408
DATE  DE L’ÉDITION : 15 octobre 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Lyn A.Lewis
PRIX : 15€18 (broché) - 2€99 (Ebook)



CHRONIQUE PRECEDENTE

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/04/passeuse-dames-1-damnee.html




" Je m’appelle Érine Homes. Médium sans grand talent. Gérante d’une boutique ésotérique. Passeuse d’âme en formation. Promise à un démon. Sacrifiée et sauvée, deux fois. Sous haute protection depuis. Mère par procuration. Célibataire égoïste. Et… c’est déjà pas mal.

Enfin, je ne me plains pas. J’ai de la chance, je suis en vie. Et je compte bien le rester. Même si on ne va probablement pas me faciliter la tâche. Que ce soit ma famille qui cherche à me nuire, le démon à me récupérer ou Clayton qui se fait un plaisir de jouer les professeurs lunatiques, mon avenir ne ressemble pas à un long fleuve tranquille. Seuls les dieux savent ce que le futur me réserve. Quoique, ce n’est pas sûr.
"





                Je remercie tout d’abord Lyn de m’avoir permise de lire son roman en avant-première. J’attendais la suite avec une grande impatience ! Je dois dire que ce deuxième tome tient toutes ses promesses. J’ai adoré en découvrir un peu plus sur tous ses personnages emblématiques.

                Erine Homes, malgré ses mésaventures avec le Démon Thalès, se trouve être bien entouré : entre la présence bienveillante de son ami Ian, de la petite Tamara, ainsi que son protecteur attitré Clayton, elle essayait de reprendre le cours de sa vie. Protégée par un pendentif pour tenir à l’écart le démon, la jeune femme essaie de devenir plus forte. Pourtant, Liam n’a pas dit son dernier mot. Désireux de créer un monde à son image, il va tenter de renverser le Dieu de la Mort pour gouverner à sa place. De plus, il est soutenu par deux éléments très puissants : Liv la déesse et Debra, l’ancienne pisteuse. Érine est également en proie à des rêves étranges, où elle aperçoit Elanor...

                On peut dire que cette suite nous offre diverses émotions à sa lecture. Tout d’abord, nous avons le point de vue de chaque personnage, ce que j’ai grandement apprécié ! D’ailleurs, l’évolution des protagonistes est des plus intéressantes. 

                Erine qui a été brutalisée dans le tome précédent par Liam se trouve être ici une femme fragilisée. Elle se repose sur ses proches pour devenir plus forte. Même l’agaçant Clayton devient plus protecteur que jamais. J’avoue avoir toujours apprécié ce dernier, voir leur relation évoluer dans ce sens était très riche en émotion. 


                
 Clayton reste malgré tout réserver sur ses sentiments pour la jeune femme, lui cachant parfois des choses qui pourraient briser sa confiance. Évidemment, tout n’est pas rose dans cette relation étrange, on le voit à plusieurs reprises.
                Je pense que le personnage qui m’a le plus surprise dans ce tome fut Debra. Elle a été beaucoup plus mise en avant que les autres, je trouve. On découvre une femme en colère qui ne cherche qu’à se venger. Seulement, elle n’est pas revenue indemne du labyrinthe… Des séquelles aux humeurs violentes viennent la bousculer dans son nouveau quotidien.
                On retrouve Ian qui a un rôle qui évolue dans le bon sens ! Je l’avais trouvé un peu terne dans le premier tome, certainement son côté humain et ennuyeux (bah oui, nous le sommes tous non ?). Le pauvre homme qui reste dans l’ignorance des difficultés de sa meilleure amie va se retrouver pourtant plongé dans ce monde étrange. Lui qui ne connaissait rien, il se voit impliquer d’une façon bouleversante. On se dit : « Je crains le pire pour lui ». Il va subir vraiment une thérapie de choc ! Comment va-t-il se débrouiller pour la suite ? Telle est la question.
                Ce qui m’amène à Thalès ou Liam, je le déteste cordialement. Bon, c’est un démon. Je pense que c’est normal qu’on ne l’apprécie pas tellement. Mais après avoir découvert sa face perverse, ici il se fait conspirateur, traître et peut-être lâche aussi. On peut dire qu’il est l’archétype d'une créature infernale. On a un grand méchant qui tient bien son rôle… On se doute déjà que la pauvre Érine et ses amis vont vraiment être en difficulté pour la suite.

                Du point de vue de l’écriture, j’ai retrouvé avec plaisir le talent de Lyn. Chaque chapitre offre cette petite touche de suspens que j’apprécie tant, mais aussi très sentimentale. De plus, découvrir les divers protagonistes à travers leur propre chapitre nous permet de mieux les aimer et les comprendre. Du point de vue du fantastique, il est toujours omniprésent et bien traité, j’ai adoré la justesse dans ses réflexions sur la magie. 

En conclusion, « Possédée » révèle tout le talent de Lyn A.Lewis ! C’est un tome bourré d’action et de révélation avec des personnages très attachants. On découvre aussi un peu les « vies antérieures » d’Érine dans ce tome, un passé assez lointain. On se demande encore comment elle est venue à tisser un lien avec un démon. J’ai hâte de découvrir la suite avec toutes nos réponses à nos questions. N’hésitez donc pas à découvrir la saga « Passeuse d’âmes », elle en vaut vraiment le coup pour ceux qui sont fans du genre Fantastique comme moi. 



                
EXTRAITS


«  Voilà où j’en étais. Je m’appelais Erine Homes. Médium sans grand talent. Gérante d’une boutique ésotérique. Passeuse d’âme en formation. Promise à un démon. Sacrifiée et sauvée, deux fois. Sous haute protection depuis. Mère par procuration. Célibataire égoïste. Et…c’était déjà pas mal. » - Chapitre 1

* * *

«  Je l’observai alors quelle détaillait mon corps sans défauts. Prenant quelques instants, je lui permis de se repaître de cette vision parfaite » Thalès / Chapitre 2 

* * *

« Celle qui avait péri deux fois en deux mois me faisait la morale. Mieux valait entendre ça que d’être mort. » Clayton / Chapitre 3

* * *

«  Sans compter qu’il suffisait de peu de choses pour qu’elle me tombe dans les bras et succombe à mon charisme toujours aussi efficace, même avec un visage défiguré. » Clayton / Chapitre 3

* * *

« Qui était-il, réellement ? Il ne ressemblait à aucun Homes rencontré jusqu’à présent. Il agissait de manière totalement différente des autres. Comme s’il n’avait peur de rien, ni de personne, et encore moins de moi ; Comme s’il était au-dessus de tout… » Debra / Chapitre 5

* * *




 GLOABLE : 9 / 10
ÉCRITURE : 8 / 10
SCENARIO : 10 / 10
PERSONNAGES : 9 / 10
SUSPENS : 9 / 10

mercredi 26 octobre 2016

Tag PKJ : Les coups de coeur






1) Quel est votre dernier coup de cœur ?

"Re/Member #4" un manga de Welzard & Katsutoshi Murase

2) Quel est le premier coup de cœur littéraire dont vous vous souvenez ?

Je lis depuis très longtemps donc ma mémoire risque de flancher, mais je pense qu'il s'agit de "A la croisée des mondes" de Philip Pullman.  

3) Citer un roman dans lequel l'intrigue vous a époustouflé.

Sans conteste "De fièvre et de Sang" de Sire Cédric.

4) Citer un roman pour lequel vous ne vouliez pas quitter les personnages
.
Je crois bien qu'il s'agit de la saga "Harry Potter", j'avais ma petite larme à l’œil à la fin sachant que c'était le dernier. 

5) Citer une série pour laquelle tous les tomes ont été un coup de cœur.

"Rose Morte" de Céline Landressie. Je ne cesse de le répéter, mais cette saga est juste énorme ! Je ne doute aucunement que la tome 4 sera également un coup de cœur. 

6) Quel roman coup de cœur vous a séduit dès les premières pages ?

"Apostasie" de Vincent Tassy. Sa plume est un vrai délice tout en finesse avec une touche de poésie qui fait tout son charme.

7) Quel roman coup de cœur vous a séduit sur la longueur ?

"Les Larmes Rouges" de Georgia Caldera, surtout le 3ème tome "Quintessence" qui concernait principalement l'un de mes personnages favori "Avoriel".

8) Citer un roman coup de cœur d'un auteur français.

"Feuillets de Cuivre" de Fabien Clavel.  Ce livre est une pure merveille manié avec dextérité et qui explore la littérature et l'art.

9) Avez-vous un auteur coup de cœur: chacun de ses livres est un coup de cœur ?

Sire Cédric, il est rare que ses romans n'en fasse pas parti. 

10) Citer un livre que vous souhaitez lire et que vous pressentez être un coup de cœur.

Franchement, je ne peux pas répondre à cette question. Pour moi, un coup de cœur ne se prévoit pas, c'est une question de sentiments sur l'instant et sur la durée de lecture. 

11) Avez-vous un roman coup de cœur dans un genre littéraire qui n'est pas votre favori ?

Cela ne m'est pas encore arrivé malheureusement. J'attends toujours d'être surprise !
Pourtant, je lis divers genres.

12) Avez-vous un coup de cœur Pocket Jeunesse ?

Non pas pour le moment, mais qui sait ? 




mercredi 19 octobre 2016

Journal d'un marchand de rêves







 GENRE : Fantasy / Steampunk / Jeunesse
ÉDITION : Atelier Mosesu
COLLECTION : Pepper - Dark Steampunk
NOMBRES DE PAGES : 557
DATE DE L’ÉDITION : 13 octobre 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Anthelme Hauchecorne
PRIX : 19€



CHRONIQUE PRECEDENTE

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/02/le-nibelung-1-le-carnaval-aux-corbeaux.html





" J'ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m'ont expédié loin d'Hollywood, dans la vieille Europe. Les meilleurs spécialistes m'ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais. Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m'éliminer, mais avec élégance. M'entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m empêchent de tourner la page... La première est une fille. La seconde, une soif de vengeance. Je m'appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament..."




                Avant de vous faire part de mon avis, je tenais encore une fois à remercier Anthelme Hauchecorne pour sa confiance et sa gentillesse de m’avoir proposé de lire son roman en avant-première. De plus, c’était un réel plaisir de vous rencontrer aux Halliennales.
  « Journal d’un marchand de rêves» est comme le précédent roman que j’ai lu : unique en son genre. On reconnait le style de l’auteur avec facilité, ce fut une lecture riche et très prenante.

                Nous commençons l’histoire sur les confessions du jeune Walter Krowley, fils d’un grand acteur d’Hollywood. Malheureusement pour le jeune homme, sa vie est loin d’être sous les projecteurs de son paternel. Enfant, il perd sa mère (elle aussi actrice). Il n’a jamais réellement existé aux yeux de son père. Il se sent « à part » dans la nouvelle vie que son père s’est construite. Le garçon a commencé à faire d’étranges rêves à la suite d’un accident de voiture, où il se trouvait en compagnie de son meilleur ami Trent Trump. Petit à petit, il comprend que ses songes sont pourtant plus « réels » que ce qu’il pensait au départ. Walter Krowley est finalement quelqu’un d’exceptionnel, il est un Rêveur, appelé plus communément « Un marchand de sable ». Il va découvrir dans cet univers parallèle de nombreux dangers qui peuvent avoir des répercussions dans sa vie réelle.

                Je vais premièrement évoquer le personnage principal qu’est Walter Krowley Junior. Ce jeune homme de vingt ans est assez insouciant dans son quotidien. Ses soirées de débauches en compagnie de son meilleur ami Trent, lui ont valu pas mal de soucis. Pourtant sa vie risque de changer quand il tombe dans l’Ever (« Rêve » dans le bon sens). Il est ce qu’on appelle un Rêveur. Ainsi, au lieu de suivre les règles établies dans cet univers parallèle, Walter va souvent se mettre dans des situations périlleuses. On découvre très vite qu’il est assez naïf et surtout un pleutre. Il l’affirme lui-même à plusieurs reprises dans le récit.

« Me battre ? Écrire ma propre histoire ? Agir en héros, enfin ? Au risque de vous décevoir, j’ai esquivé cette occasion. Des héros, nous en avions semé bien assez en chemin. La lâcheté offrait l’avantage de laisser espérer un avenir. »

                Pourtant cet antihéros nous touche, on s’amuse à le voir en difficulté. C’est dur de dire cela ou c’est moi qui suis un peu cruelle, mais il m’a beaucoup diverti et fait rire. On se dit que ce n’est pas possible d’être aussi empoté ! Il attire les ennuis à chaque fois qu’il pose les pieds dans l’Ever. Au départ, il tente de suivre les règles comme les autres, mais il va rencontrer une jolie fille, il va commencer à déraper. Quand il va pénétrer le rêve de Brumaire et croiser Banshee, malgré les nombreuses trahisons de la jeune fille, il lui pardonnera. Il s’alliera tantôt avec les hommes de loi du Gouverneur (Hope entre autres), mais aussi les « Outlaws ». Il retourne sa veste pour toujours en sortir vainqueur.           Concernant Banshee, c’est une jeune femme dotée d’une grande intelligence qui essayera d’apprendre certaines choses à Walter. Elle est fascinée par les « oniromanciens », une ancienne civilisation qui a évolué dans les rêves. Elle est d’ailleurs très douée en mécanique et tentera de réparer la technologie de cette civilisation perdue. Malgré son tempérament à l’extrême opposé de Walter, les deux protagonistes s’unissent pour essayer de combattre la dictature du Gouverneur sur le monde des rêves. 

                Concernant l’écriture d’Anthelme Hauchecorne, il reste égal à lui-même ! Tout comme dans « Le Carnaval aux corbeaux», on repère de nombreuses références à la littérature ou cinématographiques qui viennent enrichir son univers. Ce qui m’a particulièrement plu, c’est d’utiliser la théorie de Freud pour évoquer le rêve. On trouve notamment les créatures appelées des « ça » qui sont liées aux rêveurs. Le Rêveur et le ça ne font plus qu’un. On comprend très vite que c’est le côté primaire de l’individu et que l’apparence du ça reflète le caractère et le tempérament du Rêveur. Finalement à travers le ça de Walter, on comprend qu’il n’est pas une personne facile à ranger dans une société dictée par des lois ou à classer dans les idéaux qu’on attend d’autrui. Il est original et non semblable à l’idée qu’on se fait de quelqu’un.
                Il y a de nombreuses références au cinéma comme la science-fiction ou encore les westerns spaghettis ! Doowylloh (l’envers en rêve du décor d’Hollywood vous l’aurez compris) est resté bloqué dans l’univers des années 50. On se plonge alors irrémédiablement de cette période avec délice. De plus, la plume fluide et poignante de l’auteur ajoute du suspens, de l’intrigue qui nous tient en haleine jusqu’au bout de son récit. On y trouve également le côté humoristique qui m’avait tant plus dans son précédent roman.
                Les personnages sont tous plus farfelus et hétéroclites les uns des autres, que ce soit : Butch Smoke le leader des Outlaws, Hope derrière son étrange masque de parfait représentant du gouvernement, l’intrépide Spleen cambrioleuse à ses heures de sommeil et tant d’autres que l’on découvre à chaque nouveau chapitre. Il y a tant de diversité que chaque lecteur sera comblé lors de sa lecture.

                Le «Journal d’un marchand de rêves» est une grande aventure au pays des songes ! On rencontre des personnages, tous plus étranges l’un que les autres. Cette interprétation du marchand de sable a de quoi nous époustoufler tant l’intrigue autour de Walter est prenante. « Alice au pays des merveilles » n’a qu’à bien se tenir ! Il y a désormais : « Walter au pays des songes » ! N’hésitez pas à plonger, vous ne serez pas déçus. Pour ma part, je n’étais pas loin du coup de cœur. Du grand Hauchecorne tout simplement.



EXTRAITS


" Ce ne serait pas la première fois que je croirais l'avoir perdue. A force, je me méfie. Cette fille sait manœuvrer son monde. Même la Faucheuse, cette garce cosmique, s'empêtrerait dans ses filets. Et puis qu'est-ce que la mort sinon un long rêve ?" - Chapitre 1

* * *

"Sellexurb, le reflet de Bruxelles dans l'Ever, poussait ses maisons flamandes sous la caresse de la pluie. Des édifices empruntés à diverses époques - bastions, châteaux, donjons - se dressaient parmi les habitations, majestueuses dans leur anachronisme. Le ciel bruissait de battements d'ailes de papier, celles de machines volantes qu'on jurerait jaillies des croquis d'un Léonard de Vinci. Ici, telles des mains tendues vers l'infini, les rêveries d'innombrables générations communiaient sous un ciel piqué d'étoiles, témoins de l'éternité. En comparaison, Doowylloh évoquait une maquette sortie d'usine, à peine tirée de son emballage." - Chapitre 41

* * *

" J'ai tenté de la raisonner. Banshee s'est braquée.
- L'Eveil n'est pas le monde de la lumière, Walt, c'est celui des déceptions. La nuit offre plus de raisons d'espérer que le jour. Quand le sable glisse sur nos paupières, nous devenons des étoiles, dont le royaume s'étend du crépuscule à l'aube. L'aurore est une sentence et le soleil, le geôlier de nos prisons
." - Chapitre 55

* * *

" - Mes professeurs répétaient qu'à trop rêver en classe, je finirais sans un sou. Soutiendriez-vous qu'ils avaient tort ?
- Indubitablement. Il existe dans l'Ever des trésors pour qui ose s'en emparer. Que sont les rêves, sinon des idées ? Et parmi elles se cachent des inventions. Des technologies en avance sur leur temps. Léonard de Vinci avait inventé le sous-marin, Nikola Tesla un vaisseau spatial qui...Hum, j'en ai trop dit. Bref, et si des rêves abandonnés contenaient les technologies du futur ? Tel est le fonds de commerce des orpailleurs d'idées...
" - chapitre 59






GLOBALE : 9 / 10
ÉCRITURE : 10 / 10
SCENARIO : 9 / 10
PERSONNAGES : 9 / 10
SUSPENS : 8 / 10