vendredi 15 décembre 2017

Kasane, la voleuse de visage #4




 GENRE : Manga / Seinen / Fantastique
ÉDITION : Ki-oon
NOMBRES DE PAGES : 192
PUBLIE EN : 2014 (Japon)
DATE DE L'EDITON : juillet 2016

LANGUE D'ORIGINE : Japonais
AUTEUR : Daruma Matsuura
TRADUCTION : Sébastien Ludmann
TITRE ORIGINAL : 累 - Kasane
PRIX : 7 € 65


CHRONIQUES PRECEDENTES



Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 1  Couverture Kasane : La voleuse de visage, tome 2 http://skoldasybooks.blogspot.fr/2017/09/kasane-la-voleuse-de-visage-3.html






" Consciente d'être désormais prisonnière du marché qu'elle a passé, Nina tente de mettre fin à ses jours... Alors que la jeune femme est plongée dans le coma sous les traits de Kasane, cette dernière doit faire face à une difficulté imprévue : incarner Nina devant ses parents, et plus particulièrement sa  mère, qui commence à avoir des soupçons !
Au début torturée par le remords et les regrets, Kasane finit par accepter de la piéger et s'émancipe enfin de l'ombre de Sukeyo Fuchi. Mais avec le succès de "Salomé", voilà qu'une autre personne se met à s'intéresser à l'actrice..."





/!\ RISQUE DE SPOILERS /!\


Dans ce quatrième tome, nous découvrons à nouveau une « Kasane » plus sensible et de nouveau plus humaine. Après la mésaventure avec Nina, elle comprend qu’elle ne pouvait plus agir sans cœur. Mais sa nouvelle vie va être mise à rude épreuve avec la venue d’un nouveau personnage.

Kasane qui se trouve toujours sous les traits de Nina Tanzawa, a obtenu le rôle de « Salomé ». Un rôle qu’elle interprète avec brio ! Elle découvre également la douceur d’être aimé par un acteur de la pièce.
Petit à petit, elle arrive à assimiler cette nouvelle vie et liberté.
Mais lorsqu'elle va rencontrer Nogiku, Kasane va être totalement bouleversée. En effet, cette jeune fille est le sosie de sa mère Izana, plus connu sous le nom de « Sukeyo Fuchi ». Comment cette fille peut-elle autant ressembler à Sukeyo ? La vérité est encore bien plus sombre que ce que l’on pouvait penser au premier regard…

Je dois dire que je ne m’attendais pas à une telle révélation. L’apparition de Nogiku provoque un véritable raz-de-marée !
Je ne vais pas trop dévoiler pour vous laisser un peu la surprise, mais ce personnage a également un passé très sombre. Une vie difficile qui est aussi ténébreuse que celle de Kasane.
C’est peut-être pour cela (ainsi que la ressemblance avec sa mère) que Kasane va lui tendre la main.
Daruma Matsuura évoque un thème encore obscur et complexe : l’inceste et la prostitution.
Les dessins parlent d’eux-mêmes pour traiter ces sujets, elle l’écrit et dessine sans tabou et dans toute son horreur. Utilisant la beauté qui est toujours la source de convoitise chez l’homme, elle montre une nouvelle facette de cette vision. Si Kasane recherche la beauté pour être acceptée dans la société, Nogiku tente de s’en défaire… La beauté est ainsi traitée dans ce tome de façon à subir la malveillance de la perversité humaine, comme une possession exquise, un droit. Tout n’est pas blanc ou noir, la mangaka arrive très bien à nous faire passer le message : « Tout est gris ». Entre le bien et le mal, il n’y a qu’un seul petit pas à franchir.
J’ai vraiment hâte de voir comment évolue cette nouvelle relation entre Kasane et Nogiku. Quelque chose me dit que le « poison » n’est jamais très loin de la jeune fille.


En conclusion, ce quatrième tome nous offre une autre facette sur le thème de la beauté, assez complexe. Daruma Matsuura a un réel don pour la tragédie. Avec la venue de ce nouveau personnage, on découvre encore plus profondément la noirceur de l’âme humaine. Pour notre plus grand plaisir ! 



GLOBALE : 9,5 / 10
DESSINS : 10 / 10
SCÉNARIO : 9 / 10
PERSONNAGES :  10 / 10
SUSPENS : 9 / 10










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire