lundi 29 mai 2017

Walking Dead #9 - Ceux qui restent



6971807 


GENRE : Horreur / Post-apocalypse
ÉDITION : Delcourt
NOMBRES DE PAGES : 139
PUBLIE EN : 2009 (USA)
DATE DE L’ÉDITION : 2009
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEURS : Robert Kirkman et Charlie Adlard
TITRE ORIGINAL : Walking Dead #9 - Here We remain
TRADUCTEUR : Edmond Tourriol
PRIX : 14€95
 
 
 







" Seuls Rick et Carl, son fils, ont réchappé du massacre orchestré par le Gouverneur. Il leur faut désormais réapprendre à vivre avec la peur au ventre, chaque nouvelle rencontre pouvant être la dernière. La relative sécurité qu'ils avaient retrouvée au sein des murs du pénitencier n'est plus qu'un souvenir, et il revient désormais à Carl de soutenir son père, victime d'hallucinations de plus en préoccupantes. L'apocalypse a bien eu lieu... une deuxième fois ! "








Dans « Ceux qui restent », nous suivons le groupe de rescapés qui doit de nouveau tenter de survivre en dehors de la prison parmi les zombies. Bien des dangers attendent le clan de Rick Grimes.
Le tome huit nous a laissé un arrière-goût de cendres et de sang, depuis la destruction de la prison. Les survivants essaient de trouver un endroit pour reprendre des forces et continuer à vivre au sein de ce monde apocalyptique.

Dans ce tome, la première partie est très centrée sur Carl Grimes. Son père étant gravement blessé, le petit garçon va devoir s’adapter pour devenir indépendant et veiller à la survie de son père. Seulement, tout ne se passe pas réellement comme le jeune garçon l’a imaginé, lui qui rêve pourtant de liberté. Elle a un aspect bien morbide…

J’ai aimé avoir la vision d’un enfant qui a vu les pires horreurs depuis le premier tome. Carl a déjà bien grandi, surtout son caractère qui commence à s’affirmer petit à petit. En bien ou en mal ? Il garde cette innocence que Rick cherche depuis le début à protéger, mais la limite s’amincit aujourd’hui.
On retrouve également d’autres membres du groupe, mais je vous laisse le soin découvrir leurs mésaventures par vous-même. Je dirais simplement que Rick franchit un nouveau cap dans sa vie de « leader ». Les horreurs qu’il voit depuis le début commencent à l’atteindre à un aspect plus psychologique.

Nous apercevons à la fin du tome trois de nouveaux protagonistes qui vont venir mettre de l’ambiance au sein du groupe. Amis ou ennemis ? Il est encore plus difficile pour les survivants de faire confiance à des inconnus après le drame qu’ils ont vécu précédemment.

En conclusion, « Ceux qui restent » développe un peu plus le personnage de Carl Grimes. On découvre une nouvelle facette du caractère du petit garçon qui semble perdu après l’attaque de la prison, ayant perdu le peu de repères qu’il lui restait. La folie est un aspect également abordé dans ce tome. Bref, comme toujours « Walking Dead » est une très bonne saga !
 

GLOBALE: 9 / 10
DESSINS : 9 / 10
SCENARIO: 9 / 10
PERSONNAGES: 10 / 10
SUSPENS : 8 / 10




jeudi 25 mai 2017

Les adultes n'existent pas



 


 GENRE : Humour
ÉDITION : Delcourt
COLLECTION : Humour de rire
NOMBRES DE PAGES : 111
PUBLIE EN : 2016 (USA)
DATE DE L’ÉDITION : 26 avril 2017
LANGUE D'ORIGINE : Anglais
AUTEURS : Sarah Andersen
TITRE ORIGINAL : Adulthood is a myth
TRADUCTEUR : Margot Negroni
PRIX : 15€50

File:Sarah Andersen - Lucca Comics & Games 2016.jpg


SARAH ANDERSEN vit à Brooklyn.

Elle débute en publiant ses strips sur le web, via Facebook, Instagram, Tumblr en 2013, alors qu’elle étudie l’art au Maryland Institue College. Elle privilégie la publication de ces planches sur le web, afin de recueillir directement l’avis de ses lecteurs – ce qui l’aide à persévérer.
En 2016, les éditions Andrews McMeel, publie les aventures de Sarah en bande dessinée.








" A travers son personnage caustique, mignon et drôle, Sarah croque avec beaucoup de mordant les petits et grands tracas de sa vie. Ses flemmes, ses envies, son travail, sa touchante misanthropie ou encore ses truculentes pensées existentielles. Autrement dit, les difficultés de beaucoup de jeunes adultes d'aujourd'hui ! Une apparente légèreté pour des réflexions toujours en plein dans le mille. "





Il faut avouer qu’on a plus réellement besoin de présenter les illustrations comiques de Sarah Andersen. Qui ne les a jamais vues dans son fil d’actualité Facebook ou twitter ?
« Les adultes n’existent pas » est la première BD de l’illustratrice enfin publiée en France !

Dans cette petite BD (une centaine de pages seulement), Sarah Andersen retrace le quotidien d’une « jeune » adulte faisant face à la réalité. A sa manière, elle démontre que l’on garde tous une part d’enfant en nous.
Que ce soit d’un point de vue individuel, de la société ou les relations sociales, beaucoup de scènes retransmettent fidèlement notre sentiment au quotidien. Personnellement, je m’y suis retrouvée plus d’une fois dans ces petites scènes hilarantes.

Évidemment, Sarah Andersen se fait plaisir à « démonter » l’image idéale que l’on se fait d’un adulte autonome et responsable. Grâce à son humour et sa perspicacité d’esprit, cette BD est tout simplement divine ! Certes, les dessins sont enfantins, mais après tout, est-ce que cela ne démontre pas ce que l’auteure tente de prouver dans sa première publication ? Oui chers lecteurs, LES ADULTES N’EXISTENT PAS ! Nous sommes tous de grands enfants en quête de reconnaissance.
 





GLOBALE: 8 / 10
DESSINS : 4 / 10
SCENARIO: 10 / 10
PERSONNAGES: 10 / 10







samedi 20 mai 2017

Re/Member #7



35123373 


   GENRE : Manga / Seinen / Horreur / Fantastique
ÉDITION : Ki-oon
NOMBRES DE PAGES : 208
PUBLIE EN : 2014 (Japon)
DATE DE L’ÉDITION : avril 2017
TRADUCTION : Jean-Benoît Sylvestre
TITRE ORIGINAL : カラダ探し- Karada Sagashi
AUTEURS : Welzard & Katsutoshi Murase
PRIX : 7€65


CHRONIQUES PRÉCÉDENTES



http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/02/remember-1.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/05/remember-2.html   http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/08/remember-3.html  http://skoldasybooks.blogspot.fr/2016/09/remember-4.html
 Couverture Re/Member, tome 5  Couverture Re/Member, tome 6









" La dixième nuit, Rié, Asuka et Takahiro parviennent à placer la jambe droite dans le cercueil. A présent, il ne leur reste plus qu'un seul morceau de corps à retrouver... Mais en tentant 'entrer dans le studio, ils découvrent à leurs dépens que le comportement de la Rouge-Sang devient encore plus meurtrier lorsqu'on a le malheur de toucher à sa peluche !

Convaincu que la tête de Haruka se trouve à l'intérieur. Kenji réussit a persuader le reste du groupe. Le jour suivant, c'est donc bien décidé à en finir avec ce jeu macabre et armés d'une stratégie nouvelle que les adolescents démarrent la partie..."







Voici, la conclusion du premier arc de la saga. Je la connaissais évidemment grâce au roman paru chez lumen (voir ma chronique), mais la lecture m’avait laissé un goût amer. Contrairement au manga, le visuel aide beaucoup dans la sensation de nos émotions ! 


Dans ce tome, les six adolescents ont établi leur plan pour récupérer la dernière partie du corps d’Haruka : sa tête cachée dans la peluche de la Rouge-Sang. Chacun est assigné à une tâche pour parvenir à mettre le dernier morceau dans le cercueil, mais la colère de Miko est si terrible qu’ils ont du mal à lui tenir tête (sans mauvais jeu de mots)

L’action s’enchaîne dès le début sans relâcher un seul instant prise sur le lecteur. Que ce soit dans la dernière ligne droite de la chasse au corps ou vers la fin, quand on obtient enfin toutes les réponses.
Asuka comprend alors l’enjeu qui lui fait dorénavant face avec amertume.
Personnellement, je ne pouvais pas espérer mieux pour clore une saga.
Évidemment, ce n’est qu’une partie remise, car le dernier chapitre de ce septième tome débute sur un nouvel arc de la saga.

En conclusion, la fin du premier arc de « Re/Member » est une vraie apothéose d’action, d’hémoglobine et de réponses pour les lecteurs qui se languissaient depuis un an.
Mais la malédiction de la Rouge-Sang n’est pas encore terminée, puisque le 8ème tome entamera un second arc, je l’espère tout aussi captivant !
 





GLOBALE : 10 / 10
DESSINS : 10 / 10
SCENARIO : 10 / 10
PERSONNAGES : 9 / 10
SUSPENS :10 / 10


COUP DE COEUR !
 


vendredi 19 mai 2017

Bilan - Avril 2017






LIVRES TERMINES

22743674 6971807 7618928 7618931 
28553738 25432020 35004884 34827427


LIVRES ENTAMES

35013927 

  • Féerines : Soeurs de sève de Shealynn Royan - 107 / 336 pages


CHRONIQUES PUBLIEES

nom de ton image nom de ton image nom de ton image


RESUME

8 livres lus
1 livre entamé
1547 pages lues
3 livres chroniqués




Féerines : Soeurs de sève



 


 GENRE : Fantasy / Young Adult
EDITION : Auto-Edition
NOMBRES DE PAGES : 336

DATE DE PUBLICATION: 5 Novembre 2016
LANGUE D'ORIGINE : Français

AUTEUR : Shealynn Royan
PRIX :10€ (Broché) / 2€99 (Ebook)




Shealynn Royan a 34 ans, un mari et deux chats.

Elle écrit de la romance dite paranormale dont les principaux personnages sont des créatures imaginaires (entités surnaturelles, non-morts, métamorphes, divinités etc.) le tout dans des univers fantastiques, urban-fantasy et dystopiques.

Elle aime les histoires d'amour,
mais Elle les aime encore plus lorsque la magie s'en mêle.

Elle est
accro aux livres depuis sa plus tendre enfance. Elle est tombée dans la littérature SFFF vers l'âge de huit ans, en lisant son premier Stephen King qu'elle avait discrètement subtilisé à son frère. Elle a trouvé cela (vraiment) effrayant et fascinant à la fois : Elle était happée. Elle n'a eu de cesse depuis de découvrir de nouvelles histoires, de nouveaux personnages extraordinaires et c'est tout naturellement qu'elle a eu envie d'écrire à son tour. 









" Les feuilles virevoltaient dans les airs, légères comme des plumes. J'entendais au loin cette douce mélopée qui résonnait dans mon corps et accompagnait le souffle du vent. Puis cette voix m’appelant : « J’ai besoin de toi Clément. » 

Lorsque Clément fit ce rêve, il n'imaginait pas combien les songes pouvaient être réels. Ni ce que cela impliquait pour son avenir. Un soir d'automne, ses doigts frôlèrent une inscription magique qui s’envola dans un halo bleuté sous ses yeux incrédules, ce n’était que le commencement. Quelques jours plus tard, Ambre découvrit que le chant de l’arbre-monde s’éveillait en elle, changeant pour toujours sa destinée. Elle ne s’attendait cependant pas à découvrir un tel pouvoir et encore moins à trouver l’amour... Mais leur nouvelle vie au cœur de l'immense forêt millénaire est remplie de dangers. Sauront-ils les affronter ?




Je reviens auprès de vous aujourd’hui pour vous proposer mon avis sur « Féerines : sœurs de sève». Un roman de Fantasy ! J’avais ce roman dans ma PAL depuis un moment en version numérique, mais j’ai également eu l’occasion de participer au concours que l’auteure avait organisé sur son site pour l’avoir en format broché et dédicacé ! Une fois le livre entre mes mains, il fut difficile pour moi de résister plus longtemps tant la couverture est accrocheuse ! Je tiens encore à remercier Shealynn pour ce joli cadeau. 

L’histoire concerne le jeune Clément Laugier, un garçon solitaire qui aime se divertir au cœur des romans de fantasy. Sa vie va être totalement perturbée quand il va découvrir d’étranges symboles sur l’arbre ornant la cour de son lycée. La visite d’un homme mystérieux et sa rencontre avec la nouvelle élève Ambre va finir par le convaincre qu’il ne vit pas un rêve, mais une réalité qu’il ne pensait jamais pouvoir découvrir de ses propres yeux. Quand les adolescents découvrent la forêt des féerines, ils comprennent que leur destin est d’une importance capitale pour la protéger !
L’univers de « Féerines » est vraiment très riche ! On retrouve de sublimes paysages, des légendes fantastiques et un monde onirique plus réel que jamais. 

Les protagonistes sont pour la plupart d’une extrême douceur ! J’avoue que j’aurais aimé que certains personnages démontrent des émotions plus sombres. Seul l’adversaire que Clément et Ambre doivent affronter possède cette colère en lui qui le pousse à commettre ses méfaits.
Clément est un jeune homme solitaire et réservé. Il passe son temps à lire et il est très proche de sa mère Lucile. Pourtant quand Elvin Fan Ligor vient lui révéler sa future destinée, Clément accepte avec empressement. Sa réaction aurait dû être un peu plus méfiante ou repousser cette éventualité. L’adolescent l’accepte à bras ouvert ! J’aurais aimé voir une petite altercation. Malgré cela, c’est un jeune homme fort et courageux qui avait beaucoup de potentiel enfui en lui.
Ambre ressemble légèrement à Clément, elle accueille sa destinée comme une évidence, sans vouloir chercher à briser cet état de fait. Quand on vient changer votre vie à jamais, on l’accepte rarement du premier coup. On découvre très vite que son destin et celui de Clément sont connectés d’une façon irrémédiable. Cette aventure extraordinaire les rapproche, les lie pour toujours.
Je ne parlerai pas plus des personnages pour garder un peu de surprises. Les « Féerines » sont naturellement un peuple pacifique qui vit auprès de la nature et la magie. Je comprends qu’ils n’éprouvent pas d’émotions négatives, contrairement à Clément qui reste malgré tout humain.

Pour un premier roman, Shealynn Royan s’en sort vraiment très bien ! L’univers est riche, magnifiquement bien décrit. Elle nous transporte littéralement au cœur de cette forêt enchantée, voyageant dans ces contrées magiques.
La mise en place du scénario est un peu longue au début, mais très vite l’intrigue nous emporte jusqu’à la dernière page. La tache des héros pour sauvegarder ce monde va être plus ardue dans le second tome. 

En conclusion, malgré quelques petites fausses notes concernant les émotions de Clément et Ambre qui acceptent leur nouvelle destinée avec trop de facilité, j’ai adoré l’ambiance et le scénario que l’auteure a développé dans ce premier tome. J’ai désormais hâte de découvrir «Néphilims » ! Pour ceux qui aiment les romances-fantasy remplies de magie, ce roman vous charmera comme jamais. 

L’image contient peut-être : 1 personne 




 GLOBALE : 7,5 / 10
ÉCRITURE : 8 / 10
SCENARIO : 8 / 10
PERSONNAGES : 7 / 10
SUSPENS : 7 / 10