mardi 31 janvier 2017

Walking Dead #6 - Vengeance



Couverture Walking Dead, tome 06 : Vengeance 



  GENRE : Horreur / Post-apocalypse
ÉDITION : Delcourt
NOMBRES DE PAGES : 130
PUBLIE EN : 2007 (USA)
DATE DE L’ÉDITION : 2008
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEURS : Robert Kirkman et Charlie Adlard
TITRE ORIGINAL : Walking Dead #6 - This Sorrowful Life 
PRIX : 14€95





CHRONIQUES PRECEDENTES



http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/07/walking-dead-1-passe-decompose.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/09/walking-dead-2-cette-vie-derriere-nous.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/10/walking-dead-3-sains-et-saufs.html  Couverture Walking Dead, tome 04 : Amour et mort
 http://img.livraddict.com/covers/0/102/couv62042781.jpg







" Rick, Michonne et Glenn sont désormais captifs du Gouverneur, leader charismatique de la petite communauté de Woodbury. Et chaque heure qui passe les éloigne un peu plus de la certitude de revoir leurs proches, restés à l'abri, derrière les grilles du pénitencier. Mutilés et terrorisés, les prisonniers découvrent la personnalité déséquilibrée de leur tortionnaire, adepte de jeux du cirque d'un genre nouveau... "






Ce sixième tome porte très bien son nom. On découvre une suite riche en action et en déchaînement de violence !

Nous avions laissé Glenn, Michonne et Rick aux mains du Gouverneur. Certains ont subi de plus gros sévices que les autres, à tel point que Michonne va vouloir se venger. On voit en elle une âme de guerrière et de grande combattante. Sa frénésie de haine nous tient littéralement en haleine.
Bien qu’ils arrivent à fuir, Rick sait que son groupe est désormais menacé par les habitants de « Woodbury ». Son retour au sein de la prison est également très mouvementé… Des retrouvailles très intenses sont de mises !

Le personnage que j’admire le plus dans ce tome est forcément Michonne. Nous avons subi ses sévices avec tellement de violence que sa vengeance est d’autant plus jouissive ! Elle ne fait que reproduire pourtant les jeux malsains du Gouverneur, mais à un degré plus élevé…
On ne peut qu’approuver ses actes.
Rick de son côté se voit soudainement aidé par des habitants de Woodbury à sortir de la ville. Mais peut-il réellement leur faire confiance ? L’avenir est incertain…
De plus, la vie des habitants de la prison est menacée quand le trio rentre au bercail. Finalement, Tyreese a voulu tenter de venir en aide à ses compères, prouvant encore une fois sa loyauté sans faille à Rick. Je suis toujours aussi touché par cette amitié sincère entre les deux hommes.
Est-ce que les pensionnaires de la prison vont-ils devoir se préparer à une guerre contre les vivants ? La théorie de Rick devient de plus en plus palpable au fil de l’avancement de l’histoire.

Je termine en disant que « Vengeance » est un tome bourré d’action et de violence. Dans ce tome, Robert Kirkman tente de rétablir une certaine justice oubliée par les rôdeurs, même si le sens de la justice est tronqué par une civilisation totalement brisée par l’apocalypse. Une justice très radicale, où seule la mort peut venir rétablir l’équilibre précaire instaurée depuis le premier tome. Quelle folie nous réserve le créateur pour le septième tome ? J’ai hâte de le découvrir !
 





GLOBALE: 10 / 10
DESSINS : 9 / 10
SCENARIO: 10 / 10
PERSONNAGES: 10 / 10
SUSPENS : 10 / 10










jeudi 19 janvier 2017

Creuse la mort



Couverture Creuse la Mort 


GENRE : Fantastique / Horreur
ÉDITION : Auto-édition 
FORMAT : Ebook/Epub
DATE DE PUBLICATION : 15 Septembre 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Paul Clément
PRIX : 3€99 (ebook) - 12€99 (papier)



L’image contient peut-être : 1 personne

 Âgé de 25 ans, Paul est diplômé de l'EDHEC, une célèbre école de commerce de Lille ainsi que d'une université de Brisbane en Australie.
Passionné d'écriture, il voue surtout une passion dévorante aux zombies et autres morts-vivants auxquels il dédie un blog (myzombieculture.com), le premier site francophone consacré à la culture zombie, dont il est le fondateur et le rédacteur en chef.
Fruit de ses deux passions,Les Décharnés Une lueur au crépuscule est son premier roman. Sa seconde excursion littéraire a accouché, à la fin de l'été 2016, de Creuse la mort, un thriller horrifique recevant un accueil critique particulièrement élogieux tout comme son prédécesseur.
Aujourd'hui, Paul voyage dans un monde imaginaire aux côtés d'orphelins dont il racontera les aventures dès 2017.


+ SITE OFFICIEL + FACEBOOK + TWITTER +






" Que feriez-vous si chaque nuit une fosse était creusée dans votre jardin ?
Vous la rebouchez ; une nouvelle vous y attend le lendemain. Vous interrogez les autorités ; nul ne vous répond.

C'est la situation à laquelle Frédéric, un banquier de province, est confronté lorsqu'il découvre un beau matin une mystérieuse fosse en plein milieu de sa pelouse. Décidé à en découvrir l’origine, il est loin de se douter de l'ampleur que les événements vont bientôt prendre. Et s'il creusait sa propre tombe ? Celles de sa famille et de ses proches ?

Enfoncez-vous dans l'horreur avec Creuse la Mort."


 



 
Ma première lecture auto-édité est donc la seconde œuvre de Paul Clément : « Creuse la mort ». Il était temps pour moi de découvrir un peu les romans indépendants de certains messieurs.
Ce roman est rempli de suspens et d’action, ainsi que de morts-vivants pas comme les autres.


Frédéric Urbain est conseiller bancaire en petite province, marié à Renée, ils ont une fille prénommée Emma. Une vie tranquille en apparence, jusqu’au jour où un trou apparaît dans leur jardin. Les interrogations de Fred commencent à fuser : pourquoi faire un trou dans son jardin ? Y’a-t-il des travaux ?
Il a beau reboucher ce fameux trou, tous les soirs des fossoyeurs viennent creuser, offrant au total trois trous symétriques dans son jardin. Qui sont-ils réellement ? Pourquoi font-ils cela ?
La famille de Fred n’est pas la seule à posséder cette anomalie sur leur terrain, plusieurs personnes commencent à signaler ce fait, dans d’autres villages, en National puis à l’international.
Fred décide de prendre les choses en main, voulant à tout prix protéger sa famille de cette étrangeté. Pourtant, l’homme va sombrer jour après jour dans le désespoir. Le devoir qu’il pensait réaliser va se transformer en vrai cauchemar.


L’ensemble des protagonistes offre divers points de vue sur le héros. Fred est quelqu’un d’attentionné et protecteur, surtout avec sa petite fille Emma. Quand l’anormalité de ces trous lui saute aux yeux, il va en faire une fixation. Sa femme commence à craindre qu’il perde la tête, donnant ainsi raison à son beau-frère, Eric. Personne ne semble prendre ses craintes au sérieux…
Grâce aux points de vue externes de ces autres personnages, le lecteur vogue entre folie et réalité. Qui a raison ? Fred ou ses proches ? Quand la vérité éclate sous nos yeux, nous sommes dans un sens soulagé, même si le cauchemar est d’autant plus horrible.
Renée m’a paru vraiment exaspérante. Certes, elle fait son possible pour comprendre son mari et l’aider, mais elle prend la fuite. Elle le laisse ainsi à sa détresse émotionnelle, au lieu de le soutenir. J’ai trouvé qu’elle était un peu une tête à claques (oui, oui je l’assume *rit*)
Comment réagir devant une situation extrême ? Souvent en restant en groupe, cela fonctionne toujours le mieux. Du coup, on ne s’étonne pas de voir ce joli petit monde partir sens dessus dessous.
Un côté négatif de Fred ? C’est qu’il abandonne des personnes pour sauver soit sa propre peau ou celle de sa famille. Dans le second cas, je comprends totalement. Mais il révèle également un point très important pour le récit, une réalité flagrante. Quelle personne aujourd’hui viendrait en aide à son prochain ? Très peu, il faut bien l’avouer. Fred fait donc partie de cette statistique.
À son opposé, on a Eric. De par sa fonction de policier, il est le héros dans toute sa splendeur qui vient au secours des citoyens. Je trouve réellement intéressant le choix de l’auteur d’avoir créé un personnage qui finalement représente la majorité de la population.


J’ai été agréablement surprise par la prose de l’auteur. D’une qualité excellente, sa plume nous entraîne dans son monde surréaliste et riche dans cette apocalypse. Il donne un nouvel angle au thème des « morts-vivants » qui m’a fortement plu ! Cela change des zombies putrides, je peux vous l’assurer.
Par contre, j’ai trouvé certaines similitudes avec la saga « Walking Dead », notamment à la conclusion de l’histoire, concernant Fred. Il s’agit d’une ressemblance quasiment parfaite avec Philip Blake et sa folie (à méditer pour ceux qui connaissent les comics/romans). Un autre élément représentatif de la saga emblématique est la propagation. Robert Kirkman a fait le choix de ne pas divulguer l’origine du virus. Certes, dans « Creuse la mort » il ne s’agit pas de virus, mais son début reste totalement inconnu aux lecteurs et je trouve cela tellement frustrant. Un petit côté sadique bien assumé pour nous rendre fous. J’aurais malgré tout fortement apprécié connaître l’élément perturbateur du scénario.


En conclusion, « Creuse la mort » est un excellent roman fantastique. Paul Clément a une nouvelle vision des morts — vivants vraiment très intéressante. Le récit est riche en suspens et action, même si certaines de nos interrogations restent floues. On se laisse aisément porter par l’enchaînement du scénario. J’ai fait une jolie découverte ! Je vous recommande chaudement ce roman si vous appréciez les univers décalés et horrifiques. Vous passerez un agréable moment en compagnie des fossoyeurs !

  
EXTRAITS

" Cette fosse parfaite et effrayante, sa petite jumelle d'une perfection comparable ; deux invraisemblances qui, hilares , s'amusent à balancer ma raison d'un coin à l'autre de mon cerveau. Il n'y a rien de rationnel à la présence de telles choses ans mon jardin et mon esprit sait cette bataille perdue d'avance : il ne trouvera pas d'explication." - Chapitre 6

* * * 

" Chahutés par le vent, les troncs grincent et se balancent dangereusement. Les bois résonnent de l'écho des légers branchages qui chutent au sol. J'ai la désagréable sensation que l'on nous observe. Pourtant tout semble normal, la forêt s'ouvrant devant moi comme un frigo glacial d'épines et d'écorces." - Chapitre 15

* * *

" Que ne donnerais-je pas pour craindre moi aussi l'action d'un homme dément, d'une erreur de la création qui aurait décidé de se divertir à sa façon ? un simple psychopathe comme notre société en fabrique si souvent. Mais ma peur va bien au-delà. Elle s'aventure ans des contrées où la nuit se retourne contre l'Humanité, où des cris monstrueux agressent mes tympans et où la terre semble envahir mon estomac. Des fosses si parfaites dans un monde si abject : j'en tremble d'effroi." - Chapitre 17

 




GLOBALE: 9 / 10
ÉCRITURE :10 / 10
SCENARIO: 9 / 10
PERSONNAGES: 8 / 10
SUSPENS : 10 / 10















lundi 16 janvier 2017

Kasane, la voleuse de visage #2



Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 2 


GENRE : Manga / Seinen / Fantastique
ÉDITION : Ki-oon
NOMBRES DE PAGES : 191
PUBLIE EN : 2014 (Japon)
DATE DE L'EDITON : mars 2016

LANGUE D'ORIGINE : Japonais
AUTEUR : Daruma Matsuura
TRADUCTION : Sébastien Ludmann
TITRE ORIGINAL : 累 - Kasane
PRIX : 7 € 65


 CHRONIQUE PRECEDENTE

Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 1








" Après avoir sauté le pas en volant le visage de son amie Iku le jour de la première de la pièce du lycée, Kasane découvre le plaisir d'évoluer sans complexes devant un public...
Sur scène, elle resplendit et sa prestation fait sensation, au point d'attirer le regard d'un vieil ami de sa mère, Kingo Habuta.
Lorsque ce dernier vient trouver l'adolescente, il lui révèle que la grande Sukeyo Fuchi a connu la même situation qu'elle...et qu'elle l'a chargé de lui trouver un rôle ! Il présente alors Kasane à Nina Tanzawa, une jeune actrice qui tente de percer dans le milieu, avant de lui proposer un étrange marché..." 






Dans ce deuxième tome de la saga, le thème de la "moralité" est mis à rude épreuve. La relation entre deux personnages féminins qui se trouvent être aux antipodes l’une de l’autre et aux ambitions divergentes ne peut finir que mal.

Kingo Habuta offre une opportunité à Kasane : de rendre une actrice belle, mais médiocre en superstar. C’est ainsi qu’elle rencontre Nina Tanzawa qui rêve de devenir une actrice de renom. Mais à cause de sa maladie : le syndrome de la belle au bois dormant (Kleine-Levin), la jeune fille perd des semaines de sa vie, souvent oubliée par son entourage. C’est pendant ces phases de sommeil que Kasane va échanger sa place...
Mais la convoitise de la jeune femme ne va-t-elle pas prendre de l’ampleur quitte à voler sa vie ? Cette vie de rêve qu’aspire Kasane va-t-elle lui faire commettre un faux pas ?

Nous découvrons dans ce tome, le personnage de Nina, une belle jeune fille, visiblement pas très douée pour le théâtre. Elle va prodiguer à Kasane comment se comporter en tant que : Nina Tanzawa.
Petit à petit, Kasane maîtrise son rôle à la perfection, peut-être un peu trop. Elle se découvre une vie de femme qu’elle n’a jamais pu vivre sous sa véritable apparence. Seulement, Nina n’apprécie guère que Kasane tente de se rapprocher d’un directeur artistique qu’elle a jadis connu...

La moralité de Kasane qui pourtant essai de devenir l’amie de Nina se retrouve mise à mal. En effet, les ambitions de Nina ne sont aucunement les siennes... Elles ne s’entendent pas vraiment. Alors la jeune fille va essayer de vivre son rêve, même s’il est court.
Mais qu’adviendra-t-il de Nina lors d’une de ses phases de sommeil ? Kasane ne risque-t-elle pas de saisir cette opportunité ? Nina tentera de découvrir le fameux secret de Kasane pour changer de visage.

En conclusion, ce second tome offre à l’héroïne de vivre de sa passion à travers la vie d’une autre. L’occasion est inespérée pour elle. Mais ses démons viennent vite la rattraper ? Elle tente de poursuivre le chemin que sa mère à jadis parcouru, il se trouve même qu’elle commence à devenir douée à ce petit jeu malsain. Bref, j’ai adoré ! J’ai hâte de découvrir la suite.







GLOBALE : 9,5 / 10
DESSINS : 10 / 10
SCENARIO : 10 / 10
PERSONNAGES : 10 / 10
SUSPENS : 9 / 10




lundi 9 janvier 2017

Bilan - Décembre 2016



LIVRES TERMINES

29469433 6891013 33400713 29930456
23206766 33643885


LIVRES ABANDONNES

28638363

  • La Toile d'araignée de Jean-Philippe Agnese


CHRONIQUES DU MOIS


Couverture Resident Evil, tome 03 : La Cité des morts nom de ton image nom de ton image nom de ton image
nom de ton image nom de ton image nom de ton image nom de ton image


RESUME

6 livres lues
1 livre abandonné
1634 pages lues
8 livres chroniqués



Un bilan un peu moins étoffé que les mois précédents, mais avec la poisse que je subis depuis quelques temps, on ne peut pas m'en vouloir ! N'est-ce pas ? 

jeudi 5 janvier 2017

La Nymphe et le Dragon #1 - L'indomptée et l'indomptable



Couverture La Nymphe et le Dragon, tome 1 : L'indomptée et l'indomptable 



GENRE : Fantasy / Romance / FanFiction
ÉDITION : Auto-édition / Atramenta
FORMAT : Ebook/Epub
DATE DE PUBLICATION : 5 décembre 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français
AUTEUR : Elsa Gallahan


 CHRONIQUE PRECECENTE

http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/03/genre-fantastique-romance-edition.html







 Adaptation libre/fanfiction dans un univers Fantasy de la Romance Historique de Kathleen E. Woodiwiss, Le Loup et La Colombe.

------------------------------------------------------------------------------------------

" En des temps anciens, un guerrier de Valhoren, Haguénor, chevauche aux côtés de son Régent, Guéhémor, venu réclamer le trône du royaume de Réharnium dont son cousin l'a spolié à la mort du vieux roi Dranthoren.
Haguénor, fier guerrier indomptable, puissant et descendant des peuplades du Grand Est dont la légende raconte que le sang du dragon Herkalior se mêla à celui du Héros qui parvint à le tuer, ignorait encore qu'en partant à la conquête de Réharnium aux côtés de son Régent, il tomberait face-à-face avec la seule personne capable de percer sa cuirasse présumée impénétrable.
Quant à Eiléah, jeune châtelaine réharniemme, qu'aucun homme n'avait jamais domptée, se doutait-elle qu'elle croiserait bientôt la route de celui qui, pour la première fois, la charmerait malgré elle, malgré ses intimes résolutions ?
"





Je remercie Elsa Gallahan de m’avoir permise de lire son nouveau récit « La Nymphe et le Dragon » en avant-première.
Ce récit est une fan-Fiction d’un roman de
Kathleen E. Woodiwiss « Le loup et la colombe », que j’avoue ne pas connaître. Mais grâce à Elsa, j’ai bien envie de découvrir ce qui a pu l’inspirer avec tant de passion.

Nous suivons les aventures d’Eiléah, jeune demoiselle orpheline qui vit au château de son oncle dans le Royaume de Réharnium. Considéré comme sa propre fille, il tient à ce qu’elle fuit leurs terres à ses côtés. En effet, les troupes Valhoriennes traversent le royaume pour que Guéhémor reprenne le trône qui lui revient de droit. Pour cela, il est soutenu par un guerrier réputé, Haguénor où la légende raconte que du sang de dragon parcourt ses veines.
Mais Eiléah décide de rester au château pour protéger ses gens, elle se fait passer pour un garçon d’écurie. Elle va alors être martyrisée à plusieurs reprises par un soldat Valhorien, mais quand son chemin va croiser celui du futur Châtelain, la demoiselle va comprendre qu’il y a pire que la douleur physique... Pourra-t-elle réellement protéger ses serfs ? Arrivera-t-elle à échapper à son triste destin ?

Ce roman m’a complètement happée tant l’intrigue fut prenante, j’ai aimé découvrir les divers personnages avec des caractères totalement opposés.
Malgré le fait qu’elle soit une jeune femme, Eiléah a un tempérament de feu ! Elle est courageuse, déterminée et n’hésite pas à mettre sa vie en danger pour ceux qu’elle aime. On comprend très vite pourquoi la relation entre elle et Haguénor est « brûlante ». C’est une femme qui prend le moindre acte négatif pour elle. C’est-à-dire dès qu’une catastrophe arrive auprès de ses gens, Eiléah se sent responsable. Elle a cette idée ancrée en elle depuis son plus jeune âge, on comprend son sentiment vers la fin du roman. Par contre, le seul petit reproche que je puisse faire, c’est que la jeune demoiselle est un peu trop pleurnicheuse. Parfois, on a envie de lui donner un coup de pied aux fesses pour la remettre sur le droit chemin.
Le personnage d’Haguénor est tout aussi intrigant. On comprend très vite qu’il ne désire aucunement s’attacher à une femme. L’amour semble une profonde douleur pour ce valeureux guerrier. Qui a-t-il bien pu se produire dans son passé pour arriver à une telle extrémité ? Contrairement au personnage exécrable de Rhaêguis, Haguénor se montre assez prévenant avec les serfs du château, tant que ces derniers obéissent à ses ordres.
« L’indomptée et l’indomptable » résume donc assez bien la relation entre les héros. Pourront-ils avoir confiance l’un en l’autre ? Est-ce qu’Eiléah arrivera percer le cœur d’Haguénor réputé impénétrable ?

Le style d’Elsa reste égal à lui-même, très riche dans sa prose. On s’adapte à son univers grâce à une utilisation de grammaire ajustée à l’époque médiévale. J’avais l’impression de voyager avec les personnages au centre de ce pays imaginaire !
Elle arrive à nous tenir en haleine avec ce suspens qu’elle instille tout le long du récit. Elle m’a vraiment donné envie de découvrir le roman qui l’a inspirée. Pour cela, je lui dis un grand bravo !

En conclusion, ce premier tome « L’indomptée et l’indomptable » est un véritable coup de cœur ! Tant l’action est prenante, la relation entre les protagonistes est très bien travaillée et le passé des personnages nous pousse à en découvrir davantage. Je vous conseille vivement de lire « La Nymphe et le Dragon » qui est tout simplement exquis ! Même si le final m’a grandement laissé sur ma faim (c’est cruel !!!), j’ai hâte de découvrir la suite de cette somptueuse histoire.


GLOBALE: 9,5 / 10
ÉCRITURE :10 / 10
SCENARIO: 9 / 10
PERSONNAGES: 9 / 10
SUSPENS : 10 / 10



COUP DE COEUR !